Running, Trail, Fitness
 

Rencontre entre un coureur et un pitbull



 

Vous avouerez que cette photographie d’illustration est assez originale. il faut dire que parmi les acteurs de cette histoire, seuls mes mollets étaient prêts à prendre la pose après cet épisode pour le moins tendu. En effet, l’autre protagoniste m’étant fort peu sympathique, j’ai préféré ne pas prendre un selfie avec lui. D’ailleurs après ce qui s’est passé, j’étais ravi de pouvoir photographier mes mollets pour constater qu’ils étaient entiers. Mais avant tout critique, remettons les choses dans leur contexte.

Il faisait très froid, depuis le début de la matinée, mon esprit se battait avec lui même pour savoir si mon corps va aller courir du temps de midi ou pas. Après plusieurs faux départs, j’ai pu profiter du soleil malgré le froid. Après quelques hectomètres, j’étais bien parti et j’avais de bonnes sensations. L’occasion de passer près du plan d’eau et de voir de nombreux animaux : oies sauvages, canards sauvages, pigeons, grues cendrées,… et j’en passe.

Ce parcours, je le connais par coeur : la moindre pierre, le plus petit virage, les habitués de cette promenade,… Je connais également la plupart des chiens qui se promènent dans cette zone et je n’ai jamais eu de mauvaises expériences. Pour la première fois, j’aperçois un chien roux, musclé,… la mâchoire proéminente, le torse musclé… aucun doute c’est un pitbull. Je ne change pas d’attitude, je continue de courir. Bien sûr, il n’a pas de muselière (comme la législation l’oblige pour cette race de chiens) et il n’est pas tenu en laisse alors que dans cette zone c’est obligatoire. Il a l’air occupé et je passe à côté de lui sans problème, il ne m’a pas vu. Je suis rassuré et je suis le chemin au bord de l’eau.

Alors qu’il n’est plus dans mon champ de vision, j’entend son maître l’appeler une première fois. Je commence à deviner le bruit de ses griffes sur les pavés, je ne change pas mon comportement et à priori lui non plus son maître le somme de venir pour la deuxième fois. Je commence à m’inquiéter car cela signifie qu’il n’a pas obéit au premier appel. Alors que j’entend le troisième appel, je vois une masse rousse sur ma gauche. Au même moment, je sens quelque chose sur mon mollet. Dans un reflex inexplicable, je me retourne, retirant ainsi mon mollet de ce qui semblait être sa gueule. A ce moment, il me regarde une fraction de seconde et s’en va. Toujours sur le coup, j’hurle à son maître « il devrait être en laisse » et je m’en vais…

Sur le coup, je n’ai pas eu peur, tout est passé tellement vite. Mais je suis passé très près d’une blessure qui aurait pu être grave vu la taille de la mâchoire de la bête. Même si je n’ai rien contre les chiens bien au contraire, malheureusement certains ont des maîtres qui ne sont pas à la hauteur…

Soyez vigilants…

Laisser une réponse