Running, Trail, Fitness
 

Mass start ou Rolling start : les départs en triathlon



 

Si vous n’avez jamais fait de triathlon, c’est peut-être le moment qui vous inquiète le plus : nager en eau libre et pas dans une ligne de nage dans une piscine. Les paramètres sont nombreux, les triathlètes ne sont pas tous bons en natation, c’est l’essence même des épreuves multiples. On n’est pas excellent dans toutes les disciplines alors on compense dans d’autres…

Les différents types de départ

Un triathlon commence toujours par la natation, mais il existe plusieurs façons de se lancer dans l’eau. La plupart des triathlons ont un départ en Mass start : Tout le monde se lance en même temps dans l’eau. C’est plus simple à gérer au niveau des temps scratch puisque tout le monde a la même heure de départ.

L’autre départ est le rolling start. Quand il n’est pas possible (zone de départ trop petite par rapport aux nombres de partants), le chronométreur met un portique avant le départ et les triathlètes se lancement au fur et à mesure dans l’eau. Cependant, les élites partent, en général, tous en même temps pour assurer une course facile à suivre pour les observateurs.

Avantages et inconvénients

Il est vrai que le mass start fait peur car quelques centaines de personnes qui se lancent ensemble dans l’eau, cela donne lieu a quelques surprises. Dans le milieu, on appelle ça l’essoreuse. Mais si vous êtes mauvais nageur, il vous suffit de vous mettre sur les côtés et de reprendre l’axe un peu plus tard. Je pense qu’il vaut mieux faire un peu plus de distance plutôt que de faire des stops à cause de contacts avec d’autres concurrents.

Le rolling start possède l’avantage de ne faire partir que quelques personnes en même temps, cela limite forcément cette impression d’être au milieu de la foule.

A l’inscription, on vous demandera sûrement le temps que vous pensez faire sur cette partie natation et vous aurez ainsi un sas de départ attribué. Mais quand on s’entraine en piscine, sans combinaison, il n’est pas facile de donner le bon temps.

Si vous vous êtes surestimé, vous allez vous faire rattraper par tous les concurrents qui ont passé la ligne de départ après vous et cela ne sera peut être pas plus agréable qu’un mass start.

Si vous vous êtes sous-estimé, vous allez doubler et ralentir dans les pieds d’autres concurrents,… ce n’est pas simple non plus. Ajoutez à cela, le fait que les autres aussi ont mal estimés leur temps et c’est un beau bazar.

Ma préférence

Personnellement, je n’ai pas un souvenir mémorable de mes rolling start car je nage très mal et j’ai du mal à estimer correctement mon temps, je me suis donc fait monter dessus à plusieurs reprises. Je préfère donc le classique mass start, car je sais qu’une fois les premiers battements passés, on se retrouve assez vite avec des nageurs de même niveau et qu’il est plus facile de se mettre dans un rythme en suivant les pieds du nageur qui se trouve juste devant.

Et vous quelle est votre préférence ?

Un commentaire sur “Mass start ou Rolling start : les départs en triathlon”


Posté par Cyril Le 22 juillet 2019 à 17:20

Il existe aussi quelques triathlon en contre la montre, avec depart individuel toute les 30sec
Et il y a aussi un truc intermediaire entre le rolling start et le mass start, c’est les depart par vague avec des departs organisé suivant le temps de natation (c’est mon départ préféré) ça evite d’avoir les gens qui sont d’un niveau tres inferieur mais qui partent comme des fous et que tu doit doubler apres 50m et tu te fait moins monter dessus

Répondre


Laisser une réponse