Question de vocabulaire ?



 

J’ai les crocs. Je vais tous les bouffer. Je suis sur la ligne de départ. Je me rappelle de mes séances de VMA et de fractionnés. Camel sur le dos et buff autour du cou. Je trépigne. Je me suis juré de ne pas partir à bloc. Mon cardio va me guider pour ça. Je pars à 75% de ma FCmax. Je veux assurer. Rapidement un paquet se forme. Je saute dans la roue de celui qui s’écarte dans la première montée. Le souffle est court. Je profite de l’aspiration. Je monte à 100%. Je suis dans le rouge. Je dégoupille. Obligé de laisser passer l’orage. Je perds du terrain. Je rouspète après l’accroche de mes trails. Mais je sais que ça vient de moi. Je mets le clignotant. Je reprends mes esprits. Mes compagnons de route me doublent un à un. Je repars de l’arrière. Fais un peu l’accordéon. Cela me permet de faire tomber la pression. Je suis à la limite. La rupture n’est pas loin. Je préfère m’économiser encore. La route est longue. Je repense à mon dernier GRP. Je n’aurais jamais dû doubler avec un GRR. Surtout que je savais bien que le HTTP était mon vrai objectif. Le corps ne répond plus. Je rends les armes. J’ai même failli me ramasser plusieurs fois.
Cette fois les crocs ont laissé place aux boules. J’ai les boules. Je me cherche plein d’excuses. Je n’ai plus qu’à ronger mon frein jusqu’à la prochaine fois. Et cela veut dire de nouvelles séances de piste. Des 400 à mourir. Des 1000 à vomir. Tout cela pour quelques singles tracks qui me tendent les bras. Ailleurs, dans quelques longs mois !

Laisser une réponse