L’occitane 6666 / Le récit / 1ère partie



 

Partie 1 : Roquebrun – Vailhan- Lamalou : 42,7 Km 7h58′

IMG_0687C’est la Tramontane qui m’accueille quand j’arrive à Roquebrun vendredi en début d’après midi, mais comme disent les gens du coin c’est la garantie de ne pas avoir de pluie, au moins jusqu’à l’heure du départ de la 6666 Occitane. Roquebrun c’est le village d’arrivée de la course et j’ai choisi de m’y installer afin d’avoir la possibilité de me reposer près de la ligne d’arrivée. J’ai réservé un emplacement au camping du «Petit Nice» en bordure de la rivière (l’Orb). Je déplie ma Quechua et hop en2 secondes (comme sur la pub), voilà la tente en place. Une fois mes affaires déchargées je traverse le pont qui enjambe la rivière pour rejoindre l’aire d’arrivée de la course et y retirer mon dossard. Les concurrents du Grand Raid Occitan (GRO) se sont regroupés au carrefour du village dans l’attente des bus qui vont les transporter au lac du Salagou ou a lieu leur départ. Il est 15h30, l’ambiance est très calme au retrait des dossards, je suis le seul concurrent et avec les 2 bénévoles présents j’ai le sentiment que nous sommes les 3 seuls être vivants dans le coin. On est loin de l’agitation tumultueuse de l’UTMB et des queues interminables. J’apprécie ce calme et cette tranquillité, cela crée un climat détendu renforcée par la beauté du village et la sérénité qui s’en dégage. J’ai le N°115, je récupère le maillot technique Occitane 6666 offert à tous « starter ». Je me ballade dans le village avant de reprendre le pont pour rejoindre le camping.

Après une longue sieste sous les rafales violentes de la tramontane, il est 19h00, quand je retraverse le pont pour trouver un petit resto pour dîner. Roquebrun est toujours aussi calme et désert. Je découvre dans une petite ruelle la pizzeria locale qui m’accueille et me propose » le repas du coureur ». En terrasse, abrité du vent et en compagnie d’autres participants à la course je profite de mon plat de crudités et d’une assiette de pâtes accompagnées d’un filet de volaille. C’est bon, c’est simple, exactement ce qu’il faut. Une fois mon repas terminé, j’emprunte de nouveau le pont, pour aller préparer mon sac, le drop bag et me mettre en tenue. Je ne vous infligerais pas le détail de mon équipement, j’ai prévu de faire un débrief matériel et technique indépendant pour ceux qui sont intéressés. 20h50, une longue file de personnages tous vêtus d’une panoplie de coureur à pied, sac sur le dos et sac poubelle à la main s’écoule du camping. Je me glisse dans ce peloton qui retraverse le pont (je commence à bien le connaître) afin de rejoindre les150 coureurs qui vont utiliser la navette pour Vailhan, lieu de départ de la 6666 Occitane.

IMG_0689Le carrefour de Roquebrun est remplie par cette petite meute colorée, mais sans bruit, sans sono hurlante, même les conversations entre coureurs sont plutôt rares et dans tous les cas discrètes, chacun est déjà dans sa course, concentré, inquiet (?). 3 bus arrivent depuis le pont (le jour ou quelqu’un coupe ce pont, Roquebrun n’existe plus) manœuvrent avec difficulté et tout le monde s’installe à l’intérieur avec calme, sans précipitation ni bousculade (on est là aussi très loin de l’hystérie de certaines courses que je ne nommerais pas….). 1h30 de trajet dans la nuit, peu de conversation (je n’ai pas entendu le son de la voix de mon voisin) tout le monde se repose.Le bus nous dépose au bas du village, il ne peut pas franchir le dernier virage, on doit terminer à pied pour rejoindre la zone de départ. Sur la place du village, les boulistes ont été remplacés par les concurrents, quelques lampions et un sono discrète assure une animation sympathique et pas tapageuse. Le speaker anime tranquillement, sans en rajouter et sans monter dans les tours. C’est tranquille, à l’image du village et d’Antoine Guillon le grand maître des lieux et big boss de l’épreuve qui supervise d’un regard serein. Coureurs, organisateurs, tout le monde semble parfaitement détendu. Je me fais la réflexion qu’il est bien agréable de pouvoir se préparer dans une telle ambiance. Un petit chapiteau accueille les coureurs du GRO pour qui Vailhan est leur 1erravito, au bout de 30 km de course. Ils sont partis à 18h30 et à cette heure on applaudit les derniers coureurs (leur barrière horaire est à 0H00). Le temps passe vite, après un rapide briefing d’Antoine qui nous explique une modification du parcours vers l’arrivée (que j’écoute que d’une oreille, c’est si loin l’arrivée…), on se dirige vers l’arche du départ. Les filles sont rassemblées sur la première ligne, on allume les frontales, le dernier décompte, il est minuit, c’est parti!

profil vailhan faugeres 6666 reduitLes choses sont très claires, il n’y a qu’un seul objectif : terminer ! J’ai fabriqué un Road Book, qui toute modestie mise de côté devrait figurer dans le top 3 du classement des Road Book, définissant la stratégie pour l’épreuve et me donnant toutes les informations utiles (distances intermédiaires, estimations temps de passage, altitude, barrières horaires, heure de prise des gels et barres et nature des de ce que je vais prendre au ravito), bref c’est réglé comme du papier à musique, y’a qu’à suivre le plan… J’ai divisé la course en 3 parties, la première de 42.9 Km de Vailhan à Lamalou que j’espère rejoindre vers les 7h00. Cette section présente 2 difficultés avec l’ascension et (surtout) la descente du Pic Tatanjo et du Pic de la Coquillade. Pour le reste c’est présenté comme roulant, le conseil de l’organisation étant de ne surtout pas s’emballer afin d’arriver à Lamalou le plus frais possible, avant de vraiment commencer à attaquer les choses sérieuses. D’autre part c’est la nuit, il ne faut pas s’égarer et le vent que l’on va prendre de pleine face sera très violent quand on arrivera au sommet des 2 pics. Des les premiers mètres je me rends compte que ma veste coupe vent que j’ai conservé me tient trop chaud. Je m’arrête, décroche mon sac et range la veste à l’intérieur. Au moment de repartir, je vois passer un chien avec un gilet fluo et une jeune fille me souhaiter le bonsoir, en fait je suis le dernier concurrent et c’est la personne balai ! Coup de stress, je n’ai pas fait 1 km que je suis déjà rattrapé par le serre fil et je suis la lanterne rouge du peloton ! Bon OK l’objectif c’est de terminer dans les temps mais quand même , être déjà limite après 5 mn … Je me met à courir pour rattraper des concurrents, ce que je parviens à faire lorsque j’atteints la route vers le barrage. Ouf, je respire plus calmement et après avoir doublé 3 ou 4 personnes, je me cale dans le train d’un petit groupe!

Une montée assez raide et technique me remet en mode marche et donne une idée de ce que sera le parcours. On débouche sur une route et je suis sans réfléchir le gars devant moi qui part à gauche. Au bout de 500 m et après un virage un petit attroupement s’est formé, il n’y a plus de balise !! Demi tour, il nous faut retrouver le bon chemin. Après quelques recherches et hésitations (un gars avait déjà utilisé son téléphone pour demander de l’aide à l’orga) on finit par trouver le passage et je m’engouffre à la suite de 2 coureurs dans le maquis en criant au reste du groupe : » par là !!! » On a perdu 10 bonnes minutes. Déjà, que l’on était dans les derniers et pas vraiment en avance… Pour essayer de rattraper le temps perdu on a haussé le rythme avec mes 2 partenaires, on se relaye pour mener et chercher la trace. Je suis devant, concentré et attentif aux rubalises fluo, sur une partie roulante à couvert d’une forêt en légère descente quand ma cheville tourne violemment sous un mauvais appui. Une douleur intense que je connais que trop bien, je me retiens à un arbre pour ne pas tomber, mes 2 partenaires s’inquiètent de mon état, mais continuent logiquement leur route. Ne voulant pas me retrouver seul, je repars en boitillant et en limitant au maximum les appuis sur le côté gauche. Je suis effondré, je n’ai pas fait 5 bornes, je suis à l’arrache au niveau du temps, je me suis perdu et j’ai une cheville HS. Je décide de récupérer mes bâtons dans mon sac au passage du hameau de Montesquieu(au départ je pensais les prendre plus loin) cela me permettra de soulager ma cheville. J’ai rejoins mes 2 compères et malgré la douleur (cheville gauche et genou droit qui commence à couiner vu que je compense sur lui…) je fais l’effort pour rester dans leur sillage. Un coup d’œil au Road book me confirme que j’ai environ15 mn de retard sur les prévisions. Je décide d’avancer à mon propre rythme et de ne pas m’occuper des autres. J’installe mes écouteurs et lance le Ipod, je trottine dès que c’est plus ou moins plat, marche en montée et descente avec prudence pour ne pas me retordre la cheville. Je suis seul dorénavant et je progresse en essayant d’être le plus économe possible pour revenir à la base de ma stratégie. C’est plaisant de courir seul en pleine nuit, la température est agréable, je ne subis plus les événements, j’ai repris le contrôle de ma course. Je reste concentré pour repérer les marques d’orientation tout en étant attentif ou je pose les pieds.

profil faugeres lamalou 6666 reduit
3H15, me voila au 1erravito de Faugères (Km 18,8) ici c’est ambiance queue de course, j’aurais bien pris 5 mn mais avec mon retard ce n’est pas un luxe que je peux m’offrir. Malgré la gentillesse de la bénévole qui me sers un verre de Coca (en fait du Cola Occitan…) je me dirige de suite vers la sortie et repars dans la nuit. Au bout de 200m Je m’égare dans les ruelles du village et je dois revenir sur mes pas. Il faut que je sois plus attentif aux rubalises, voilà ce que c’est d’être habitué aux courses de masses ou l’on suit sans réfléchir devant soi… 2 coureurs arrivent et j’en profite pour prendre leur pas et grimper avec eux jusqu’à un premier plateau ou l’on hésite encore sur le chemin à prendre. Finalement on s’engage sur une piste assez large qui nous mène au pic Tatanjo. J’ai du mal à suivre mes 2 compagnons et ce que je craignais arrive, je me retords 2 fois de suite la cheville en voulant suivre leur allure. La deuxième torsion me fait hurler de douleur et je suis obligé de m’assoir! Putain c’est toujours pareil, pourquoi est ce que je m’obstine à vouloir suivre d’autres coureurs, je ne suis pas dans mon rythme, je prends des risques, je suis moins concentré sur mes appuis et c’est l’erreur qui peut me contraindre à arrêter la course. Je me maudis, mais bon je ne vais pas moisir ici et je repars en marchant tout en m’appuyant sur mon genou droit (qui me fait déjà mal). Après avoir traversé Soumartre je commence la montée en direction du pic Tatanjo. Je suis en sous bois et je trouve que ma lampe faiblit, quand je serais au sommet je changerais de lampe ou les piles. Plus je monte plus je sens le vent, jusque à présent je n’en avais pas pris conscience, tout heureux de courir au sec, sans boue ni neige. La température est plutôt agréable et je ne souffre ni du froid ni de la chaleur avec mon maillot et ma veste. Je consulte ma montre pour voir combien de mètres il me reste à grimper, j’ai repéré que le sommet est à 490 m. Juste avant le sommet, 2 silhouettes fantomatiques près d’un véhicule, ce sont de contrôleurs, j’en profite pour leur demander de l’aide pour récupérer mon autre lampe sans enlever mon sac. Les rafales de vents sont violentes et je mets à frissonner. Une fois ma Petzl installée, j’ai l’impression de redécouvrir ce qu’est la lumière d’une frontale et je repars rapidement (enfin en marchant).

Après être passé près des antennes qui font un bruit sinistre avec le vent etle sommet (Km 25,3) je m’engage dans la descente. Un petit coup d’œil au Road Book et à mon chrono, il est 4h30 , j’ai désormais 35 mn de retard sur l’horaire. Dès les premiers pas de la descente qui est très technique, je ressens des douleurs vives à mon genou droit, comme ma cheville va mieux je compense sur la jambe gauche. Cela devient plus roulant et j’en profite pour trottiner, on approche d’un village, puis c’est un tunnel sous la route (pas vraiment un endroit agréable à cette heure…). Je débouche sur une route et pour tomber sur le point d’eau (Km 29) où je fais le plein de mon bidon tout en buvant un verre de Coca (toujours la version Occitane). Un gars est couché sur le bord de la route et plutôt que de réfléchir à ce qui lui arrive, je repars. En avant pour la montée au Pic de la Coquillade et ses 690 m d’altitude. J’ai prévu 1h10 pour atteindre le sommet (soit environ 400 m D+) et parcourir les 6,6Km. Il est 5h15 et les premières lueurs de l’aube apparaissent. Avec les bâtons mon rythme est plutôt correct et je n’ai pas trop de douleurs aux genoux ni à la cheville. Ce qui m’inquiète c’est les petites portions de descentes ou mes genoux me font vraiment souffrir. Seul depuis un bon moment, je profite des sensation de découvrir cette nature qui s’éveille, de la couleur du ciel qui change doucement. Je me surprends à chanter et de reprendre des paroles de la musique dans les oreilles, c’est cool, je peux le faire sans crainte de déranger mes voisins. Je ne me retourne afin d éviter de n’apercevoir aucune lumière de frontale et garder l’idée que je ne suis pas le dernier… Je regarde fréquemment ma montre pour contrôler l’altitude et estimer le moment ou je serais au sommet. Comme au Tatanjo plus je monte plus le vent se fait sentir et parfois les rafales me poussent même hors du sentier.

6h52, j’arrive enfin au sommet (Km 35,6), j’ai mis en fait 1h40 au lieu d’une 1h10, à la base je devrais arriver à Lamalou… (j’en suis à 1h20 de retard…) Il fait jour, le soleil n’est pas visible, mais la journée s’annonce belle, c’est un moment rare, seul au sommet de cette montagne. J’éteins ma lampe et sans vraiment faire de halte car le vent est trop violent et froid, je m’engage dans la descente. Il reste environ 7 km. Si je descends à un bon rythme, je peux envisager d’y être vers 8h00 et avoir encore 1h00 avant la barrière horaire. Dès les premiers mètres, la douleur dans mes genoux est terrible, le simple fait de poser le pied plus bas créé un élancement terrible dans le genou. Comme on dit, je ne peux plus mettre un pied devant l’autre ! Je fais des efforts pour continuer d’avancer et trouver des appuis qui évite de solliciter le genou. J’ai mal partout, devant, derrière sur l’articulation, sur la rotule, sur les côtés. J’ai déjà connu la douleur, mais là j’ai l’impression de battre des records. J’en pleure de rage car je ne peux plus avancer. Je fais quelques mètres en marchant en escalier pour éviter le mouvement vers la pente ! J’essaye même la technique de me propulser uniquement avec l’aide de mes bâtons. J’avance à la vitesse supersonique de 10m à la minute. Comment je vais faire pour rejoindre Lamalou ? Pour l’instant il n’est plus question de course mais de savoir comment je vais me sortir de là ?

L’homme est malgré tout un être qui arrive soit à se déconnecter de ses sensations (en l’occurrence de ses douleurs) soit à s’habituer à les supporter. Après avoir repris le sens de la marche normale pour un humain (je vous rappelle que j’étais en mode crabe, sur le côté), j’arrive à avoir un semblant de trot sur certains passages plats. Heureusement que j’ai mes bâtons, sinon je n’aurais pas bougé depuis le pic de la Coquillade. La souffrance est toujours aussi forte mais j’arrive de nouveau à penser et à réfléchir. Il faudrait que j’arrive à Lamalou avant 8h30 afin de pouvoir faire quand même un break, me reposer (enfin surtout mes genoux), essayer de voir si je peux avoir un anti douleur afin de pouvoir repartir avant 9h00 et la barrière horaire. Par contre si ça ne s’améliore pas pour mes genoux, il est impossible d’imaginer redescendre du Caroux sur Colombières. Monter? Peut être! La douleur est présente mais supportable, par contre la descente… J’essaye de reprendre ma routine de course, hydratation toutes les 10 mn d’une gorgée de mon mélange dans la poche à eau et tout les ¼ h un coup d’eau pure au bidon, un gel, une pastille de Sporténine. Je me concentre au maximum sur la musique, à repérer les rubalises pour essayer d »oublier » la douleur. J’avance, pas vite, mais j’avance, des maisons, puis je finis par atteindre une route. A priori (selon l’Ambit) il reste 2 km, je distingue les habitations de Lamalou.

Après avoir traversé une rivière, c’est une grande route. Je ne sais pas si c’est de retrouver le bitume ou mon cerveau qui s’est habitué à la douleur mais j’arrive à courir et je rattrape même un concurrent. Rien que le fait de le doubler c’est un véritable bonheur, au passage je note que c’est un «ancien» et qu’il cours comme moi avec des Hoka. Il est 7h58 quand j’arrive au casino et que je me fais bipper par le contrôleur. Je ne sais pas s’il y aura une suite mais j’ai déjà parcouru 42.9 Km et réussi la 1ère partie de l’épreuve. Bon je devais arriver là avec la quasi-totalité de mes moyens alors qu’au contraire j’arrive carrément détruit, mais on verra après ce ravitaillement ce qu’il en est.

A suivre….

3 commentaires sur “L’occitane 6666 / Le récit / 1ère partie”


Posté par Stéphane Le 13 juin 2013 à 15:06

Salut, J’ai fait aussi la 6666 cette année et j’étais sur les mêmes « horaires » de passage que toi. Je me suis arrêté à 90Km, trop dur Vivement la suite du récit

Répondre


Posté par BORT Le 13 juin 2013 à 16:38

Bonjour, merci de partager votre compte rendu, hâte de lire les prochains. Amicalement Jean

Répondre


Posté par Stéphane Le 17 juin 2013 à 10:48

Bonjour Franck, Je crois qu’on a fait un petit bout de chemin ensemble sur cette course (dossard 155), Félicitations pour en avoir terminer, après ce qui t’est arrivé sur le premier tiers !! A bientôt peut être sur des prochaines courses

Répondre


Laisser une réponse