L’été : le faux ami du runner



 

Les vacances, le soleil, la plage, les chemins de forêt, la découverte… autant d’occasion de se ressourcer, de faire du sport et pourquoi pas de la course à pied. Je ne peux que vous encourager à en faire autant mais il faut tout de fois rester raisonnable, la course à pied est l’école de la patience, il faut travailler en étape, on ne devient pas marathonien en 3 semaines de vacances.

Vous êtes souvent trop nombreux à prendre de bonnes résolutions et profiter des vacances pour faire plus de sport. La course à pied n’est sans doute pas le bon sport, tout simplement car votre pratique doit être progressive. Vous pouvez vous faire mal si vous passez d’un petit footing par semaine pendant toute l’année et que pendant les vacances vous voulez faire 5 sorties avec beaucoup de kilométrage.

Vos tendons, vos articulations et votre corps tout entier n’étant pas habitués, vous risquez de vous blesser. Vous pouvez augmenter légèrement votre volume d’entrainement mais ne doublez pas vos kilomètres.

Je pense au contraire qu’il vaut mieux compléter par d’autres sports d’endurance plutôt que d’augmenter le volume en course à pied : Randonnée, natation en eau libre, vélo seront plus enrichissants que de faire plus de course à pied.

Et pourtant c’est très tentant, profitez d’avoir plus de temps pour s’entrainer beaucoup plus et pour rattraper un léger déficit à cause d’un emploi du temps trop chargé… mais voilà il faut éviter ce comportement cela pourrait vous mener à la blessure.

Alors en résumé : plus de sport c’est une bonne idée mais il vaut mieux diversifier plutôt que d’enchainer les kilomètres en course à pied.

Un commentaire sur “L’été : le faux ami du runner”


Posté par FAUCHERAND Stéphane Le 10 août 2017 à 9:55

C’est tellement vrai. Impressionnant de voir combien de paires de baskets s’activent le matin en front de mer ! Souvent en solo, mais aussi en couple, plus rarement en famille. Bien sûr, les allures diffèrent tu tout au tout : on s’amuse alors à disséquer les styles, comparer les foulées, deviner les coureurs habituels des sorties occasionnelles. Sympa aussi de repérer les compétiteurs qui se reconnaissent à leur allure, à leur maillot distinctif, accompagné d’un petit signe sympa. Attention toutefois aux sorties tardives après 09h00 où le soleil est déjà agressif et la chaleur étouffante. On s’était promis de lever le pied durant les vacances, d’entamer comme chaque année une petite coupure réparatrice, les orteils dans le sable ; mais l’appel du bitume fut plus fort que la raison. Démarrer aux aurores dès 06h30 fut un régal, moment magique du lever du jour où le front de mer est encore désert. Vient alors la sensation sublime du bien-être après une sortie au grand air marin. Bravo à tous ces coureurs vacanciers, qui, après avoir profité des largesses du soleil et de la chaleur de l’été, devront prolonger leurs efforts dès l’automne, aux matins humides et frisquets… Bon entrainement à tous.

Répondre


Laisser une réponse