A l’eau ! libre et froide…



 

sortie-lac-triathlonLe premier triathlon arrive à grand pas et les températures assez légères des dernières semaines commencent à m’inquiéter sérieusement. Alors que l’an dernier, les températures étaient à la limite de l’interdiction de la combinaison, cette année il fait tellement froid depuis des mois que c’est plutôt l’inverse.

En effet, le mois dernier à Aix en Provence, lors du half-ironman, l’épreuve de natation a tout simplement été annulée. La température de l’eau était à 13,8 degrés et le fort mistral n’arrangeait pas les choses…

Si l’eau est froide à Aix en Provence, je me demande ce que cela va donner en Lorraine… Cependant l’objectif du mois de juillet arrivant à grand pas, il est important de se préparer et de plonger dans le grand bain. C’est une faille que je connais dans ma préparation, je fais très peu de nage en eau libre et je fais 99% de mes entrainements en piscine. Si j’ai l’occasion de partir en vacances pendant ma préparation alors je fais quelques sorties dans l’eau.

De toute façon, cette épreuve dans l’eau est tout simplement unique. Chaque départ est différent : le nombre de tri-athlètes, le courant, la transparence de l’eau, la température, le vent,…

Comme je suis un train mauvais nageur, j’appréhende toujours cette partie de la course. Mais d’un autre côté, c’est la partie la plus excitante, tous ensemble se lançant en même temps dans l’eau. Depuis l’an dernier, j’ai changé ma stratégie de nage. Effectivement, il faut bel et bien parler de stratégie. Un triathlète expérimenté m’a expliqué la technique que j’appelle « plus pour moins » sous entendu « plus de distance pour moins de temps ».

Vous allez me dire que c’est un peu compliqué imaginer mais pourtant c’est très simple. Quand vous êtes dans la deuxième partie de la masse, il est difficile de nager : un gars devant, un derrière, … il y a du monde partout.

Maintenant je nage à l’extérieur, cela veut dire que je vise au large des bouées. Cela présente de multiples avantages : pas de gênes des autres concurrents, pas d’arrêts intempestifs, pas de perte de vitesse…. Sur la même épreuve, en utilisant cette technique, j’ai gagné 30% de temps alors que j’avais fait 40% de distance en plus.

Je suis arrivé plus tranquille à la transition en milieu de tableau alors qu’en général je suis plutôt dans le dernier quart et j’ai trouvé ce moment agréable : une bonne glisse, des bonnes sensations et j’ai même pu accéléré sur la fin…. Après je me dis que si tout le monde vient à utiliser cette technique alors ça risque de se compliquer…

En résumé, ne le dites pas à tout le monde….

Un commentaire sur “A l’eau ! libre et froide…”


Posté par Sam Le 27 mai 2016 à 21:27

Je comprend pas, tu profite pas du drafting, meme en mauvais nageur (comme moi) ca presente des avantages tant que tu arrive des gars avec qui tu arrive a suivre, je m’inquietez aussi pour le froid, j’etais a aix quand ils ons annulez et j’ai fait compiegne,choisy au bac deux semaines apres, ben ca caille mais ca va quand meme quand on bouge les bras beaucoup ;-D

Répondre


Laisser une réponse