Running, Trail, Fitness
 

Hoka One One Fly Elevon : le test



 

On ne présente plus la petite marque qui monte puisque maintenant elle est devenue un acteur qui compte dans le milieu du running, si en 2010, il y avait une dizaine de « petites » marques qui ont tenté de s’introduire dans le milieu du running. C’est peut être Hoka One One, la seule marque qui a réussi a tiré son épingle du jeu. Une approche différente, l’oversize, qui a plu à de nombreux coureurs, elle en a sauvé d’autres qui allaient de blessures en blessures et elle a aussi acquis une foule de fans coureurs et traileurs qui ne jurent plus que par les modèles de la marque. C’est sans aucun doute, ses clients satisfaits qui ont fait le marketing de la marque avec un bouche à oreille efficace.

Ce qui frappe sur ce modèle, c’est la structure complexe et pourtant légère de l’ensemble de la semelle. On retrouve bien sûr des éléments de grip avec des parties d’usure apposées sur la semelle intermédiaire. C’est devenu une constance sur de nombreux modèles, la semelles d’usure n’est plus complète et on ajout juste quelques éléments sur les parties nécessaires au lieu de recouvrir toute la semelle. Il ne faut pas se mentir cela permet de gagner du poids car les éléments d’usure sont souvent en matière caoutchouc et sont souvent assez lourdes.

La semelle intermédiaire est composée de 3 éléments visibles, les trois offrent des densités et des structures différentes. La partie blanche présente des découpes pour gagner de la souplesse et encore une fois du poids, c’est elle qui subit le plus l’amorti, on le constate en  la comparant après plus de 200 kilomètres et les photos neuves. Une partie jaune et bleue, un peu plus dense vient renforcer la partie blanche sur toute la longueur du pied. Enfin, une partie moucheté encore une plus dense se trouve sur la partie arrière du pied. Le tout offre un ensemble amorti / dynamisme assez intéressant avec une bonne souplesse.

Le mesh est toujours très sobre avec un beau dégradé bleu et vous pourrez constaté que les renforts latéraux sont à l’intérieur du mesh alors que la plupart des marques l’affiche en extérieur (éléments de réassurance sans doute).

Alors sur la route ça donne quoi ? 

Même si la marque a fait ses débuts sur les trails, elle a su séduire les coureurs sur route et ce modèle va bien dans ce sens. Fini les modèles trails adaptés pour la route et permettre aux traileurs de courir sur route pour compléter leur entrainement, maintenant les modèles sont pensés pour chaque pratique et cela se ressent, c’est souple et agréable. Elles sont légères (au alentour de 300 grammes en 43 1/3), alors on pourrait discuter de toute la subjectivité de la notion de légèreté puisqu’il existe des modèles sous les 200 grammes pour la même taille… mais il faut se souvenir qu’il y a quelques années, des modèles confortables avec de l’amorti avoisinaient les 350 grammes sans souci.

Un modèle passe-partout

Un modèle qui sert à tout : fractionnés, footing de récupération ou sortie longue. Ce modèle est un véritable passe partout pour le coureur moyen que je suis. Un modèle Hoka One One qui vous fera découvrir la marque en souplesse si vous n’avez jamais essayé.

 

 

Laisser une réponse