Polémique : taxe running ou la dîme à la fédération



 

eurosDifficile pour moi de ne pas réagir à cette polémique qui enfle mais qui était (selon moi) largement prévisible. Une petite phrase glissée dans une réunion publique par le président de la Fédération Française d’Athlétisme Bernard Amsalem a mis le feu aux poudres. Il serait en train de faire du lobbying auprès du ministère des sports pour faire modifier la loi sur les organisations de course hors stade et ainsi obligé les organisateurs à reversé un part de l’inscription à la fédération.

C’est tout à fait faisable et non sans précédent, il suffit d’avoir fait une fois un triathlon pour se rendre compte du système. A l’inscription, il est demandé si vous êtes licenciés ou non à la FFTri, si ce n’est pas le cas, vous êtes obligé de prendre une licence dite journalière… Deux effets : soit vous payez cette licence à chaque compétition soit vous préférez vous licencier… Au final, cela gonfle le nombre de licenciés… En triathlon, même des épreuves plus à la marge comme le X-Terra passent par ce système.

Il y a d’autres fédérations qui pratiquent également ce type de licence. Il faut être clair cela ne s’appellera pas la taxe running. il suffira d’obliger les organisateurs par une modification de la loi à prendre une licence journalière pour les coureurs non licenciés à la FFA. Le calcul est rapide : 9000 courses par an et des millions d’inscrits… si on retire les 260 000 licenciés… je pense qu’avec une licence journalière à 1 euro, on peut atteindre facilement 5 millions d’euros par an…

Sachant que le budget de fonctionnement de la FFA est de l’ordre de 20 millions d’euros. Vous pouvez imaginer l’appel d’air que cela ferait pour la fédération… Je suis sûrement fataliste mais connaissant nos chers politiques, je vois mal comment cela pourrait en être autrement…

Ce que je regrette, c’est que depuis le début du hors stade, la FFA a toujours privilégié la piste d’ailleurs actuellement le hors stade ne représente que 10% du budget de la fédération alors que 30% est attribué au suivi du haut-niveau. D’ailleurs c’est pour la première fois en 2014 que le budget du hors stade a été véritablement (je vous invite à consulter les documents sur le site de la fédération, en particulier les rapports des différents congrès).

Mais il ne faut pas voir cela comme quelque chose de négatif, la fédération va surement apporter beaucoup : suivi des coureurs, organisation de circuits, aide aux clubs pour l’organisation. Si il y a une entrée d’argent à la fédération, elle sera identifiée et correspondra à d’autres dépenses pour faire vivre le milieu français du hors stade.

Donc pour moi cette polémique n’en n’est pas une, attendons de voir ce que cela nous réserve, la fédération devrait bientôt détailler son plan d’actions.

4 commentaires sur “Polémique : taxe running ou la dîme à la fédération”


Posté par Jean Claude Potard Le 27 mars 2015 à 8:20

Non je ne pense pas que celà nous rendras de grand service,nous »amateurs », je pense que cela iras en priorité aux circuit pros…voyez avec le foot,ect….tout pour les gds clubs et rien ou des miettes pour les petits….Ne nous laissons pas berner !!!

Répondre


Posté par Bruno Etiemble Le 27 mars 2015 à 12:24

Et bien moi, dans ce cas, je me tournerai vers des « off » car, par conviction et comme je l’ai déjà écrit, il est hors de question que j’engraisse des fonctionnaires de la Fédé pour qu’ils nous disent ce qu’on doit ou ne doit pas faire. Il y avait dans l’interview de B Amsalem une sorte de condescendance, voire presque du mépris pour les traileurs « ils ont les moyens » « …10000 contestataires ne sont rien au regard des 9 000 000 de pratiquants ». Lamentable, ni plus, ni moins!

Répondre


Posté par bendufff Le 27 mars 2015 à 14:05

Ou comment décourager pas mal de monde avant même la course. La vie est dure pour tout le monde en ce moment, ce n’est pas la peine d’augmenter le prix des courses. Effectivement, en triathlon il faut payer une licence journée pour un non licencié. ça rajoute environ 20 euros. Pour exemple, le triathlon de paris (95euros) passe à 115 euros (plus de 2 euros du km…). Qui peut se permettre de mettre se prix là dans 1500m de nage, 40km de biclou et 10km de cap…. ? Les trails et courses hors stade restent les seules courses abordables au niveau du prix. Il faut à tout prix les garder si l’on veut sauvegarder la pratique populaire du sport et ce qui va avec (santé pour tous, solidarité, mixité….). En revanche, la fédé peut créer des courses ou soutenir les courses déjà créées…

Répondre


Posté par citizen Le 27 mars 2015 à 22:06

« pour faire vivre le « milieu » français du hors stade » Vu d’ici, de France non parisienne, c’est tout a fait l’image que ce microcosme donne, celle du « milieu » … La vérité c’est que nous n’avons pas besoin de la « protection » de ces gens qui en outre sont payés par l’état donc par nos impôts. Il faudrait alors payer 2 fois ? Le prix des courses est assez élevé comme cela pour un sport populaire ! On va finir par ne faire plus que du Off, rentrons dans la clandestinité chers camarades, prenons le maquis ! 😉

Répondre


Laisser une réponse