Le trail est-il urbain ?



 

trail-est-il-urbainSi l’on se réfère aux récentes conclusions des Assises internationales du trail, qui est une « course nature » avant tout, avec seulement 20% de routes goudronnées, la réponse est NON ! Mais les coureurs, les organisateurs, les suiveurs, ont un autre avis. La ville a des atouts et la nature est partie à l’assaut du macadam…

Beaucoup de passionnés n’arrivent pas à associer ces deux termes : trail et urbain. Et sans doute, ils n’y arriveront jamais. Car comment, en effet, concevoir qu’une course nature puisse se dérouler en plein centre ville ? Pourtant force est de constater que l’engouement pris par ce genre d’épreuves dans l’hexagone est tel qu’on en voit fleurir à tous les coins de rue. Si l’on peut dire ! Les coureurs sont avides de nouveauté, d’ambiance, de festif, de convivialité, de facilité et aussi d’amusements. Bref on est loin du concept de compétition pure et dure. Il faut avant tout s’éclater, se faire plaisir et pouvoir en discuter ensuite durant des heures avec les potes… Et pour cela le trail urbain a beaucoup d’atouts, on ne peut le nier. Il permet de découvrir une ville sous un jour nouveau, il permet d’avoir accès ensuite à des services tels la restauration et la boisson plus facilement, il permet aussi quelques audaces que l’on ne tenterait pas en campagne : les descentes de marche, les ascensions de monument, les passages dans des rues habituellement réservées aux voitures.

Le coureur peut se permettre, pour une fois, tout ce qu’il lui est formellement interdit le reste du temps. Cela n’a pas de prix à notre époque. Il faut croire ! Le Trail Urbain de Lyon a montré la voix. Précurseur en la matière avec aujourd’hui une épreuve très prisée qui attire plus de 5000 coureurs. Mais le sud-ouest ne déroge pas à la règle et a suivi le pas depuis quelque temps. Aussi les épreuves du style fleurissent comme des champignons. Sauf que ceux-ci ne se trouvent pas en ville d’habitude !

Plaisanterie mise à part, Toulouse s’est dotée cette année de deux trails de la sorte. Il y a eu le Trail Urbain Toulousain au début du mois de mai qui a attiré plus de 1500 coureurs dans la ville rose pour une première édition. Succès d’entrée donc presqu’incroyable. Deux sportifs de bon niveau, traileurs aguerris, sont à l’origine du projet. Adrien Séguret et Lionel Villeneuve ne débarquent pas de nulle part. Cela fait quelques années déjà qu’ils organisent tout un tas d’épreuve depuis leur Aveyron d’origine et avec l’association qu’ils ont crée pour cela. Leur spécialité d’ailleurs reste plutôt le raid multisports, mais l’année dernière quand ils ont fait passer leur raid toulousain par Toulouse justement, ils se sont rendus compte du potentiel qu’ils avaient sous la main. Resté plus qu’à obtenir toutes les autorisations. Mais depuis peu, on vient d’apprendre qu’un deuxième trail aurait lieu en plein Toulouse. Il s’appellera lui Trail Toulouse Métropole avec également un passage nature dans la « montagne » toulousaine, à savoir les côteaux de Pech David. Il faudra donc suivre cela de près pour vous en dire plus.

Mais d’autres villes plus petites ont suivi le pas. Om a pu noter le trail semi-urbain de Figeac, le trail urbain de Pau, le trail urbain de Rodez, le Trail de l’Albigeois qui connait aussi un réel succès sous l’impulsion de Michel Molinier ! Bref est-ce un effet de mode ? Est-ce que toutes les courses peuvent se nommer trail juste parce qu’elles empruntent un bout de canal ? Allez savoir ! En tout cas les coureurs aiment et en redemandent. Comme c’est aussi le cas pour les courses un peu « folles » avec des passages d’obstacle et autres surprises en tous genres, ou même les Holi-runs, nouvellement débarqués en France, avec de la peinture en guise de rafraichissement !

Laisser une réponse