Asmathiques / Coureurs même combat ?



 

Etre blogueur sur wanarun a des avantages mais parfois il y a des inconvénients, la récéption des communiqués de presse en fait partie. La gestion de ces communiqués prend du temps et ne donne que peu d’informations intéressantes.

Difficile de trouver une règle pour gérer ce flux d’informations et ne pas tomber dans l’archétype du recopieur de communiqué de presse. Quand on en reçoit de manière régulière, c’est là qu’on s’aperçoit du travail des autres blogueurs et de la qualité d’écriture / d’analyse.

Bien sûr, les communiqués de presse sont une source d’information et les ignorer c’est parfois passer à coté d’une information intéressante… Je pense que sur Wanarun, on utilise en moyenne 1% des communiqués pour faire un article…

Tout ça pour en revenir à mon article du jour : Je reçois donc un communiqué sur le Power Breathe (Communiqué que j’avais reçu déjà il y a quelques temps sans que cela m’ait interloqué).

Voilà l’instrument de torture de vos poumons.

La première mise en avant du produit était dans le cadre d’une campagne plutôt orienté sportifs et la deuxième dans le cadre de la journée mondiale de l’Asthme.

J’en déduit que les asmathiques et les coureurs ont un problème commun : la gestion du souffle.

A la récéption du 2ème communiqué voilà que les démons de la respiration revienne en moi…

La gestion du souffle est ma hantise depuis mes premières brasses en piscine et j’ai beau faire des efforts depuis toujours c’est un mécanisme de mon corps que je ne maîtrise pas comme je le voudrais.

La seule technique de respiration que j’utilise est une technique de relaxation qui m’aide parfois à dormir : Inspiration sur 4 temps, blocage sur 3 temps et expiration douce sur 7 temps.

Alors ajouteriez vous ce type d’ustensile à votre planning d’entrainement ? Je veux tout savoir sur vos techniques de respirations !

2 commentaires sur “Asmathiques / Coureurs même combat ?”


Posté par RunOnline Le 29 avril 2010 à 22:10

Je suis allergique et en cette période de pollinisation intense, c’est très difficile. J’utilise l’homéopathie et parfois des médicaments lorsque les crises sont trop importantes et déclenchent des crises d’asthme. Mais je me refuse à utiliser ce type d’appareil pour la préparation, je travaille ma respiration lors des séances d’entraînement, particulièrement lors des périodes où je respire moins bien en essayant de la contrôler et surtout de l’économiser – pas facile à vrai dire mais ça vient avec le temps. Ce qui est surprenant avec le souffle, car la respiration, ce autre chose que la gestion du souffle (??!), c’est qu’on a tendance à l’utiliser sans trop se poser de questions…jusqu’au jour où il se fait plus rare et là, on prend conscience de son importance. Le fait de replonger dans l’allergie il y a quelques années m’a permis de le comprendre.

Répondre


Posté par vad1973 Le 30 avril 2010 à 6:43

J’ai quelques petits problèmes d’allergie moi aussi. Étonnamment ils se déclarent exclusivement pendant l’hiver, surtout quand il fait plus froid et humide. Ils peuvent occasionner des crises d’asthme, surtout lors de séance de fractionnés et parfois même juste en seuil. Bref, j’ai remarqué que lorsque la crise survenait, un exercice respiratoire me permettait de la contrôler plus facilement (pas pendant les fractionnés bien sûr). Cet exercice consiste, lors du retour au calme, en endurance, à inspirer longuement par la bouche et par le nez et ensuite à expirer en soufflant, comme si on gonflait un ballon. L’expiration doit partir de l’abdomen et vider complètement les poumons. Le fait de se focaliser sur cet exercice respiratoire fait baisser plus vite les pulsations cardiaques (un peu comme au yoga) et distrait l’attention de la difficulté respiratoire. Je sais que ça ressemble à se mettre une baffe pour éviter de penser qu’on a mal au pied mais le fait est que ça marche !!!

Répondre


Laisser une réponse