Running, Trail, Fitness
 

Plaque de carbone : évolution ou révolution ?

Manu


 

La nouvelle réglementation

Alors que Nike vient d’annoncer la sortie de l’Alphafly (Ce modèle est la version commerciale du modèle utilisé par Eliud Kipchoge pour passer sous les 2 heures sur la distance marathon), la commission de World Athletics (anciennement appelé IAAF) a rendu son rapport et a donné les éléments qui permettront de limiter les sur-performances de ce type de modèle. Les modèles utilisés en compétition devront être commercialisés depuis 4 mois, la taille des semelles ne devra pas excéder 4 centimètres et une seule plaque en fibre de carbone sera tolérée.

La Nike Alphafly qui sortira dans les prochaines semaines et qui sera sûrement utilisée lors du marathon des jeux olympiques de Tokyo sera donc une version modifiée de celle utilisée par Kipchoge : une seule plaque de carbone au lieu de trois et une semelle légèrement plus basse.

Avant la plaque en carbone

Les plaques de carbone dans les chaussures de running ont été une véritable révolution et pourtant les plaques sont loins d’être une nouveauté. En effet, le concept de plaque offrant une propulsion supplémentaire n’est pas complètement nouveau. La marque suisse On Running utilise une plaque appelée Speedboard depuis de nombreuses années. Cette plaque emmagasine l’énergie lors de l’impact au sol grâce à sa forme et à sa constitution. Ensuite elle restitue l’énergie lors de l’impulsion pour améliorer la course.

A la différence de ses concurrentes, la speedboard de la marque suisse n’est pas en fibre de carbone mais en polymère thermoplastique. Mais l’idée d’un ressort qui restitue l’énergie de l’impact est la même.

Les modèles disponibles

Nike ZoomX Vaporfly Next

C’est la première marque qui a vraiment lancé la production des chaussures avec plaque de carbone. C’est le modèle le plus utilisé actuellement et il a construit sa réputation sur des résultats assez bluffants aussi bien chez les coureurs élites que pour des coureurs aux chronomètres plus modestes. Elle sera rejoint dans la gamme par le modèle Alphafly dans les semaines à venir.

Hoka One One Carbon X

La marque connue pour ses semelles intermédiaires de gros volumes a profité de son athlète américain multi-casquettes Jim Walmsley et d’un record sur 50 miles pour mettre en vente ce modèle.

Brooks Hyperion Elite

Disponible début mars 2020 chez les spécialistes, la Brooks Hyperion Elite possède également une plaque en fibre de carbone dans la semelle intermédiaire. Eprouvée depuis plusieurs années via des prototypes, elle a déjà remportée le marathon de Boston au pied de Desiree Linden en 2018.

A venir

Vu l’engouement des coureurs pour ces modèles de nombreuses marques vont se lancer prochainement : adidas, asics, saucony. New balance propose un modèle 5280 FuelCell mais c’est uniquement pour des courtes distances : idéal pour 1 mile soit 1600 mètres environ (5280 pieds d’où son nom).

Des modèles plus chers

Bien sûr vous n’avez pas pu échapper au prix de ces modèles qui flirtent parfois avec les 300 euros et bien au dessus du plafond des 200 euros que l’on pensait être le maximum pour une chaussure de running.

Il faut dire que la recherche et la complexité de la fabrication (en particulier l’insertion de la plaque en fibre de carbone dans la semelle intermédiaire) font rapidement monter les prix. Malheureusement la demande très forte sur les modèles Nike (souvent en rupture de stock) ne va certainement pas faire baisser les prix.

Test Brooks Hyperion Elite

A l’occasion du lancement de la gamme Hyperion (Elite et Tempo), j’ai eu l’occasion de tester ce nouveau modèle avec une plaque en fibre de carbone. Il est vrai que je m’étais interdit de tester ce type de chaussures pensant que ce n’est pas vraiment fait pour un coureur comme moi (un coureur de milieu de peloton) mais il semblerait que ces « chaussures volantes » (comme certains journalistes les ont nommées) font leurs petits effets.

Pour le lancement, Brooks nous avait convié sur la piste du stade olympique d’Amsterdam pour tester les performances du modèle sur un simple tour de piste. Effet placebo ou pas, je fais 10 secondes de mieux qu’avec un modèle classique.

Tout dernièrement lors d’un entrainement pour la préparation de mon prochain marathon, je tente l’expérience sur une boucle de presque 8 kilomètres que je pratique très régulièrement. Malgré un premier kilomètre assez tranquille, je décide de tenir un bon rythme jusqu’au bout. Au final, je me surprend à finir le tour avec 20 secondes au kilomètre de mieux que mes meilleurs temps sur la boucle.

Il faut dire que je suis plutôt en forme en ce moment mais de là à faire un tel chrono, il y a de quoi se poser des questions…

Il ne fait, à mon avis, aucun doute vu les performances des coureurs qui utilisent les plaques en carbone (quelque soit la marque) que cela a un effet positif mais cela ne transformera pas une tortue en cheval de course.

La question qui peut se poser est : à partir de quelle allure ce type de chaussure devient vraiment efficace ?

Laisser une réponse