Running, Trail, Fitness
 

adidas Ultraboost recode : test de la version 2019



 
adidas ultraboost recode

Le mois de février rime souvent avec les grosses nouveautés de la marque adidas. Depuis quelques années, la majorité des nouveautés tournent autour de la technologie Boost qui assure un excellent amorti. la marque allemande propose une mise à jour significative de son modèle phare avec l’adidas ultraboost recode.

En ce début d’année 2019, l’Ultraboost a donc été repensée et améliorée pour offrir une meilleure expérience de course. Un grand nombre de points ont été transformés.

Tout la protection du talon et plus particulièrement le tendon d’Achille, avant il y avait une grosse coque assez dense, elle a été remplacée par une forme linéaire composée d’une ligne fine plus dense et une ligne large plus souple (Elle a été mise en avant par les couleurs avec un trait rouge qui entoure le talon).

La semelle d’usure a également été améliorée avec une nouvelle matière (toujours fournie par Continental) qui offre une adhérence encore meilleure (adidas annonce une amélioration de 20% de l’adhérence). La structure des crampons (toujours relative car c’est une chaussure pour la route) est complétement différente. On ne retrouve plus les cercles comme sur l’ancienne version mais plutôt des octogones et la matière Boost est moins visible que sur l’ancienne version.

La semelle intermédiaire (entièrement en matière Boost) a été revue avec plus de matière pour améliorer encore plus l’amorti. Le système de torsion change également et on ne retrouve plus la partie qui venait sur le coté intérieur (à l’image d’un petit controle de stabilité pour les pronateurs).

Le contrôle du médio-pied est toujours présent mais le design à bases de 3 bandes séparés a été abandonné pour une bande pleine qui fait apparaitre les trois bandes. La bande est maintenant moins épaisses que la version précédente.

Le mesh a aussi été largement transformé : sans coutures et d’un seul morceau avec une élasticité tout en douceur.

le test de l’adidas ultraboost recode

Après une première partie de l’année consacrée à la préparation du marathon de Paris, il est venu le temps de reprendre l’entrainement pour les triathlons très sérieusement.

adidas ultraboost recode

Bien sûr, je ne suis pas un coureur élite, loin de là. Mon but est de prendre du plaisir, relever des défis et essayer de faire mieux que la fois précédente.

Depuis plusieurs années, j’utilise les différents modèles ultraboost pour mes courses en triathlon. Elles sont idéales pour tout un tas de raisons : On peut les enfiler facilement sans forcément faire les lacets, elles sèchent très vite, elles sont légères et j’apprécie particulièrement l’amorti si spécifique que procure le semelle en matière Boost.

adidas ultraboost recode

Quand j’ai vu la flexibilité du nouveau mesh, sa structure et la languette qui remonte bien haut, J’ai tout suite pensé que cela serait facile à enfiler. Impression confirmée dès les premiers essais…

Après quelques semaines (sachant qu’il m’arrive de les porter en dehors des séances de sport), l’élasticité est toujours bonne et le maintien excellent.

La nouvelle partie arrière maintient bien la cheville et les zones de renfort intérieures sont très agréables. Avec ma cheville droite qui est toujours fragile, cela me rassure toujours d’avoir un bon maintien à ce niveau sans pour autant être complètement bloqué.

Si le poids est plutôt dans la moyenne avec 310 grammes en 42, la répartition des poids semblent venir principalement de la semelle et les impressions sont différentes par rapport à des modèles de même poids.

La semelle d’usure en gomme continental est assez épaisse et apporte une excellente adhérence. l’érosion est limitée et elle devrait offrir une bonne durabilité aux modèles.

L’amorti est toujours aussi bon et si vous avez apprécié les chaussures de running équipées de matière Boost vous devriez vous y retrouver. Cependant malgré différentes comparaisons (à différentes allures) avec les modèles précédents (en alternant des lignes droites), j’ai eu du mal à percevoir une franche différence.

Si ce n’est pas le Boost supplémentaire qui m’a convaincu, tout le reste des évolutions sont les bienvenues et elles apportent un vent de fraicheur sur un modèle largement éprouvé.

Si vous cherchez un modèle pour le triathlon, je vous invite à étudier ce modèle de près et je devrais sans doute le porter sur mes prochains triathlons.

Un modèle qui devrait continuer de faire le bonheur de coureurs et aussi des non-coureurs car c’est l’un des modèles les plus portés en dehors de la course à pied.

Laisser une réponse