La Chronique du Mont Blanc #4: l’Ardéchois



 

UTMB ultra trail du mont blanc 2009On peut se poser la question: » pourquoi l’Ardèchois, dans cette chronique? » Bien sur on parle de la course et non pas de l’habitant du département de l’Ardèche. Pourquoi donc, cela peut il se retrouver au sujet d’une chronique sur le Mont Blanc? La réponse est toute simple,  il s’agissait de mon premier test en vue de l’UTMB et de ce fait le retour sur cette épreuve me donnait à la fois l’occasion de vous raconter cette nouvelle aventure et de récupérer des informations qui j’espère me seront utiles en vue de mon objectif fin Août.

Bien que je sois obligé de me lever à 5h00 du matin, je pars plutôt guilleret, car même à cette heure indécente pour une personne qui a toujours pensé que ses principales forces étaient du soir, la température est douce et il ne pleut pas. 1h15 de route tranquille, me voilà à Desaignes, lieu de départ de cette mythique épreuve de l’Ardèchois, je suis accueilli par le soleil. Inscription, remise du dossard, je croise Augustin Guibert qui se plaint de la température et regrette la pluie, voir l’absence de neige… Au delà du talent et de leurs qualités de coureurs, il y aura toujours quelque chose qui me sépare du monde de l’élite… Je m’équipe, dans ma petite voiture, en jetant des regards envieux vers les concurrents venus en camping car. Pour la 1ère fois de l’année, j’ai fait une « préparation complète »: 2 jours de malto, massage aux huiles essentielles, patch sur les (vieux) genoux, gatosport.

IMG_17637h57: au milieu de la foule et sous le regard de Dawa Sherpa, je tape la causette avec 2 concurrents au sujet des Hoka. Bien que ces chaussures deviennent de plus en plus présentes au sein des traileurs (je ne peux pas parler du monde de la route que je ne fréquente plus), on reste toujours un peu la curiosité et l’objet de remarques sceptiques sur leurs bienfaits. Comme d’habitude, bien  que je ne sois ni sponsorisé, ni rétribué d’une façon ou d’une autre par la marque, je vante les qualités et les avantages que je retrouve dans les Hoka, depuis bientôt 4 ans. Le départ est donné, me voilà en route pour 9h00 de sortie. 9h00 c’est l’estimation de ma feuille de route, l’idée principale étant d’arriver avant 13h00 (la barrière horaire) à l’embranchement du 57 Km. C’est ma 3 ème participation à l’Ardéchois sur cette distance, mais il y a 2 ans, j’étais arrivé hors délai au moment du choix du parcours et avais du me rabattre sur le 36. Quand à l’année dernière, j’étais bien dans les temps, mais par manque d’envie et pour le plaisir (air connu) j’étais resté sur le « petit » parcours. Cette fois, l’objectif est absolument d’aller au bout des 57 bornes, afin d’accumuler du temps de course et du kilomètre (mon maximum étant pour l’instant, la distance sur le Trail du Ventoux, soit 40 Km). C’est également ma première en 2015 avec les bâtons, je suis content de les retrouver car je sais qu’ils m’apportent beaucoup, notamment en montée ou malgré mes petites jambes, mais avec mon faible poids, j’arrive à conserver un bon rythme, notamment quand ça grimpe.

Km 9,7/1er sommet/9h25/ J’ai environ 15 mn d’avance sur le planning, donc tranquille et serein. J’essaye de rester concentré sur ma propre course, de ne pas me retrouver embarqué dans les allures d’autres concurrents, d’autant plus que je ne sais pas s’ils participent au 36 ou au 57 Km. Mon objectif aujourd’hui n’est pas de réaliser une performance, mais une bonne sortie longue et d’en analyser les sensations. Ah! C’est sur, ça n’à l’air de rien, mais notre activité sportive c’est toute une affaire d’analyses et de réglages. Contrôles de plusieurs paramètres: l’état musculaire, la technique de course et d’utilisation des bâtons, le niveau et la qualité de l’hydratation, l’alimentation, la gestion de la vitesse, du terrain, etc… Je suis un vrai rat de laboratoire en auto observation.  Ceci étant en l’état actuel, il y a un peu de tension dans les biceps à cause des bâtons, mais en contre partie les quadris se portent à merveille, ce qui est plutôt rassurant car c’est sur la longueur que les soucis arrivent.

IMG_1768Km 18/ Château de Rochebonne/10h24/Toujours un gros 1/4d’heure d’avance sur mon estimation. La descente s’est plutôt bien passée, je suis resté prudent, laissant passer les plus rapides qui arrivaient derrière moi. Le soleil brille, il fait chaud et le panorama est magnifique. Je prends même quelques instants pour faire quelques photos durant le passage dans les ruines du châteaux. La partie qui vient est assez technique, avec de longs passages en single. Je fais l’élastique avec un petit groupe, sans trop chercher à les coller ce qui me permet de passer les obstacles à mon rythme.         Le ravito sera le bienvenu, je suis à fond de bidon. La chaleur, que je trouve enfin pour cette 3 ème épreuve dans le « sud », est au delà de ce que je pensais et je bois plus que prévu. Quelques soucis gastriques aussi, qui m’inquiètent car peu habituels; je mange une barre pensant que peut être le gatosport, avalé il y a plus de 5h00, n’est plus qu’un vague souvenir dans mon estomac.

Km 23,1/St Jean de Roure/Ravito 1/11h25/Plus que 5mn d’avance sur mon horaire. La montée jusqu’au village de Saint Jean de Roure a été assez difficile, pas tant au niveau du parcours que par manque d’énergie. Pas évident d’effectuer 3h30 de course avant de rejoindre le 1er ravito. Je pose mes bâtons, bois un peu d’eau gazeuse, et me sers ma collation habituelle sur un ravito: banane/coca. Après avoir remplis mon bidon, embarqué du pain d’épice et récupéré mes bâtons, me voilà reparti. Rapide, efficace sans se laisser distraire, c’est la (ma) recette pour un ravito réussi.  J’ai un 1h30 pour faire les 6 km avant la bifurcation pour le 57 , dont 2 Km de grosse montée. A priori ça devrait le faire, mais il ne va pas falloir flâner et ni se laisser embraquer car j’ai du mal à me situer dans la course, avec le mélange des coureurs du 36 et du 57. Une fois arrivé au 2ème sommet (Km 25,3) je branche la musique, les bâtons dans une main, j’adopte un rythme de course que j’essaye de maintenir quelque soit l’irrégularité du parcours. J’ai conscience de lâcher un peu mentalement, des pensées négatives comme de n’avoir pas fait la moitié de la distance ou de ne pas être sur d’avoir envie de continuer pendant encore des heures, me tournent dans la tête. Physiquement je sens parfois quelques petites pointes au mollet, c’est des débuts de crampes, qui doivent être dues  à un manque d’hydratation (compte tenu de la chaleur , je ne bois pas assez), mais globalement ça va.  J’ai les jambes et l’énergie pour aller au bout. Mais quand même, quand est ce qu’il va finir par se pointer ce foutu embranchement…?

IMG_1764Km 31/Carrefour36/57/12h44/ Enfin le voilà! Pas un regard pour ceux qui continuent tout droit, je met le clignotant à droite. Pour info je demande le kilométrage au signaleur, qui m’annonce « environ 30″ (j’ai 31 sur ma montre et il était annoncé que c’était au Km 29…), 1/4 h de marge, je dois faire partie des derniers à passer. Aucune importance, je ne suis pas là pour un classement (je ne suis jamais là pour un classement) mais simplement pour terminer. Une descente bien raide à travers bois que je fais très doucement, ce qui permet à une dizaine de coureurs de me doubler, finalement, il y avait encore du monde derrière. Après avoir rejoins une piste forestière je rattrape 3 coureurs et après un petit conciliabule on décide de rester ensemble,  notamment Gilles qui semble apprécier mon rythme. Pour ma part j’ai besoin d’être avec quelqu’un pour éviter de trop penser, notamment  à tout ce qu’il reste à faire. On papote tout en avançant, je lui raconte la 180, le MDS, je sens bien qu’il me prend pour un extra terrestre pour avoir participé à ces épreuves, mais je lui fait remarquer que celui qu’il prend pour un ersatz de Killian Jornet , et bien il galère, et il est bien content de se mettre dans les traces de son compagnon du moment.

Km 35/Sautereau/Ravito 2/13h28. On termine nos bidons avant de rentrer dans le village, croyant y trouver le ravito, quand un concurrent nous annonce qu’il faut encore faire 10 Km!!! Panique!! On demande à un vieux monsieur, qui assis sur son banc regarde ces malades courir à l’heure de la sieste, s’il peut nous dépanner? Cela ne semble pas vraiment possible, quand un autre gars arrive et nous certifie que le ravito est à 200m! Ouf! Sauvés! Sinon ils allaient avoir 2 morts sur la conscience. Je me refais une petite santé, mais surtout un moral à l’ombre du ravito. Au soleil ça cogne sec, Gilles semble avoir du mal avec la chaleur. J’essaye de le réconforter en lui disant qu’on a de la chance, qu’on pourrait avoir de la pluie, voir de la neige (comme il y a 2 ans), ce qui ne semble pas vraiment le réconforter. Il m’explique que le plus dur est à venir, avec une montée de 2,5 Km et plus de 500m de D+. Perso, ce qui m’inquiète, c’est surtout les 22 Km restant et les 4h00 de course.

Km 43,6/La Batie d’Andaure/ 15h05. Nous voilà au pied de la fameuse ascension. Avancer en binôme avec Gilles a permis aux kilomètres de défiler plus vite et de partager ces moments. C’est un des plaisirs majeurs, ces rencontres que l’on fait durant les courses et c’est ce qui restent ensuite comme les images les plus fortes. Le moral est très nettement remonté, tout va bien au niveau des sensations physiques et je n’envisage plus la fin de cette course comme un calvaire. Contrairement à Gilles, qui me demande d’ailleurs de ne pas l’attendre, je ne crains pas la montée qui s’annonce. Je rebranche la musique, le regard fixé sur le devant mes chaussures, je m’élance dans la pente. Très vite je lâche Gilles et je me retrouve seul. J’adore ces moments, cette sensation quand l’effort fourni par les jambes, les bras (avec les bâtons) fabrique cette énergie qui remonte au cerveau et procure ce sentiment de bien être, de plaisir. On se sent vivant, performant et on profite pleinement du moment présent, dans un espèce de mélange de physique et de mental. Même si ce n’est sans doute pas le terme approprié, je dirais qu’on se fait un bon trip physiologique. C’est vraiment une chance de pouvoir vivre de tels instants et j’ai toujours une pensée dans ces moments là  pour ceux qui, pour des raisons diverses, ne peuvent pas ou plus connaitre. Heureuse coincidence de la play list, David Bowie avec : »We can be heroes, just for one day ».

IMG_1771Km 46,7/15h58. Ca y’est j’ai atteint le sommet, encouragé par des spectateurs avec leurs sirènes de match de basket. Le final m’a rappelé, le Pilat Trail et la montée aux « 3 Dents », de la pierraille, des genets qui obstruent le sentier. 1H00 pour faire 3 Km, mais compte tenu du profil et de l’état du parcours, c’est logique. J’ai pris beaucoup de plaisir durant cette montée et avec l’impression d’avoir été efficace. Je profite du panorama en bavardant avec un couple qui m’annonce un fin de parcours plus roulante. Il me semble voir Gilles plus bas, je dois avoir 10′ d’avance sur lui. Comme il commence à tomber quelques gouttes et, comme convenu, je ne l’attends pas et repars.

Km 50,1/Nozières/16h31. Je traverse le village ou se trouve un petit ravito, je remplis une dernière fois mon bidon et ne m’attarde pas, sinon je vais finir devant une bière à la terrasse du café de la place.  Il doit rester 5 km quand Gilles revient sur moi, il me propose de le suivre en reprenant le mode course. Très vite je le laisse partir afin de rester dans mon propre rythme et surtout de ne pas me faire une cheville dans un trou ou sur un appui mal assuré, l’objectif du jour est atteint. J’arrive en vue de Desaignes, puis c’est la  dernière montée ou comme d’habitude j’enclenche le mode sprint et  colle un sourire en façade. Je double 2 concurrents qui me tirent la gueule. Et oui, je sais, c’est très déplaisant de se faire doubler par un type avec la banane, qui à l’air super facile, alors que ça fait des heures qu’on en chie. Ca fait partie de mes petits plaisirs et je franchis donc la ligne en 9h20′!

Arrivée/18h01. Je retrouve Corinne, une amie de la 180 qui termine son repas et m’installe à sa table pour déguster le boeuf à la broche traditionnel, alors que démarre la remise des prix. Alors, si vous voulez assister aux remise de prix et rencontrer les vainqueurs,  c’est facile, suivez moi et adoptez mon allure. Demandez à Augustin Guibert, on ne se rencontre jamais sur une épreuve, mais je suis toujours là au moment ou il va monter sur le podium.

IMG_1761Sur la route du retour/ 19h06. Content de cette journée, j’ai enfin terminé cet Ardéchois en version 57Km. Content de n’avoir pas souffert physiquement et surtout de n’avoir aucune douleur post course. Je me suis changé sans effort et mes pieds sont en parfait état. Aucun souci pour conduire, je peux freiner et accélérer sans avoir de tension dans les jambes. Objectif complètement rempli, il va quand même falloir un peu travailler le mental, pour ne plus avoir ces passages à vide. Bon, par expérience je sais que sur une course dépassant les 5/6h et encore plus dans un ultra comme la Maxi Race ( ma prochaine grosse épreuve) ou je vais devoir courir près de 20h, il faudra gérer ces alternances de moments difficiles et de périodes euphoriques. C’était simplement ma deuxième longue sortie (supérieure à 3h30) depuis la 180, soit 6 mois, il faut donc que tout cela se remette en ordre de fonctionnement. Satisfait aussi de la logistique technique et du matériel, même si là aussi on ne peut pas tirer de véritables enseignements pour l’ l’UTMB, d’une épreuve de moins de 10h00. Au vu des résultats et du classement, il y a quand même une petite déception, mais qui disparait très vite avec les nombreuses satisfactions, comme celle de sentir que la forme est présente et la récupération très rapide (je me sentais d’attaque pour un footing 48h00 après et j’ai pu enchainer une semaine d’entrainement derrière). Et surtout, journée avec plein de rencontres, un magnifique parcours, une météo parfaite, bref que du plaisir!

Ultra salutations

 

DSC_0932

 

« Faire les choses avec le sérieux d’un enfant qui joue » (JL.Aubert)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser une réponse