Running, Trail, Fitness
 

Skating ou ski de fond : varier les plaisirs



 

Cela fait quelques années que cela me trottait dans la tête. Tout simplement car je suis d’origine vosgienne et que j’ai sans doute fait du ski de fond à l’âge où d’autres apprennent à faire du vélo.

Quand j’étais petit, je sentais bien que c’était un sport difficile mais je n’avais pas vraiment de point de comparaison. Le ski de fond me semblait être un sport de glisse alors que c’est sans doute plus un sport d’endurance.

L’évolution du matériel, mon goût pour les sports d’endurance, les images de Martin Fourcade m’ont donné l’envie de refaire un test, l’occasion d’aller dans une station vosgienne. Comme je suis en pleine préparation pour le marathon de Paris, j’avais décidé de faire un week-end assez complet avec une sortie ski de fond le samedi et une sortie longue (mais pas trop le dimanche).

La neige était au rendez-vous et j’ai eu la chance d’avoir un temps magnifique : un ciel bleu, un soleil radieux et des conditions de neige plutôt bonnes.

Si dans ma jeunesse, je pratiquais principalement le style classique. Je voulais clairement essayer le skating qui est plus technique mais sans doute plus efficace. Attention si vous voulez lancer les skis de style classique ne sont pas les mêmes que les skis de skating.

La technique est beaucoup plus compliquée en skating mais quand on arrive en montée en mode classique, il faut mettre les skis en V car les écailles ne sont pas forcément suffisantes pour combattre la pente. L’avantage du skating est qu’on reste majoritairement sur le même mouvement.

Dans mes rêves, je me voyais appréhender le mouvement, la glisse en quelques mètres et ensuite profiter du paysage et gérer le rythme mais il n’en ait rien, j’ai mis plus d’une heure à sentir la glisse en skating sachant que la pente mais aussi la qualité de la neige qui est changeante (en fonction de l’altitude, de l’exposition au soleil). Une débauche d’énergie à laquelle il faut rajouter la crispation qui permet de garder l’équilibre. Un peu à l’image du roller.

Au total, près de 2h30 d’effort avec quelques pauses pour seulement 12 kilomètres parcourus, par moment j’en venais à me dire que je ferais mieux de courir dans la neige et porter mes skis. Mais sur la fin, la glisse revenait.

Une super expérience, l’occasion de s’entrainer autrement tout en gardant un effort assez proche de la course à pied. Bien sûr, l’aspect technique compliqué une peu les choses mais les rares moments où j’ai eu de bonnes sensations ont suffit à me conforter.

L’environnement, le sport et la météo. Tout ce qu’il fallait pour passer une bonne journée tout en gardant en tête l’objectif du prochain marathon.

Laisser une réponse