Running, Trail, Fitness
 

Les clés pour bien se préparer mentalement à un marathon



 

Courir un marathon, c’est certainement le rêve de tous les sportifs. Mais ce n’est pas forcément à la portée de tous. Le marathon est en effet un défi qui requiert une grande préparation physique. En moyenne, on estime que la course à pied permet de brûler près de 800 calories par heure. Dans le cas d’une course très longue comme l’est le marathon, il faut donc être dans un premier temps capable de supporter l’intensité de l’épreuve sportive, d’où l’importance de bien se préparer au moins trois mois avant une telle course. Mais au-delà de faire appel au corps, le marathon fait aussi beaucoup appel au mental. Qu’on se le dise, une course de plus de 42 kilomètres force le coureur à puiser dans toutes ses réserves, physiques comme psychologiques. C’est dans ce contexte qu’il est important de bien se préparer mentalement pour un marathon. Mais comment le faire, au juste ? Visualisation, poker et positivité sont les clés sur lesquelles miser.

Courir, ça se prépare aussi dans la tête !

Bien analyser son objectif

La course à pied et les Français, ça matche : actuellement, selon une étude menée par Capital en 2018, on compte plus de 8,8 millions d’adeptes du running en France, soit un million de plus qu’en 2015. Courir est donc une passion pour de nombreux Français. Mais de là à se lancer dans un marathon, il y a encore un cap qu’un grand nombre de coureurs ne sont pas forcément prêts à franchir. 

Quand on y pense, l’idée de courir 42,2 kilomètres juste pour le plaisir de le faire n’a aucun sens. Pourtant, qu’on se le dise, chacun a ses raisons de vouloir courir un marathon. Pour certains, il s’agira de repousser ses limites tandis que, pour d’autres, il s’agira de se libérer d’un certain poids ou de courir pour une belle cause. Quoi qu’il en soit, ce type de course est toujours fort en émotions. Et plus vous avancerez dans la course, plus la fatigue physique vous rendra sensible et donc fragile. 

Pour rester fort tout au long de la course, il est donc essentiel de bien vous focaliser sur votre objectif en permanence. N’oubliez jamais ce qui vous fait courir. Aussi, faites en sorte de visualiser la ligne d’arrivée avant et pendant la course pour stimuler à la fois vos jambes et votre esprit. Le fait d’imaginer la course, et notamment la fin du parcours, aura un effet positif sur votre cerveau et vous permettra donc de profiter d’un bel élan. 

Travailler sa concentration grâce au poker

Vous pensiez que, pour courir un marathon, il suffisait de mettre un pied devant l’autre le plus vite possible pendant 42 kilomètres ? Grosse erreur ! Pour vous préparer mentalement pour une course de ce genre, tout ne passe pas simplement par l’appropriation du trajet et des gestes à réaliser. En effet, pour tenir tout au long de la course, il est important que vous misiez sur un sport intellectuel pour booster votre concentration et votre force mentale. À ce sujet, sachez-le, le poker, qu’il s’agisse de poker en ligne ou de poker sur table, peut constituer un allié de choix.

En effet, on l’ignore assez souvent, mais le fait de jouer régulièrement à des parties de Texas Hold’em, d’Omaha hi-lo ou de Backgammon a de nombreux bienfaits pour les coureurs. Dans les faits, le poker permet de faire un travail sur soi en développant la patience, la concentration, la discipline ou encore l’adaptabilité aux situations changeantes. Or, toutes ces qualités jouent un rôle crucial dans les performances des adeptes du running puisqu’elles leur permettent d’affronter plus sereinement les difficultés de tout type de course, dont celles d’un marathon.

Par ailleurs, la pratique du poker en marge de la préparation physique d’un marathon, forcément très intense, est une bonne manière d’évacuer le stress accumulé. En effet, une fois que vous maîtrisez bien les règles du poker, ce jeu de cartes devient avant tout un divertissement, mais un divertissement qui pourrait bien améliorer vos performances sportives. Et cela n’est en rien négligeable quand on sait que le stress et la fatigue sont les premières causes de blessure chez un sportif, quel qu’il soit. Alors, en plus de courir, assurez-vous de jouer assez régulièrement pendant la préparation de votre marathon : votre corps vous remerciera !

Jouer aux cartes peut vous aider à mieux courir

Miser sur la pensée positive

Le dernier élément qui vous permettra de bien vous préparer mentalement pour affronter sereinement un marathon est quelque chose qui est souvent plus facile à dire qu’à faire : il faut positiver en permanence. En pratique, la pensée positive vous permet de « nourrir votre corps physique avec de la bonne nourriture ». Grâce à cela, une personne qui perçoit le monde de manière positive, avec optimisme, se sentira globalement en meilleure santé mentale et physique qu’une personne qui voit toujours le côté noir des choses qui l’entourent.

Cela étant dit, il n’est pas simple de positiver en permanence. La fatigue du quotidien, des petits tracas et des peurs en tout genre concernant l’avenir peuvent peser sur votre moral et, dès lors, sur votre préparation mentale. Pour entretenir la pensée positive, plusieurs pistes sont possibles : dans un premier temps, lire sur le sujet vous permettra de mieux comprendre et de mieux apprivoiser ce concept. Car croire au pouvoir de la pensée positive, c’est le premier pas pour la faire exister. Ensuite, faites en sorte d’utiliser des mots positifs dans votre quotidien, que ce soit dans vos pensées comme dans vos discours. Aussi, misez sur un sourire dès que vous en avez l’occasion : c’est prouvé, cela aide à penser positivement. Enfin, lorsque vous êtes dans un mauvais jour, tentez de trouver refuge dans des pensées qui vous rassurent et qui vous aident à vous sentir mieux. Cela peut passer par votre imagination, par l’écoute de certaines chansons ou encore par le visionnage d’un film ou d’une série que vous adorez. 

En somme, vous l’aurez compris, pour être parfaitement prêt pour un marathon, il convient de bichonner son corps mais aussi et surtout son esprit, car c’est bel et bien lui qui donnera les ordres à vos muscles tout au long des 42,2 kilomètres à parcourir. 

Laisser une réponse