Wings for life run 2015 : un événement hors norme



 

wings-for-life-world-run-2015Une course différente, à but caritatif, qui a attirée cette année (pour la deuxième édition) près de 100000 coureurs (soit 2 fois plus que le marathon de Paris), répartis dans 35 pays sur 6 continents. En France, c’est à Rouen sur les bords de Seine que les coureurs se sont donnés rendez-vous. Parmi eux le traileur François d’Haene, champion du premier Ultra-Trail World Tour après ses victoires sur l’UTMJ, l’UTMB et le Grand raid de la Réunion. Il est en pleine préparation pour The North Face Australia 100 (qui aura lieu du 15 au 17 mai prochain).

Le principe est simple et complexe à la fois : vous devez courir le plus vite possible jusqu’à ce qu’une voiture vous rattrape mais la complexité réside dans la vitesse de la voiture qui va monter tout doucement et donc aller de plus en plus vite (les détails dans cet article). L’an dernier, les coureurs ont en moyenne parcouru 15 kilomètres et près de 3 millions d’euros ont été donné à la recherche.

Tous les coureurs du monde se sont donc élancés à 13h (heure française) dans le monde entier du Japon en pleine nuit ou en Floride au lever du soleil. Au total, c’est près d’un million de kilomètre qui ont été parcouru aujourd’hui. Comme l’an dernier, c’est Ketama Lemawork qui remporte la course mondiale en Autriche en parcourant près de 80 kilomètres : 79.9 km. Dans la nuit japonaise, c’est Yuuko Watanabe qui a parcouru au total 56,33 kilomètres.

En France, François d’Haene a mené la course pendant longtemps (Il faut rappeler qu’il a un record de 2h35 sur marathon), il passe la barrière du marathon en un peu plus de 2h40 et se fera rattraper au bout de 67 kilomètres alors qu’il commençait à avoir des crampes. C’est finalement le spécialiste du marathon Simon Munyutu qui finira par se faire rattraper au bout de 74 kilomètres.

Un format original auréolé d’une bonne cause, une course qui diffère des distances classiques et en regardant la retransmission, on voit que lorsque la voiture approche d’un coureur celui se jette dans un sprint pour ne pas être rattrapé. Ensuite, quand il voit qu’il ne peut plus retarder l’inévitable, il lève les bras. A l’inverse d’une retransmission de marathon, c’est finalement les derniers qui sont arrivés en premier.

Je vous rappelle que vous pouvez vous entrainer pour l’édition 2016 (programmée le 8 mai 2016 à Rouen) grâce à l’application Ambit Wings For Life

La photographie d’illustration est fournie par l’organisation

Laisser une réponse