Soigner sa foulée



 

objectif-temps-semi-marathonAvec les années d’entrainements et les centaines voire milliers de kilomètres parcourus, on ne fait pas forcément attention à sa posture. On avance, on regarde l’allure et on voit que tout se passe bien. Mais en courant vous pratiquez l’athlétisme, c’est un sport où la précision du geste est importante. Bien sûr, ce n’est pas le saut hauteur ou même le saut à la perche, mais votre gestuelle est tout aussi importante.

Alors non je ne crois pas à la recette magique, qui une fois appliquée, vous permettra de courir de manière optimum : moins d’énergie, plus vite, … Chaque coureur est différent, chaque foulée est différente, il vaut mieux soigner sa foulée qu’imiter une « foulée idéale ».

L’autre jour, sur une séance de fractionnés et après quelques répétitions, je commençais à fatiguer, j’avais de plus en plus de mal à atteindre la fourchette d’allure prévu dans mon plan d’entrainement. J’avais l’impression d’être en fin de course, à ce moment où l’on se jette à corps perdu dans les derniers hectomètres avec un cerveau complétement déconnecté. Sur l’une des dernières répétitions, j’ai eu l’impression d’être un pantin désarticulé et je me suis fait la remarque.

Puis je me suis repris en main, « tiens toi droit, allonge la foulée, ne fais pas n’importe quoi avec tes bras,… » et je me suis lancé sur une nouvelle répétition en pensant plus à ma posture qu’a mon allure, quand j’étais bien dans le rythme, j’ai jeté un oeil sur le chrono et j’étais largement dans le haut de la fourchette. J’étais plus facile, plus concentré, plus à l’écoute du mouvement et le contraste était saisissant. J’ai fini ma séance fatigué mais satisfait.

Le travail en plan d’entrainement sur la VMA et sur la base de différentes allures (100%, 85%,…) est intéressant. Si vous faites des séances du style : à fond ou repos, vous n’aurez pas cette notion de rythme à trouver et vous perdez une partie de l’entrainement pour bien intégrer votre allure de course, celle qui vous permettra d’atteindre vos objectifs.

 

3 commentaires sur “Soigner sa foulée”


Posté par Jerome LE BARON Le 17 août 2014 à 9:37

Marrant j’ai ressenti exactement la même chose à ma dernière séance de fractionnées. Très bon conseil en effet !

Répondre


Posté par Travailler le relâchement en course à pied Le 9 octobre 2014 à 20:42

[…] suis aperçu que j’étais plus détendu sur ma course. Bien sûr, je fais attention à bien soigner ma foulée et ne pas ressembler à un pantin […]

Répondre


Posté par Marcel O BLIGIS Le 10 mars 2016 à 7:22

bien rester concentré dans régler son soufle à son allure

Répondre


Laisser une réponse