Les Chroniques Sableuses #17 Le debrief technique


 

moa course    Bonjour,

Aujourd’hui retour sur la tenue et le matériel utilisé durant ce MDS. Tout d’abord ma tenue complète en course: On va faire ça des pieds à la tête.

Chaussures: Hoka Bondi B en taille 44, soit 1 cm de plus que la taille utilisée habituellement (Mafate). Ce fut une totale réussite et un des éléments de la performance. Même si les Brooks Cascadia l’année dernière m’avaient donné entière satisfaction, j’ai vraiment apprécie le confort du pied dans cette chaussure plus large, au point de les conserver au bivouac ou dans le bus du retour. Durant les 2 jours à Ouarzazate, j’ai même porté mes Hoka Mafate en ayant enlevé la semelle. L’amorti très important sur les longues pistes caillouteuses et la portance dans le sable ont été déterminant. La météo ayant rendu le sable plus compact et mon choix de suivre des traces vierges m’ont permis de pouvoir courir dans des zones de dunettes notamment sur la « longue ». Ces 3 critères, confort, amorti, portance font que je considère vraiment ce type de chaussure comme parfaitement adapté à une course comme le MDS

DSCN8765

 Chaussettes: Compresssport Socks. Je me suis posé des questions quand au bout de 10 km j’ai chopé mes 2 ampoules, surtout que l »année dernière avec les Injinji à doigts cela avait été parfait. J’ai changé mon choix au dernier moment en constatant que les Injinji n’était pas solide (un trou après une sortie, mauvaise série?)et me suis rabattu sur les Compresssports que je connais bien (CCC, Templiers, Saintélyon). Je pense plutôt à un mauvais appui car c’est arrivé avant que j’utilise les batons et lorsque la sangle de mon sac a lâché créant un déséquilibre de ma posture et de ma foulé. Aucun problème ensuite et j’ai apprécié leur confort, leur protection. Très bonne respirabilité (aucune sensation de transpiration) et séchage très rapide (quand on a traversé des rivières dont une avec de l’eau jusqu’à mi mollets).A noter que j’avais bien préparé mes pieds  durant le mois précédent la course avec un produit tannant et du Cérat de Galien. Au final très satisfait de ce choix qui me conforte que ces chaussettes me sont adaptées pour tous les types de courses.

Guêtres: Mini guêtres Raidlight Désert. Impeccable. J’ai réutilisé celles de l’année dernière. Très efficace, aucune trace de sable quand j’enlevais mes chaussures à l’arrivée. A peine quelques grains de sable apr!s les dunes de Merzouga ou je me suis parfois bien enfoncé. Résistante, aucun accroc malgré les passages dans les caillasses. Parfait. Prêtes pour une prochaine édition.

Boosters  Sigvaris. A la différence des autres marques, le sens de compression est inversé. Nouveau pour moi sur le MDS (BV Sport en 2011) mais déjà expérimenté sur les Templiers et la Saintélyon. Je n’ai eu aucune crampe ou douleur aux mollets, conclusion c’est efficace et leur confort et leur souplesse font qu’on les oublie, donc approuvé  aussi pour le MDS!

Slip Thuasne sport. RAS! Confortable, très bon maintien. Testé et approuvé sur l’édition 2011. Confirmation en 2012.

Cuissard Skins RY 400. Utilisé depuis l’automne dernier, c’était une première sur le MDS. Plus de protection au soleil car descendant plus bas que le cuissard Raidlight de 2011. L’effet compressif est efficace car je n’ai eu aucune crampe. Quelques douleurs aux cuisses en fin de parcours sur la longue (rien à voir avec l’année dernière). Très léger et effet seconde peau font qu’on ne ressent pas l’impression d’être comprimé ni d’avoir un cuissard qui tient chaud. J’ai eu un problème d’irritation (le 2 ème jour) au bas des reins mais je ne sais pas s’il provient de la bande élastique du cuissard, du slip ou du frottement de mon matelas (qui était fixé au bas de mon sac). En conclusion meilleur confort, plus léger et souple et plus performant.

batons--duvet.jpg

Bâtons: Leki Traveller Carbon. J’ai hésité jusqu à la dernière minute pour finalement les prendre. Je n’ai eu aucun regret, hormis celui d’avoir attendu le CP1 de la 1ère étape pour les utiliser!! Une aide précieuse en permanence. Que ce soit en marchant ou en courant, en montant et descendant (les djebels), dans les longues traversées de plateaux caillouteux, sur les parties sablonneuses comme dans les petites et grandes dunes (Merzouga) ils ne m’ont pas quittés. Le système de prise en mains avec les dragonnes/gants spécifiques est très confortable et ne m’a pas du tout gêné durant les 42h de course (bon test pour l’UTMB :-)) et la méthode d’utilisation avec la poussée sur la dragonne /gant fait que l’on n’a aucun risque d’ampoule ou d’irritation  des mains. Si j’ai quasiment augmenté ma vitesse de 1km/h  et que j’ai terminé toutes les étapes dans un état de fraicheur par rapport avec l’année dernière, je le dois en grande partie aux batons. On n’a peut être le look de randonneur, mais pour des gabarits comme moi, ils m’ont vraiment permis de conserver un rythme de course ou de marche quel que soit le type de terrain ou l’état de ma fatigue. A noter que je les ai rêglé dès la 1ère utilisation (lors du CP1) et que je ne les ai plus touchés ensuite. Très bonne qualité et fiabilité.

Maillot Raidlight Performer MC. En remplacement de la chemise « désert » de chez RL. Excellent produit. Déjà les manches courtes sont beaucoup plus confortables et agréables dans ces conditions. Très léger et très respirant. Aucune sensation d’humidité même dans les moments de fortes transpiration. Il sèche très rapidement et lorsqu’on enlève arrivé sous la tente, on n’a pas la sensation d’ôter un maillot porté pendant des heures (pas d’odeurs désagréables…). Le zip permet de régler la ventilation. De très bonne qualité car même le dernier jour il reste dans un état très présentable et après lavage il est quasi neuf. Rien à voir avec la chemise « désert » qui trône comme un trophée de baroudeur dans mon bureau…:-)

Buff: Bledrunner et MDS (version 2004) se sont partagés la semaine

Lunettes: Squeed. Je n’ai pas regretté d’avoir suivi les conseils de Foued et d’investir (un très grand merci à Krys Saint Chamond) dans des lunettes de sport protectrices et adaptées à ma vue. Légères, galbées que ce soit contre le soleil ou le vent de sable elles m’ont parfaitement protégées. Pour quelqu’un comme moi qui vit avec des lunettes (je les met en me réveillant et les quitte avant de dormir) ce fut parfait.

Casquette: Salomon. Très confortable et légère. Très bonne protection. D’un look et d’une couleur (grise) à mon gout plus sympa que la RL, elle m’a redonné l’envie de porter une casquette. A partir de la longue, j’ai utilisé le buff car plus pratique pour s’arroser et cela garde mieux l’humidité.

moa.jpg

Tenue bivouac

Tongs: Finalement j’ai choisi de prendre mes tongs (en cuir) plutôt que les plastiques blanches offertes par Steph. Plus lourdes mais plus solides. Moins encombrantes mais surtout ce sont des tongs qui vivent avec mes pieds depuis de nombreuses années:-)

Chaussettes  une autre paire de Compresssport. Inutile.

Collant Skins RY 400. La version collant de mon cuissard. Déjà utilisé l’an dernier. J’ai dormi avec la plupart du temps car il tient chaud et il est très confortable. Son effet compressif n’est pas gênant durant la nuit et permet d’améliorer la récupération. Très léger et compact pour moi c’est un produit indispensable pour le bivouac.

Un boxer en coton.

Pantalon Ty veck. Un très bon coupe vent ultra léger par dessus le collant ou sans le collant quand il ne fait pas froid sur le bivouac.

Maillot  Raidlight Soft 3D: un sous vêtement léger très respirant. Couleur de chiotte (« citron »!) mais super agréable à porter et parfait comme pyjama. Made in France à souligner!

Polaire: Une micro polaire de 160g de chez Décat(5€). Chaude, légère, à ce prix là imabattable!

Veste  Ty veck, pareil que le pantalon. Beaucoup plus pratique que la combinaison…

 

sac--veste.jpg

Matériel

Sac  Raidlight Olmo 20L. J’avais été séduit lors de mes essais durant la préparation. J’ai été comblé durant le MDS. Hormis la sangle qui a laché au tout début du à un mauvais réglage de ma part, cela a vraiment été sans aucun problème. Confortable et très bien équilibré je n’ai ressenti des douleurs aux épaules que le 1er jour et solide (pas de déchirure). Avec la petite pochette devant ce fut tout à fait suffisant pour le rangement dès le départ. Le positionnement des bidons m’a très bien convenu autant pour l’hydratation que pour le transport. Très fonctionnel aussi au bivouac.

Matelas:Thermarest Néo Air 168 cm. Encore cette année j’ai vraiment apprécie d’avoir un vrai matelas épais et confortable et aussi isolant du froid et de l’humidité. Mon morceau de mousse s’est envolé le jour des contrôles et j’ai donc fait sans! Cela n’a pas été un problème car on s’est finalement peu retrouvé directement à même le sol…

Duvet: Walden 250 Arklight. Idem le matelas, confirmation de la qualité de ce produit. Léger et très compressible. Chaud, je n’ai jamais souffert du froid malgré les conditions (on a eu 3° une nuit) et j’appprécie le confort et la forme large de ce type de duvet, différent des modèles sarcophages.

Popotte Arklight en titane 500ml avec couvercle. Là non plus je n’ai pas regretté mon investissement. Avec le couvercle, chauffer l’eau était rapide et malgré les feux artisinaux que l’on a fait (tous au bois et broussailles) la gamelle est resté en très bon état. Après un bon nettoyage extérieur (intérieur nickel)  au retour, elle est prête à repartir pour de nouvelles aventures.

Couteau Bien qu’il m’ai fallu 3 jours pour comprendre comment le refermer (merci Geoffroy) le couteau MDS est fiable. Je l’ai trouvé plus pratique que le mini Victorinox pour un poids équivalent (22g).

Sinon pour la partie soins, hormis le fait que je n’avais pas de compresses avec les conséquences que cela à données, tout était OK. À mon avis on peut même partir avec rien, la clinique et l’infirmerie ayant tout le nécessaire. Au niveau hygiène avec mes Mini lingettes déshydratées, 30 cl degel désinfectant, une mini brosse à dent, un peu de PQ et un paquet de Kleenex j’étais paré!

popotte.jpg

En ce qui concerne l’alimentation:

En course, j’avais plus que nécessaire. Dans mon cas 30g de poudre pour la boisson énergétique par CP c’est inutile. Hormis le 1er jour ou j’en ai pris à chaque CP, pour toutes les autres étapes, je faisais du dernier CP à l’arrivée à l’eau pure. Sur la Longue dès le CP4 j’ai marché et couru sans sucre.(mais avec du salé…) Idem pour les barres et gels, c’est trop de prévoir 1 barre (56g) ou 1 gel. Pourtant j’adore les produits Mulebar. Dans mon cas je peux réduire d’au moins 1/3 les quantités (et le poids) de poudre et de barres énergétiques)

Au bivouac, je n’ai jamais souffert de la faim, la seule chose que je modifierais c’est de rajouter des produits salés à grignoter et des biscuits secs à la place de certains lyos froids (compote, salade pates, taboulé) Quelle que soit la qualité des lyophilisés, cela reste des lyophilisés…. Il faut se nourrir et prendre des calories mais il est aussi vital que le gout et le plaisir de manger (et de mâcher) soit présent. Ceci étant dans mon cas 15000 Kcal et 3,6 kg de bouffe sont bien suffisant.

En conclusion, à part quelques ajustements sur la partie alimentation et éliminer quelques affaires inutiles principalement dans la partie « soins, je pense que je commence à être pas mal pour la prochaine fois :-)

A bientôt pour le prochain et dernier chapitre des Chroniques Sableuses …

Frank/ Dossard 201

 

Laisser une réponse