Les + et les – de mes adidas riot 3, analyse détaillée :-)



 

Vous vous souvenez que lorsque j’ai acquis les Adidas Riot 3 j’étais super enthousiaste.
Mon premier article sur les Adidas Supernova Riot 3, vous saurez presque tout.
Adidas Supernova Riot3, vous en saurez un peu plus.
63 km plus loin de course et quelques entrainements deux mois seulement après, je peux me permettre d’émettre un avis un peu plus nuancé.

Au niveau des Moins
* Même en chaussette Thyo super respirantes, je trouve les Riot3 super chaudes. Je transpire dedans, j’ai chaud. C’était moins le cas en Lafuma et en Mizuno Ascend 4. Donc les Adidas Riot 3 est un modèle plutôt à réserver selon moi aux climats tempérés.
* Si la semelle est encore impecc, pas abrasée, je trouve qu’elle absorbe très mal les chocs, beaucoup moins bien que les Vibram de Lafuma…  et en descente ça compte, ça fait mal, sur chemin caillouteux aussi, les chevilles morflent vraiment plus qu’en Lafuma par exemple.
* D’ailleurs, j’ai des durillons au niveau des gros orteils après 3h de course en moyenne, mais je ne sais pas s’il est juste d’imputer cela aux Adidas ou aux semelles du podologue, pas assez renforcées sur l’avant.
* Si dans les plus, je vais vous dire plus bas que la boue s’évacue facilement sous la semelle et sur le mesh, du fait de la semelle avant surcompensée, la boue reste collée sur les côtés et on se retrouve avec des chaussures lourdes lourdes.
* Enfin si la plaque ForMotion est sensée être top, on se retrouve avec le même problème que la vague des Mizuno running : les petits cailloux peuvent se glisser dedans !

* Et pour terminer avec les moins, et là je ne suis vraiment pas contente… après seulement une soixantaine de km de course, la bande arrière réfléchissante est déchirée ! J’ai du m’accrocher à une branche, ok, mais c’est cheap pour des chaussures à 170 euros, vous ne trouvez pas ?

Au niveau des Plus
* Sur les courtes distances, je suis bien chaussée, c’est  confortable, comme un chausson bien moelleux
* Mes chevilles sont bien maintenues.
* La semelle Continental (comme les pneus) accroche bien dans la boue, tous les types de boue, peu de glissade
* La boue s’évacue bien de dessous la semelle, grâce aux crampons qui sont petits
* La chaussure est quasi-imperméable, j’ai même eu le droit à une remarque marrante de mon mari lors du trail des Mariannes « ben tes chaussures sont nickel, comment tu as fait pour éviter le cours d’eau et la boue ? »… en fait rien de spécial, ça n’a pas accroché, ça a vite séché. Ses Trabucco étaient toutes trempées alors que j’avais les pieds au sec. En Lafuma, il y a 6 mois, je pataugeais aussi, c’était vraiment la galère.

Bon je râle je râle à cause de quelques points négatifs mais de toutes les trails que j’ai eu aux pieds jusqu’à présent ça reste les meilleures..

Peut-être que les chaussures de trail en général ont toutes une durée de vie moins longue que les chaussures de running/route, car même en y apportant le plus grand soin, en les faisant sécher après course avec du papier journal etc, du fait du relief plus accidenté et diversifié, les trails s’abiment plus vite que les running.. QU’EN PENSEZ VOUS ?

6 commentaires sur “Les + et les – de mes adidas riot 3, analyse détaillée :-)”


Posté par marc Le 8 octobre 2010 à 7:50

Donc apparement mi figue mi raisin les adidas riot et je pense que tu as raison en se qui concernes les chaussures pour trail(Bien que perso je n’en ai jamais courue)les terrains de course sont plus accidentés que sur routes

Répondre


Posté par Daniel Le 8 octobre 2010 à 7:57

Bonjour Julie. J’ai fait plus de 300 km avec mes adidas supernova Riot 3 dont la CCC 2010 pendant laquelle je ne les ai pas trouvées trop chaudes ;). Elles sont toujours en très bon état. Par rapport à mes chaussures précédentes, des Salomon XA pro 3D j’apprécie surtout le confort : pas de douleur au coup de pied ni aux orteils comme avec les Salomon et bon amorti (pour des chaussures de trail). Quant au prix d’achat, on peut les toucher à beaucoup moins que 170 €. Pour répondre à ta question sur l’usure comparée des chaussures de trail et running, je dirais qu’on use pas les mêmes parties de la chaussures. Les semelles et l’amortis cèdent plus vite sur les running alors que la toile d’une paire de trail peut se déchirer brutalement dans un chemin mais les semelles sont quasiment indestructibles. Moi je garde plus longtemps les trails mais je fais moins de km avec.

Répondre


Posté par julie Le 8 octobre 2010 à 11:37

peut être parce que j’habite sur une île tropicale et que de toute façon il faut chaud 🙂

Répondre


Posté par fredbros Le 8 octobre 2010 à 15:44

Essaie des Inov-8 …

Répondre


Posté par arlerond Le 8 octobre 2010 à 22:21

Je m’en vais faire la saintélyon avec ( bon je sais c’est en decembre ) . Je commence ma prépa pour la saintélyon. je rajouterais des billets en ce qui concerne ma prépa avec les innov 8 😉

Répondre


Posté par DUCOIN Cathy Le 10 octobre 2010 à 10:17

Comme le révèle notre ami Marc les chemins de course pour « trail » sont beaucoup plus dangereux que les courses sur « route ». Les Adidas Riot 3 présentent des facteurs très positifs mais il est indispensable de requérir l’opinion de son « podologue » à part entière. Chaque région ne présente pas les mêmes répercussions sur notre organisme. Il faut prendre en considération le fait que notre « machine » subit les « influences climatiques » en fonction du lieu où nous résidons. Il est particulièrement difficile pour un passionné de « course à pied » de faire un choix « précis et parfaitement adapté à sa « morphologie ». Les équipements du « trail » et du « runninng sur route » sont totalement différents. Cela demande beaucoup de réflexion quant à l’usage dont on en fait et à quel « degré « . Il ne faut pas omettre le fait que la zone géographique de chaque « passionné du running » nous confronte à être rigoureusement sélectif dans nos choix de nos « chaussures ». Il est en de même pour le domaine culinaire.

Répondre


Laisser une réponse