Vrai Test Chaussures de Trail Inov-8 Flyroc 310 – CONCLUSION


 

Chose promise, chose due … Dans mon article précédent , j’avais écrit que je transposerais mon plan d’entraînement route en cours (en l’occurrence le plan 306 du site athlete-endurance.com) et que je réaliserais toutes les séances dans la vallonnée forêt de Saint Cucufa, Inov-8 Flyroc 310 aux pieds en lieu et place de mes Vibram. Et bien, c’est ce que j’ai fait … et même plus, le tout sous des chaleurs écrasantes (36°C).

Une petite séance de VMA pour commencer : 12x200m sur un sentier très sinueux en faux-plat, sol mi-dur, mi-sablonneux et très sec. Résultat : une vitesse de 17,9 km/h sur les fractionnés, très légèrement inférieure à ce que je réalise sur route avec mes Vibram, mes adizero ou mes Zoot. Excellentes sensations grâce au système Meta-Flex qui permet à la semelle de se plier complètement au niveau des métatarses (voir photo ci-contre). Cette souplesse de la semelle, me permet de courir sur l’avant du pied comme je le fais habituellement et donc, en VMA, de bien griffer le sol, même sur les parties molles du sentier où les crampons situés sous la semelle évitent de « patiner ». Excellent maintien du pied et pas de torsion de la cheville en passant sur des racines.

Une séance d’endurance fondamentale d’une heure pour continuer, sur tous types de chemins : sol dur, sol sablonneux, cailloux, gravillons, macadam … secs et avec pas mal de montées / descentes. J’ai bien apprécié la relative légèreté de la chaussure, la souplesse de la semelle toujours évidemment ainsi que l’excellente accroche en montée et en descente.

Une séance de fractionné long (6×3 minutes à 90% de VMA avec 1’30 de récup) assez difficile compte tenu de la chaleur et du parcours – très fourni en dénivelées successives sur la fin. Là encore, j’ai apprécié la souplesse de la semelle qui, contrairement à la vaste majorité des chaussures de trail présentes sur le marché, permet de courir sur l’avant/milieu du pied et donc d’offrir un dynamisme exceptionnel à la Flyroc 310 lors des séances techniques rapides.

Et pour terminer la semaine en beauté, une sortie longue matinale de 2h30. Je peux vous dire que, maintenant, plus aucun sentier de St Cucufa ne m’est inconnu. Je ne reviens pas sur la souplesse de la semelle, la légèreté de la chaussure, l’excellente accroche, le très bon maintien du pied et la liberté qui lui est offerte dans le chausson. Juste un petit mot pour vous dire que, malgré la chaleur, mes pieds n’ont subi ni échauffement particulier ni sudation excessive. Les Flyroc 310 sont le modèle longue distance de la gamme Inov-8, ceci explique sans doute cela.

Une petite anecdote avant de conclure : comme il n’a pas plu cette semaine et que je voulais, malgré tout, tester l’étanchéité de la chaussure, je l’ai trempée abondamment au tuyau d’arrosage. Et bien, mes pieds sont restés quasiment au sec.

Je vais vous faire un aveu : l’Inov-8 Flyroc 310 m’a fait – presque – apprécié le trail ! Alors que jusqu’à présent, tous les essais que j’avais pu faire ne m’avaient pas franchement convaincu (les semelles beaucoup trop raides !), j’ai trouvé ici chaussures à mon pied et surtout à ma foulée (foulétus minimalistus sur l’avant du pied). Ces Inov-8 Flyroc 310 ont tout pour – me – plaire : légèreté, souplesse de la semelle au niveau des métatarses, confort, dynamisme, dimensionnement pour les sorties longues … Je les recommande donc vivement !

2 commentaires sur “Vrai Test Chaussures de Trail Inov-8 Flyroc 310 – CONCLUSION”


Posté par Vincent Le 13 juillet 2010 à 9:56

Fred, Je voulais te remercier pour tes commentaires sur la flyroc 310. Ils m’ont convaincu d’en acheter une paire, que j’ai essayé pour le moment que sur une sortie courte en forêt (9 km). Mes impressions, telles que je les ai couchées chez des collègues minimalistes (nuspieds.net): Elles sont assez légères, et permettent de bien plier le pied au niveau des métatarses, au contraire des chaussures de trail que j’ai pratiquées, qui sont très rigides. Après un premier essai sur sentiers faciles, mon impression est bonne. Elles permettent une course assez proche de la course pieds nus, soit une pose à plat ou légèrement sur l’avant et le maintien du fameux « cycle avant », tout cela sans forcer sur la posture. Par contre, le mouvement d’écrasement du pied, naturel en couse pieds nus, est difficile à répliquer du fait de l’épaisseur de la semelle, donc on ne profite qu’en partie de l’amorti naturel opéré par les pieds et jambes. Par ailleurs elles ont une très bonne accroche dans la boue. De fait, j’ai failli plusieurs fois me tordre les chevilles sur des passages bien boueux: les chaussures accrochent nettement mieux que mes pieds s’y attendent ! Pour compléter, j’éviterai de les utiliser sur routes: elles ont des crampons isolés et séparé par des rainures assez large, qui me semblent peu résistant à l’abrasion sur bitume. Inov 8 reconnait par ailleurs que la matière de la semelle est moins résistante à l’usure que sur d’autre chaussures de trail. Enfin, s’agissant de ton peu de goût pour le trail, pourquoi pas ? Après tout, je considère le trail comme assez différent de la course à pied sur route, que je pratique peu: on y court forcément moins vite, on marche souvent dans les côtes, ce qui en fait une pratique peut-être mieux adaptée pour des coureurs tardifs (comme moi). Par contre, le trail offre des moments superbes dans la rencontre avec la nature, un aspect pour moi primordial au dela de la course pure. Vincent

Répondre


Posté par fredbros Le 13 juillet 2010 à 14:00

Rien à rajouter ! Excellente analyse 🙂 Surtout que tes propos rejoignent les miens 🙂

Répondre


Laisser une réponse