Je rame pour progresser …


 

Et oui, je rame et je ne sais plus quoi faire, alors j’ai décidé de vraiment ramer. Il faut dire que j’ai bien été aidé par le temps qui est toujours au beau moche fixe chez moi. Je suis donc retourné au temple du muscle et de la sueur pour y continuer mon exploration. Je vois déjà vos mines déconfites … « il commence à nous énerver celui là avec ses articles sur la pronation, les tapis de course et les salles de gym. Nous on rêve de trail, de sortie  natures, de barefoot  !!! » Et la je dis : STOP (en gros et gras police 23 au moins !). Aujourd’hui je vais vous parler d’eau à perte de vue, du vent sur la peau, des mouettes suivant le retour des pécheurs, du rameur solitaire traversant l’atlantique … bon d’accord, il vous faudra de l’imagination mais après 20 minutes en fermant les yeux vous pourrez vous y croire sur votre rameur dernière génération.

Le rameur c’est la galère

Je me suis donc décidé à aller essayer cet étrange appareil caché au fond de la salle et qui semble avoir moins de succès qu’autres tapis et vélos. Bon je vous l’avoue quand on sait que (attention moment culturel)  « les galères étaient des bateaux sur lesquels les malfaiteurs étaient condamnés à purger leur peine, qu’ils étaient attachés et bien souvent fouettés et maltraités et devaient ramer sans cesse pour faire avancer les navires », on peut comprendre pourquoi le rameur ne fait pas spécialement envie.

A première vue, cela n’a pas l’air compliqué : tu t’assois, tu saisis la rame et tu tires. Mais là, je redis STOP (ça fait deux fois). En effet, on pourrait penser suite à cette primaire description que seul les bras vont travailler. Il n’en est rien. En effet, la moitié du mouvement se fait réellement avec les jambes. Les cuisses avec l’aide des mollets effectuent une forte poussée pour étendre les jambes, puis un léger mouvement du dos et enfin on tire sur les bras. En fait 80% des muscles travaillent avec le rameur parmi eux : biceps, triceps, épaules, abdominaux muscles du dos (notamment les lombaires), cuisses, fessiers et mollets. Voir l’image ci dessous pour une description plus complète :

J’ai donc effectué ma séance test R2PH sur le rameur. Les majeures différences avec la course à pied ont été un moindre essoufflement et une douleur musculaire plus intense dans les bras. Normal, les bras étant peu sollicités par la course à pied.

Les plus

Le rameur me parait un bon exercice pour un renforcement musculaire global cet hiver. Ma plus grande surprise fut l’état de mes abdominaux les jours d’après. Je ne pensais pas les avoir travaillés autant mais la douleur les deux jours suivants m’a démontrée le contraire. Pour les triathlètes, j’ai senti de très bonnes sensations sur ma sortie vélo qui a suivi (surement le travail des cuisses).

Les moins

Pour les moins, il est a mon avis assez facile de se blesser. Le mouvement implique une poussé assez forte et explosive sur les cuisses (dans mon esprit le geste ressemble un peu a un squat mais assis), je ferais donc attention aux genoux. Il est d’ailleurs conseillé de ne pas tendre les jambes complètements et ne pas « verrouiller les articulations ». Il faut aussi garder le dos bien droit. Un autre inconvénient est qu’il est facile de travailler un groupe musculaire plus que l’autre. J’ai par exemple eu l’impression de pousser plus sur les jambes et de moins tirer sur les bras sur la fin de l’exercice.

Pour voir un mouvement correct (en anglais, désolé) :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7OjY4Lt8ruc[/youtube]

Le bateau ivre

En conclusion, j’ai vraiment apprécié l’exercice qui me semble être un bon compromis pour un travail global des groupes musculaires. J’émettrais des réserves sur le  réel intérêt pour quelqu’un qui ne pratique que le running si ce n’est pour un travail de PPG, ou pour les pratiquants de courses de montagne. Par contre, pour les triathlètes cela me parait un exercice à recommander. Et puis ce qu’il y a de bien sur le rameur c’est que vous pouvez  fermer les yeux et vous imaginer au milieu de l’océan avec les baleines et les dauphins vous accompagnant … si en plus, comme moi, vous avez vu sur la piscine de la salle, cela n’en sera que plus réel.

Et pour finir sur une note poétique, je citerais le célèbre Eric C. poéte à ses heures perdues :

« Quand les mouettes suivent un chalutier, c’est parce qu’elles pensent que des sardines seront jetées à la mer »

Si certains ont déjà testé (ou ont compris cette phrase),  dites moi ce que vous en pensez. 😉

Merci

Alex

8 commentaires sur “Je rame pour progresser …”


Posté par ducoin cathy Le 15 septembre 2010 à 7:02

Très cher Alex, Je porte un intérêt tout particulier pour cet appareil qui est un excellent accessoire tant sur le plan musculaire que respiratoire essentiellement pour la pratique de l’aviron. Je me suis personnellement très longtemps familiarisée à cet appareil, y compris jusqu’au 7ème mois de ma grossesse en dépit de mes 40 ans à cette époque. Je confirme en tout point son efficacité totale en matière de musculation. Son impact est précis sur tous les muscles du corps (jambes, ventre, dos, les bras et surtout les trapèzes). La pratique du rameur à raison de 20 minutes quotidiennement affine et muscle efficacement l’ensemble de votre corps en douceur tout en puisant dans les « graisses ». C’est un appareil que je recommande vivement à tous les sportifs quelque soit leur discipline qui n’est en aucun cas un instrument de « torture ». J’ai beaucoup appréciée la citation du poète Eric C… J’ai toujours ressenti une profonde admiration pour la poésie, la sculpture et la peinture. Sportivement et amicalement, le cheval blanc Cathy de MENTON (06).

Répondre


Posté par julie Le 15 septembre 2010 à 7:04

pour la blessure vu qu’on est assis, porté, je ne crois pas… j’adore ramer et au bout d’une heure je ressens l’euphorie de la CAP, ce qui est assez rare de retrouver ça. Problème, le rameur ne résoud pas mes problèmes de ventre flasque et de cellulite et développe un peu trop les épaules..

Répondre


Posté par ducoin cathy Le 15 septembre 2010 à 7:36

Bien très Julie, Le rameur n’est l’appareil adéquat pour contrecarrer à ton problème de « ceinture abdominale » Je te conseille d’opter pour un siège spécial « AB ABDO ROCKET » qui agira spécifiquement sur l’ensemble des abdominaux ainsi que sur les obliques tout en protégeant ton dos et qui assurera le maintien de ta tête et ton cou confortablement. Pour le problème de cellulile. Le rameur ne te sera l’outil « miracle »… Bon courage à toi Julie. Amicalement…

Répondre


Posté par Bob Le 15 septembre 2010 à 8:04

Bonjour, J’ai beaucoup pratiqué le « rameur » (je crois que le vrai nom est Ergomètre, sans assurance sur l’orthographe) lorsque j’étais étudiant dans un pays scandinave ou il faisait trop froid pour sortir l’hiver. Je suis d’accord avec vous tous sur les bienfaits de l’appareil (musculature, souffle…). Côté blessure, je ne pense pas qu’on puisse se blesser les jambes ou même les genous, sauf à forcer bien entendu ou à aller à fond sans s’échauffer. Par contre, le mouvement s’apprend et n’est pas vraiment naturel. On a souvent tendance à courber le dos alors qu’il faut le garder bien droit et tirer sur les bras. Comme dit, on ne sent pas non plus les abdos, d’où quelques risques potentiels Je trouve que c’est un bon complément pour les mois où on a moins envie de sortir. B.

Répondre


Posté par Laurent Colas(plan entrainement 10 km) Le 15 septembre 2010 à 9:33

J’ai pas mal bossé sur l’entrainement sur l’ergometre (concept 2) pour un athlete. On ne peut raisonner comme en course à pied car il y a comme en cyclisme la notion de cadence et de coups minutes. L’entrainement peux alors se faire en vitesse, en cadence, en FC, voir avec la methode de V billat en « feeling » mais en adaptant le protocole

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 16 septembre 2010 à 19:44

Euh… C’est juste que sans vivre dans un pays scandinave, il gèle parfois (souvent) plusieurs jours de suite chez moi (températures inférieures à 0°C …) et ça n’empêche pas de courir… Je ne sais plus quel champion à dit : Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais équipements…

Répondre


Posté par Philippe Le 21 septembre 2010 à 0:07

Pas de blessure, peut-être, mais pour moi les séances de rameur ne sont plus qu’un heureux souvenir. Après une opération du genou (déplacement de la rotule ou plus précisément « transposition tubérosité tibiale antérieure ») il y a 3 ans, je cours sans aucun problème des semi-marathons, mais le rameur me provoque systématiquement un échauffement du genou et une gène et/ou des douleurs pendant quelques jours. La cause = un effort sur le genou alors que la jambe est pliée au-delà de 90° (ce qui n’arrive pas en courant) Dommage, le rameur est un moyen très efficace de faire un effort soutenu qui fait travailler tout le corps, de se défouler en peu de temps… Mais à tous ceux qui ont des rotules qui souffrent ou ont souffert : méfiance avec le rameur…!

Répondre


Posté par jluc Le 9 mars 2014 à 17:51

le rameur , c’est formidable et j’en fais tous les jours sauf le dimanche , 45 mn depuis 2 ans et j’ai perdu du poids 6 kg et mon corps s’est musclé et affiné et à 52 ans je n’ai pas de graisse et je pèse 66 kg pour 1M 75 et je porte du 38 et m’habille en S Ce sport avec un régime à base de surimi tomates thon carottes tous les midi , me maintiens en super forme et cela ne m’empêche pas de faire quelques extras sans aucune reprise de poids ( chocolat tous les jours 3 carrés environ et gateaux sec et de temps en temps un peu de vin rouge Voilà donc le rameur , c ‘est super on peux le pratiquer chez soi par tous les temps, il suffit juste d’avoir la volonté et on peux y arriver vive la rame et d’aboville

Répondre


Laisser une réponse