Barefoot Running / Running Minimaliste Un autre son de cloche


 

Vu de notre beau pays, de ses bien trop creuses revues spécialisées, de ses quelques sites webs de passionnés, le barefoot running et le running minimaliste peuvent sembler d’aimables marottes pour quelques illuminés. Aux USA, la situation est radicalement différente et ces nouvelles approches de la course à pied suscitent un véritable débat d’idées, y compris dans les pages des revues spécialisées – loin d’être creuses celles-là.

Et quand je dis débat d’idées, c’est plutôt de croisades d’évangélisation dont je devrais parler, chacun se sentant investi d’une mission quasi-divine pour faire valoir son point de vue. Jusqu’à présent, tant dans mes articles généraux sur le sujet, qu’au travers de mes tests (Vibram, Terra Plana), je vous ai surtout présenté les « bons côtés » du minimalisme. Dans un souci d’équité et d’honnêteté, j’ai souhaité vous présenter aujourd’hui un point de vue différent.

Ce point de vue c’est celui d’un spécialiste en biomécanique, coureur à ses heures perdues – donc quelqu’un qui sait de quoi il parle -, fondateur du site http://www.runningbarefootisbad.com dont l’adresse URL résume à elle seule le contenu éditorial. Vous ne connaîtrez pas le nom de cette personne. Compte tenu du nombre élevé de « hate mails » qu’il – ou elle – a reçu depuis l’ouverture de son site, il – ou elle – a souhaité dorénavant garder l’anonymat le plus complet et a supprimé la possibilité de commenter ses articles. Néanmoins, pour www.wanarun.net, il ou elle a accepté de répondre à quelques questions. Je souhaitais l’en remercier.

1) La première question est évidente : pourquoi avoir créé ce site Running Barefoot is Bad ?

En tant que biomécanicien et coureur, les déclarations exagérées faites par certains membres de la communauté barefoot ont fini par m’exaspérer. On est dans une véritable phase d’évangélisation, « L’Eglise du Barefoot » en croisade. Au départ, j’ai voulu mettre en évidence, en postant des commentaires sur les blogs et forums dédiés au barefoot, que certaines interprétations des résultats de recherche étaient erronées, ou que ceux-ci étaient utilisées à mauvais escient. Quasiment aucun de mes commentaires n’a pu franchir la barrière du modérateur. Alors j’ai décidé de créer mon propre site avec dans l’idée de mettre en exergue une certaine crédulité de cette catégorie de la population qui prenait au pied de la lettre le contenu fictionnel de Born to Run, l’ouvrage de Christopher Mc Dougall.

2) Vu de France, l’intensité du « débat » qui règne aux USA sur le sujet paraît surréaliste. Diriez-vous qu’il s’agit d’une véritable guerre avec des conflits d’intérêt en jeu ? Qu’en pensez-vous ?

Personnellement, je n’ai rien contre le running barefoot. Mon souci, en tant que scientifique, c’est de rétablir une certaine vérité face aux détournements qui sont faits par les fanatiques du barefoot de résultats de recherche (citations partielles, incompréhensions, approximations …). Malheureusement, il est complètement impossible d’essayer d’avoir une discussion rationnelle avec les grands prêtres du minimalisme. Dès que vous pointez du doigt que tel résultat de recherche ne s’interprète pas forcément comme ils le prétendent, leur seule réaction est de vous attaquer en tant que personne. J’ai reçu un nombre invraisemblable de mails d’insultes mais aucun de ces mails ne proposait d’échanger avec moi sur les questions posées. Cela illustre bien le fanatisme que j’évoquais précédemment.

3) Les tenants du barefoot / minimalisme évoquent comme une mantra des résultats de recherche scientifique qui abonderaient dans leur sens (par exemple l’étude Lieberman). Qu’en pensez-vous ?

Il n’y a strictement AUCUNE évidence scientifique mettant en évidence, dans la pratique de la course à pied, les bienfaits du port de chaussures ou au contraire ceux du barefoot. Encore une fois, les partisans du barefoot ont une fâcheuse tendance à la ré-interprétation. Prenons le cas de l’étude Lieberman. Celle-ci n’avait pas pour objet de lister les bénéfices liés à la pratique du barefoot mais juste de comparer des manières de courir : barefoot ou chaussé. Qui plus est, l’échantillon étudié était peu représentatif car quantitativement pas assez nombreux et surtout avec des différences d’âge importantes entre les deux groupes. D’ailleurs, le protocole et la méthode employés ont été sévèrement critiqués voire jugés invalides par la communauté des biomécaniciens. Et pourtant, c’est sur cette étude que les promoteurs du barefoot ont bâti leurs prêchés. Il faut savoir que Lieberman, lui-même, a publié sur son site un encart précisant qu’il réfutait les interprétations faites par certains de ses recherches. Voir ici : http://www.runningbarefootisbad.com/another-study/73/
Un autre exemple de ré-interprétation est celui de l’étude Kerrigan. La communauté barefoot prétend que cette recherche affirme le lien causal entre le port de chaussures de running et l’arthrose. Mais ce n’était même pas le sujet de l’étude ! Voir l’article que j’ai rédigé sur le sujet : http://www.runningbarefootisbad.com/hook-line-and-sinker/26/

4) Pensez-vous qu’il existe une « foulée idéale » que tout le monde devrait adopter ? Et si tant est qu’elle existe, ne doit-elle pas conduite à une chaussure elle aussi « idéale » ?

Il n’y a, à ce jour, aucun élément scientifique ou technique définissant « la meilleure façon de courir ». La meilleure façon de courir pour tout un chacun est tout bêtement de courir naturellement, comme cela vient. Changer sa façon de courir nécessite beaucoup d’énergie, or qui dit dépense d’énergie supplémentaire, dit diminution de l’efficacité.
Les runners barefoot aiment à répéter que courir sur l’avant du pied supprime les conséquences des impacts sur le talon. Mais ils oublient de dire que cette façon de courir induit des charges augmentées sur l’avant du pied ainsi que dans le tendon d’Achille. D’ailleurs, aucune étude scientifique n’a prouvé un lien quelconque entre hauteur de la semelle au talon et blessures. Voir ici : http://www.runningbarefootisbad.com/where-are-all-these-impact-injuries-that-runners-are-supposed-be-getting-an-epidemic-of/152/

Il n’y a pas de chaussure « idéale ». Les coureurs ont des façons de courir et des caractéristiques du pied variées et chacune doit être prise en compte dans le choix d’une chaussure. Pour certains, cela peut signifier : pas de chaussure.

5) Les tenants du barefoot avancent comme argument massue la suppression des blessures chroniques liée à leur pratique. Qu’en pensez-vous ?

Encore une fois, AUCUNE étude scientifique n’a établi de lien entre les chaussures de running et les blessures. Contrairement aux affirmations répétées à l’envi, il n’y a strictement AUCUNE donnée sur ce sujet. Bien sûr, on se blesse en chaussure mais les barefooters se blessent aussi ! Certains, effectivement, semblent ne plus souffrir de blessures après s’être lancés dans le barefoot. Mais pour d’autres, la situation est radicalement inverse !
Zola Budd – qui a couru pieds nus aux JO – est souvent citée comme exemple mais on oublie qu’elle dut finalement porter des chaussures suite aux nombreuses blessures dont elle a souffert.

6) La pratique du barefoot / minimalisme peut-elle s’avérer dangeureuse ?

Là non plus, il n’y a pas de données permettant de répondre à cette question. Par contre, en ce qui me concerne, je pense que certaines blessures liées à la course à pied peuvent être amplifiées par la pratique du barefoot. Le principal danger du barefoot réside aussi dans l’environnement, ce sur quoi vous posez les pieds. Les runners barefoot doivent faire preuve d’une attention accrue.

7) Pensez-vous que le barefoot puisse être une composante intéressante d’un plan d’entraînement (sur une séance spécifique) ?

Oui, tout à fait, en guise d’exercice à inclure dans son entraînement hebdomadaire. Beaucoup de coureurs elites le font d’ailleurs mais cela reste un exercice spécifique et ils ne veulent en aucun cas être liés aux idioties proférées par les fanatiques du barefoot.
Je crois d’ailleurs qu’il faut établir une distinction précise entre ceux qui utilisent le barefoot comme outil à l’entraînement et ceux qui le professent comme une « philosophie ». Et c’est bien ceux-là avec qui, j’ai un problème.
Les coureurs élites sont des gens intelligents. Ils cherchent à utiliser au mieux tout « outil » ou méthode leur permettant d’améliorer leurs performances. Le fait qu’aucun d’entre eux ne se lancent à corps perdu dans le barefoot est quand même un signe. Si le barefoot était aussi efficace, ils devraient tous s’y mettre ! Même les Africains courent en chaussures.

8 Quelle est votre opinion sur les modèles minimalistes vendus dans notre pays (Vibram Five Fingers et Terra Plana EVO) ?

On constate un nombre grandissant de fracture de fatigue des métatarses chez les utilisateurs de Vibram Five Fingers. Il y a là matière à réfléchir voire à s’inquiéter. En fait, ce qui m’inquiète plus c’est que la réaction de la communauté barefoot face à ce début d’épidémie est de dire que ce n’est pas la chaussure qui est en cause mais un entraînement inadapté. Par contre, ce qui est intéressant de noter, c’est que lorsqu’un coureur se blesse avec des chaussures classiques, cette même communauté barefoot met en cause, non pas une éventuelle erreur commise à l’entraînement, mais uniquement la chaussure. Ils veulent le beurre et l’argent du beurre en quelque sorte et cela m’énerve au plus haut point.

Merci pour ce point de vue tout à fait intéressant. J’invite tous ceux qui voudraient se lancer dans le barefoot / minimalisme à consulter tant les sites en vantant la pratique que le site de notre interlocuteur afin d’avoir une vue d’ensemble du sujet. Une autre ressource intéressante citée par notre interlocuteur : http://www.podiatry-arena.com/podiatry-forum/showthread.php?t=43282

56 commentaires sur “Barefoot Running / Running Minimaliste Un autre son de cloche”


Posté par Barefoot Running - Podiatry Portal Le 9 juin 2010 à 5:18

[…] (see Barefoot Running Debate on Podiatry Arena). The French are also getting into the debate on barefoot running. Tagged with: barefoot […]

Répondre


Posté par Barefoot Running | Podiatry UK Le 9 juin 2010 à 5:22

[…] TV has some You Tube videos on Barefoot Running. If you can read french, there is this debate on barefoot running on a french running […]

Répondre


Posté par Barefoot Running « I Lost My Mojo Le 9 juin 2010 à 5:25

[…] There have been lots of reports in the media in recent time claiming the benefits of barefoot running and they often carry reports from the Lieberman study that appeared in Nature magazine as supporting barefoot running. The authors of this study have taken the extraordinary and unprecedented step of publishing a disclaimer on their site to distance themselves from the media and barefoot running community’s interpretation of the research. It did not show barefoot running is better, all it showed was that barefoot running is different to running in shoes. That is all it showed. Yet, there are amazing claims on barefoot running websites and in the media about what the study showed. Not one study has yet shown that running in shoes or running barefoot is better that the other. For some reason the barefoot running community seem to think there is. No one has been able to find these studies that the barefoot runners claim show this. The debates are also happening in France on barefoot running. […]

Répondre


Posté par Barefoot running and its interpretation by the media | eSports Medicine Le 9 juin 2010 à 5:34

[…] claims made by the barefoot running community, there is no evidence that running shoes do any harm. There is also not any evidence yet […]

Répondre


Posté par Bidédy Le 9 juin 2010 à 5:56

Je sais pas si les anti-barefoot ont raison, mais en tout cas ce sont de bons spameurs !

Répondre


Posté par johan Le 9 juin 2010 à 6:22

merci pour cet entretien passionnant

Répondre


Posté par RunOnline Le 9 juin 2010 à 6:32

Voilà…je crois que Bruno (alias Bidépy) parlait il y a peu d’idéologie. je crois qu’on y est très clairement. Cette discussion est passionnante et montre la difficulté à prendre du recule sur un sujet qui a quitté la sphère scientifique (mais pas sur Wanarun !) pour celle du dogme. Je trouve au final que les choses les plus intéressantes que j’ai pu lire ces dernières semaines sont celles des expériences personnelles, relatées avec du recule. En attendant de vraies études longitudinales et comparant plusieurs groupes. Justement, avez-vous une idée du protocole idéal de cette étude ?

Répondre


Posté par Tom Le 9 juin 2010 à 7:24

@fredbros Merci pour ton souci d’honnêteté et cette interview qui ajoute encore plus de crédibilité à tes articles : donner différents points de vue, c’est du bon journalisme ! Nous, en France, on attend impatiemment la suite de tes aventures minimalistes pour se faire une idée, loin de tous ces positions excessives américaines (dans un sens ou dans l’autre) qui sont le reflet d’une culture difficilement compréhensible ici.

Répondre


Posté par NicolasK Le 9 juin 2010 à 7:34

Article très intéressant, et bien argumenté ! ça fait du bien de voir les différents avis.

Répondre


Posté par vad1973 Le 9 juin 2010 à 8:40

C’est comme pour tout, l’excès nuit en tout. C’est bien d’avoir des avis qui replacent les choses à leur endroit. Même Anton Krupicka, une figure de proue de la course minimaliste, ne dépasse pas la demi heure de course barefoot…. http://runningtimes.com/Article.aspx?ArticleID=19747

Répondre


Posté par fredbros Le 9 juin 2010 à 8:52

@tous : je tente, personnellement, l’expérience du running minimaliste et vous en parle régulièrement au travers de mes essais Vibram Five Fingers KSO ou Terra Plana EVO et dans quelques articles généraux pour lesquels j’ai pas mal puisé sur les sites Américains dédiés au sujet. Au fur et à mesure que je progresse, physiquement et intellectuellement, dans le domaine, je me rends compte qu’effectivement, comme c’est souvent le cas aux USA, le phénomène suscite plus qu’un simple débat, avec des positions tranchées et excessives des clans du pour et des clans du contre. A ce stade, le dialogue semble impossible, chacun s’arc-boutant derrières ses convictions plus ou moins étayées par des interprétations de recherches scientifiques. Il ne faut pas non plus négliger les gros enjeux financiers qui sont derrière cette querelle. N’oubliez pas que lorsqu’on parle de Vibram aux USA, par exemple, on ne parle pas de 3-4 paires vendues à quelques post-babs en remplacement de leurs tongues hare krishna mais de centaines de milliers de paires annuelles. Et c’est autant de perdues pour certains équipementiers (ou fabricants de streetwear) établis. J’ai souhaité vous faire entendre le point de vue d’une personne du clan des « contres ». Bien entendu, ce point de vue est aussi excessif que ceux des ayatollahs du barefoot. Et comme le dit Bipédy, les anti sont de bon spammers. 10 minutes après sa parution, mon article était déjà « ping-é » sur 5 sites de podologies (aux US, au Royaume Uni, en Australie), ce qui pour un article en Français n’est pas banal ! J’assume mon choix de tester le running minimaliste mais ne souhaite pas devenir un de ces extrêmistes à l’Américaine pourfendant de la semelle de mes Vibram mes opposants. Je pense que tout un chacun doit rester libre de courir comme il l’entend. Je viens de terminer un remarquable guide d’apprentissage du barefoot (j’en parlerais samedi sur wanarun) où l’auteur Jason Robillard sait garder la distance qu’il faut, rendant son propos plus crédible. Quant à la sience … ah, la science … Si vous avez des enfants vous connaissez sans doute LE sens idéal dans lequel il faut les coucher quand ils sont bébés. Sauf que … ce sens idéal a varié au cours du temps et de résultats divers et variés d’études « scientifiques » : un coup sur le dos, un coup sur le ventre, un coup sur le dos, un coup sur le ventre. Vous avez aussi sûrement entendu parler du Distilbène … En science, la vérité du jour peut s’avérer être l’ineptie du lendemain. Plus exactement, l’interprétation que certains – peut-être sous la pression de lobbies – en font, sans assez de recul. Quel serait le protocole idéal de test pour trancher le débat barefoot / shod ? Très très très difficile question ! 1) Que cherche-t-on à montrer ? que courir pieds nus est moins traumatisant ? que courir pieds nus est plus efficace énergétiquement parlant ? … 2) Quels paramètres va-t-on mesurer ? Le taux d’apparition de blessures ? sur quelle période ? la dépense énergétique en joule ? 3) Sur quels échantillons ? nombre, tranche d’âge, expérience du running, expérience de la blessure … 4) Sachant que la foulée barefoot est différente (plus fréquente, plus courte, buste vers l’avant), va-t-on demander à un groupe de coureurs en chaussures d’adopter cette foulée pour avoir un échantillon test qui a) court en chaussure b) court avec une foulée barefoot 5) Qui va financer cette étude ? Vibram ? Terra Plana ? Nike ? … Ce n’est pas le public car il n’y a pas d’épidémie ni de déficit de la sécu à la clé. Donc tout de suite, on sent poindre le confilt possible d’intérêt … 6) Ou alors fait-on une étude purement statistique sur la base d’interviews suite à des courses ? Bien malin celui qui a la réponse ! Et après, même si on montre que courir bien pieds nus est la panacée, qui dit que courir mal pieds nus, n’est pas finalement plus traumatisant que courir bien en chaussures ? Personnellement, je continue mon expérience car j’avoue aimer les nouvelles sensations qu’elle me procure et je continuerai également à vous en parler. Par contre, en tant que (pseudo puisque je n’ai pas de carte) journaliste sportif 🙂 je m’efforcerai toujours de raison garder et de vous présenter toutes les opinions sur le sujet.

Répondre


Posté par fredbros Le 9 juin 2010 à 8:55

@Vad : quand je disais que nos revues soi-disant spécialisées étaient creuses, ce qui n’est pas le cas de leurs homologues US, ton lien en est une super illustration ! Le jour où on lire ce genre de choses sur JI … A noter, un autre fil de discussion très intéressant sur le sujet : http://www.sportsscientists.com/search?q=barefoot

Répondre


Posté par Olivier91 Le 9 juin 2010 à 12:46

Bonjour, Entretien intéressant en effet… mais son propos étant semble-t-il de souligner le manque d’évidence des bénéfices de la course pieds nus ou minimaliste, le fait de regrouper ses observations dans un site dont le nom affirme de manière péremptoire que cette manière de courir est mauvaise dessert son propos et le renvoie dos à dos avec les fanatiques de l’autres camps… Quelques remarques d’ordre général à ce propos : – Nous évoluons dans une société « chaussée », et cela ne contribue pas au développement et à l’endurcissement des pieds : l’entraînement pieds nus devra donc s’entourer d’un luxe de précautions, c’est du simple bon sens. – On trouvera toujours des cas particuliers pour illustrer toute chose et son contraire : en l’absence d’études fiables, pour comparer les techniques de course pieds nus (ou minimaliste) et chaussé, le mieux est me semble-t-il de les avoir expérimentées toutes les deux avant de se forger une opinion ; Est-ce son cas ? – La science… grande vanité de l’homme, mais en fait simple état de nos pauvres connaissances « techniques » à une époque donnée, et susceptibles d’être contredites à tout moment – nullement porteur d’une quelconque « vérité » par conséquent… A+ 😉 Olivier

Répondre


Posté par JM24 Le 9 juin 2010 à 13:13

Ce que je retiens est qu’il y a autant de solutions que de coureurs. Chaque personne doit se faire son propre avis en…testant tout simplement. Quel est le risque à courir sans chaussures de running pendant une heure et après se faire sa propre opinion.

Répondre


Posté par Aurélie Le 9 juin 2010 à 14:51

Même lorsque je cours nus pieds, je reste farouchement attachée au principe de la contradiction ! Comme à celui de la diversité d’ailleurs et autant j’aime courir nus pieds, autant les discours définitifs sur telles ou telles méthodes me hérissent. L’absence ou la faiblesse des études scientifiques ne démontre rien d’autre que la piètre qualité des débats et ne change rien au fond : lesdites études par définition insatisfaisantes selon lui, ne démontrent pas non plus que courir avec des chaussures c’est mieux… En ce qui me concerne, et comme avec les statistiques, je suis toujours dubitative sur l’interprétation que l’on fait des études scientifiques et la force quasi irréfragable que l’on leur prête. Comme JM24, je dirais qu’il y a autant de façon de courir que de coureurs, si je cours nus pieds, c’est pas par raison, ce n’est par plaisir et je suis la première convaincue que le risque de blessures inhérents à cette pratique existe : je l’ai testé personnellement… Il n’en demeure pas moins que je n’ai pas rechaussé pour autant… (et c’est décidé je vais faire un billet de mon cheminement)

Répondre


Posté par Cédric Le 9 juin 2010 à 15:47

« Il ne faut pas non plus négliger les gros enjeux financiers qui sont derrière cette querelle. N’oubliez pas que lorsqu’on parle de Vibram aux USA, par exemple, on ne parle pas de 3-4 paires vendues à quelques post-babs en remplacement de leurs tongues hare krishna mais de centaines de milliers de paires annuelles. Et c’est autant de perdues pour certains équipementiers (ou fabricants de streetwear) établis. » C’était un peu le sujet de mon billet du jour et visiblement, ça fait tout aussi causer 😉 Merci encore Fred pour cet ensemble d’informations que tu livres sans forcément prendre parti d’un côté ou de l’autre.

Répondre


Posté par JM24 Le 9 juin 2010 à 16:46

Allez pour rigoler un peu: je cours en chaussons depuis un mois maintenant et je prends vraiment mon pied (c’est le cas de la dire) sauf que hier soir je m’amusais dans les bois quand j’ai posé mon pied sur une plaque de boue et j’y ai carrément laissé mon chausson. je me suis vautré par terre et j’ai aujourd’hui 2 énormes balafres sur la cuisse et le mollet. Je suis rentré chez moi couvert de boue Comme quoi courir sans chaussures de running a aussi ses limites…j’en déduit donc que sur terrain glissant, mieux vaut avoir des crampons!

Répondre


Posté par stamanu Le 9 juin 2010 à 17:18

Bonjour Cet article est une diabolisation du barefoot et prend le problème à l’envers. En effet, les chaussures de courses à pied style chamalow (semelles épaisses) n’existent que depuis une quarantaine d’années et ne serait-ce pas plutôt aux fabricants de chaussures de prouver que leurs chaussures réduisent les blessures et non l’inverse? C’est plutôt à eux de défendre leur positions avec des données scientifiques puisque c’est eux qui ont fait irruption dernièrement sur le marché. On a toujours marché ou couru pieds nus auparavant ou avec des chaussures minimalistes. On se trompe de cible! C’est aux fabricants de chaussures qu’incombe la charge de fournir les preuves!

Répondre


    Posté par fredbros Le 9 juin 2010 à 18:36

    Etant l’auteur de l’article et coureur minimaliste (VFF et EVO – voir d’ailleurs ce que je publie demain matin sur le sujet), je réfute le terme diabolisation du barefoot. C’est amusant d’ailleurs d’être attaqué comme cela car depuis quelques temps chaque fois que je vantais les mérites du barefoot, j’étais également attaqué … Dans cet article, j’ai voulu, pour éviter de tomber dans le piège du dogmatisme à l’Américaine, donner la parole à un opposant de façon à ce que les lecteurs puissent se faire leur idée entre ce que moi, Fred, j’écris à titre personnel et qui reflète mes « croyances », et ce que d’autres peuvent penser.


Posté par stamanu Le 9 juin 2010 à 19:08

@Fred J’ai bien compris que vous défendiez plutôt le barefoot mais il y a une chose que je ne comprends pas très bien : votre article est-il une traduction adaptée d’un site américain ou une réelle conversation retranscrite que vous avez eue?

Répondre


Posté par Christian Gouilliard Le 9 juin 2010 à 19:27

Merci Fred pour tes articles (j’ai un peu du mal avec l’anglais pas technique même traduit par Google: burk!). Je crois que ce n’est pas demain la veille que j’irais courir pieds nus, par contre je prends goût aux VFF car je trouve que le pied revit. Dans une chaussure classique voire agrémentée d’une semelle orthopédique ( c’est mon cas: Valgus traumatique gauche pas soigné – quel con j’ai été!) , je trouve que le pied est hyper protégé, mais les douleurs et les blessures existent dans les deux cas. Pour mon cas, mon ostéo « se régale comme un gosse avec son playmobil » à corriger tout ce que ce valgus implique comme désordre à la longue! Et là, j’ai l’impression que les doigts des VFF corrigent un tant soit peu cela; je verrais à la longue et je sens mes pieds se muscler, avoir une sensation de plus en plus précise; mais c’est évident que la vigilance est plus accrue qu’en chaussures classiques. Bon, j’y suis allé un peu fort pour les deux premières fois, les mollets ont bien souffert ainsi que les voutes plantaires sur les chemins forestiers. Je me suis calmé, je n’ai plus mal aux mollets et demain soir j’attaque 5/6 Kms en augmentant un peu chaque fois ou pas (je verrais bien), je recherche la bonne position et surtout en descente! En tout cas je suis mieux dans les postures d’équilibre en Yoga et c’est un signe bien positif… Salut Fred

Répondre


Posté par fredbros Le 9 juin 2010 à 19:46

@Stamanu : l’article est une discussion directe que j’ai eue avec la personne en question. Certains de ses propos ressemblent fortement à ce qu’il ou elle a pu écrire dans ses articles mais c’est le propre des personnes qui ont un « message à passer ». @Christian : samedi, je parlerai sur wanarun d’un guide pratique du barefoot / minimalisme. Dans celui-ci, il est recommandé de ne pas augmenter sa distance pieds nus ou en Vibram de plus de 10% chaque semaine. En descente, il faut lever très vite tes pieds et augmenter la cadence. Ce n’est pas évident mais on finit par y arriver !

Répondre


Posté par Bidédy Le 9 juin 2010 à 21:36

@fredboss, Le problème avec l’augmentation de la distance de 10% chaque semaine c’est que partant de 0, ya peux de risque d’essayer un jour la course pieds nus 🙂 Ok je sors……

Répondre


Posté par RunOnline Le 9 juin 2010 à 21:37

@Fred : tu as bien raison de rappeler les enjeux commerciaux. En fait, on se trompe peut-être un peu en voulant absoluement démontrer un bénéfice qui serait universel car après tout, courir barefoot, c’est d’abord une démarche personnelle, la recherche d’une autre façon de courir, pas obligatoire avec un objectif sportif ou clinique. En relisant les premiers posts de Bruno sur Ultrawayoflife, cela m’a semblé » évident.En tout cas, je te félicite pour ce débat qui a fait émerger des points de vues et des expériences persos qu’on aurait sans doute pas eu l’occasion de lire.

Répondre


Posté par shadok Le 11 juin 2010 à 7:34

@Fred : merci pour cet article vraiment intéressant et qui tente de rééquilibrer un peu le débat ! J’aime beaucoup le point de vue de ce monsieur qui ne cherche pas vraiment à défendre l’un ou l’autre, mais plutôt à souligner les mauvais arguments dans ce débat. Au final d’ailleurs j’ai tendance à penser exactement comme ce monsieur : chaque pratique a ses avantage et ses inconvénients. Nous avons tous un corps différent et c’est à mon avis à chacun de tester toutes ses pratiques pour retenir celle qui lui convient le mieux ou l’utiliser de la manière qui lui parait la plus intéressante. Sinon je me demande bien pourquoi les pros ne courent pas tous avec la même foulée, la même paire de chaussure ! On va surement trouver des listes longues comme le bras de gens qui se blessent en adoptant un style et qui vont faire les choux gras de l’autre camp. Et il y aura toujours des gens pour tordre un peu des études scientifiques comme ça les arrange. Donc au final ton article rappelle bien ce qui est important : il faut savoir rester critique et se faire sa propre idée et ne pas suivre bêtement une idéologie. Super idée que tu as eue là !! PS : au sujet des enjeux commerciaux je ne serai pas étonné que d’ici quelques temps les deux styles cohabite parfaitement. Imaginez un peu l’opportunité que ça représente pour les fabricants : il suffit de dire que chaque coureur a son style et que ceux qui ne coure pas (ou plus) à cause de blessures en chaussures conventionnelles peuvent s’y (re)mettre grace au barefoot qui leur sera mieux adapté. Et hop ! on agrandit le marché de la chaussure puisqu’on pousse les gens qui n’achetaient pas de chaussures à en acheter. La question est : qui va tirer en premier et proposer 2 gammes en sortant tout le discours marketing ? Pour peu qu’on sorte une étude plus ou moins financée par un fabricant pour étayer le discours (comme dans le tabac ou les telecoms) …. bon ok je sors 😉

Répondre


Posté par Vincent Le 11 juin 2010 à 10:08

Bonjour et merci pour cet article. C’est une bonne chose de présenter les deux points de vue. Je crois cependant que le débat qui se fait aux USA entre tenants et critiques du barefoot est trop tranché pour être vraiment utile aux coureurs. Pour ma part, j’aime courir pieds nus, mais je reconnais que ce n’est qu’une pratique possible – très marginale au demeurant. Je ne suis pas convaincu que c’est mieux (ou pire) pour la santé ou la performance. Ce qui m’y conduit, c’est simplement le plaisir que j’y éprouve. A titre anecdotiques, des avantages existent (dans mon cas, ça semble avoir éliminé tout symptôme de périostite), les risques aussi (dans mon cas encore: ampoules, petites coupures, douleurs aux métatarses). Essayer dans des conditions contrôlées, sur une distance courte, et décider ensuite qu’en faire, me semble une bonne idée: la plupart n’essaieront pas ou bien décideront que ce n’est pas pour eux après avoir essayé, d’autres voudront incorporer un peu de course pieds nus dans leur entraînement, d’autres deviendront accro. A ces derniers (dont je suis) de ne pas se laisser emporter dans la charge de course, au risque de se blesser, et de ne pas devenir des missionnaires du barefoot.

Répondre


Posté par Bidédy Le 11 juin 2010 à 23:41

+1 pour l’approche de Vincent. La course à pied n’est pas un acte politique, c’est d’abord une pratique individuelle, que chacun aborde à sa manière. Parfois certains américains m’exaspèrent à vouloir imposer leur idée du bon à leur congénère. Tout comme cette femme samedi dernier qui m’a interpellée en me recommandant de ne jamais courir barefoot comme je le faisais car j’allais me blesser, et qui en me traitant (gentiment) de fou s’en est allée sans même me laisser le temps de lui présenter mon point de vu . Néanmoins nous sommes en droit de porter un discours sur l’espace publique, il ne faut pas laisser la seule voix aux départements marketing des multinationales du sport. C’est tout l’intérêt de ce débat sur les agora modernes que sont les sites communautaires comme celui-ci.

Répondre


Posté par John Le 16 septembre 2010 à 20:31

Ce monsieur n’est Americain, il est de Australie: http://www.latrobe.edu.au/podiatry/staff/Craig.html On se trouve plus d’information ici (en anglais): http://runningbarefootisbad.wordpress.com/

Répondre


Posté par VERMANDE Le 17 janvier 2011 à 1:57

Bonjour à tous les drogués (n’ayons pas peur des mots) de la course à pied. J’aimerai vous faire part de mon point de vue en tant que passionné de ce sport depuis trente ans aujourd’hui et avec plus de 100 000 km au compteur et toujours à la recherche de nouvelles sensations. Je dois reconnaître que le le meilleur réside dans un compromis entre la fermeté, l’amorti et la stabilité du contact avec le sol ,ce qui en soi parait insoluble mais qui naturellement se résoud par la fonction basique du pied nu mais limité à un certain kilomètrage laissé à l’appréciation de chacun en fonction de son âge, de sa morphologie et de son ressenti dans les heures ou les jours qui suivent un entraînement. Il est vrai que les sensations « barefoot » sont optimums jusqu’à un certain kilomètrage (en ce qui me concerne 40 km par semaine en minimaliste et 40 en « amorti »). Depuis mes débuts, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, les sensations les plus encourageantes donc les plus perverses dans notre sport, je les ai ressenties avec des chaussures que je qualifierai de minimalistes mais permettant malgré tout une envie de continuité quotidienne en écartant les risques de blessure et de rejet de cette activité tellement bénéfique. Alors suivez les conseils d’un coureur aguerri et expérimenté: la moitié des entraînements en « minimaliste » pour le plaisir, et le reste comme vous le sentez. Sportivement vôtre, Gérard VERMANDE

Répondre


Posté par Jean-luc Le 7 mars 2011 à 8:52

les réponses données par ce biomécanicien sont un bon reflet de son site…….Néanmoins, il apparaît dans ses réponses bien plus modéré que sur son site où il semble être en croisade contre les amateurs du barefoot. Il semble en effet de ces derniers aient interprétés les quelques études sur le sujet d’une manière qui les arrangent. Donc sur ce point je lui donne raison. Cependant, je ne trouve pas que tous ces gens veulent imposer leur point de vue et cette pratique. La majorité critiquent simplement le marketing qui a fait des runnings que l’ont connaît des pièces de plus en plus complexes (technologie ceci, technologie cela, révolution technique par ci et blablabla) avec des ajouts pas forcément nécessaires et qui ne sont là finalement plus pour attirer les acheteurs plsu que pour veiller à notre santé et éviter les blessures. Et comme le disait quelqu’un d’autre plus haut, le titre de son site est très révélateur et anti-scientifique. Il prend position sur le sujet sans aucune évidence scientifiques : « le barefoot c’est nul car les amateurs du barefoot sont des évangélistes, des inbéciles (nutters, no brainers)….. Ah mon avis il aurait pu faire ce genre de critique avec plus de classe, de respect et garder son énergie pour faire de la recherche plutôt que pour cracher son fiel…. A vous de juger sur le site… @vad1973 Anton court beaucoup avec les New Balance Mt101 et avec les minimus (similaires aux 5 fingers en termes d’amorti = 0)

Répondre


Posté par Jean-luc Le 14 mars 2011 à 22:30

Plus je lis le site de ce bonhomme, plus je réalise à quel point son raisonnement est biaisé par son aversion des extrémistes du barefoot….ou peut-être qu’il fait simplement preuve d’une mauvaise foi déconcertante. Deux exmemples: 1. Dans l’interview il dit: « Prenons le cas de l’étude Lieberman. Celle-ci n’avait pas pour objet de lister les bénéfices liés à la pratique du barefoot mais juste de comparer des manières de courir : barefoot ou chaussé. » Par contre il passe sous silence une autre étude de lIberman qui parle plutôt de l’évolution de la course chez nous (Homo sapiens) : Endurance running and the evolution of Homo, Nature 2004. Le raisonnement qui en découle est aussi souvent utilisé par les adeptes du barefoot et fait sens pour apporter du soutien à l’hypothèse que nous sommes « nés » pour courir. 2. Sur son site (http://www.runningbarefootisbad.com/another-study/73/) il critique l’étude de Kerrigan en citant le la phrase: “and may protect the feet and lower limbs from some of the impact-related injuries now experienced by a high percentage of runners“. Pour ceux qui ne parlent pas anglais, « may » signifie peut/pourrait/peut-être. DOnc Kerrigan suppose et amène l’hypothèse que courir pied nus « pourrait » diminuer les blessures. Il n’affirme pas que c’est le cas. Par contre anti-barfoot man (je ne sais pas comment l’appeler autrement), démonte Kerrigan en disant qu’il affirme cette idée.. bref en somme je doute beaucoup de l’intégrité et de la rigueur scientifique de ce gaillard qui n’ose même pas donner son nom….

Répondre


Posté par CourirPiedsNus Le 14 mars 2011 à 23:40

Quand j’ai lancé mon blog fin septembre 2010, j’ai fait exprès d’inclure runningbarefootisbad.com dans la liste de mes sites préférés. Je voulais dénoncer l’extrémisme des deux camps, car je suis persuadé que le barefooting/minimalisme ne convient pas à tous les pieds. Grand fut ma surprise récemment de constater que ce monsieur (australien?) avait renoncé à mettre à jour son site au même moment ou le mien à vu le jours. Six mois, cela fait. Que s’est-il passé? Aucune étude signifiante (à grand échelle) est venue prouver ou démonter les thèses des pours et des anti. On ne saura visiblement pas avant de longues années s’il y a véritablement un avantage à courir sans chaussures, ou en chaussures minimalistes. Soit, la blogosphère a énormément relayé les bénéfices du barefooting, mettant fin au débat, soit les industriels ont enterré le débat en déversant une énorme vague de modèles minimalistes sur le marché… Le succès des Vibram FiveFingers ne pouvaient pas laisser indifférent les majeurs… Si ça se trouve, la guerre des chaussures a déjà eu lieu, et l’armistice signée.

Répondre


Posté par Jean-luc Le 17 mars 2011 à 1:36

Pour dire la vérité, guerre ds chaussures ou pas je m’en fout un peu. Ce qui m’importe c’est la rigueur scientifique d’un côté ou de l’autre et le fait que la science nous permette de profiter à 100% de notre sport favori tout en limitant les dégâts. Je vais peut-être semblé biaisé mais ma raison me pousse quand même un peu vers le barefoot ou du moins vers des chaussures un peu plus minimaliste parce qu’il me semble en effet que le corps humain ne soit pas si mal construit pour la CAP et que nous n’avons peut-être pas (autant) besoin de toutes ces technologies sensées limiter les blessures. De plus il n’est pas prouvé que ces nouvelles technologie et de manière générale une chaussure avec beaucoup d’amorti limitent les blessures. Il nous faudra dés lors être patient et attendre quelques années pour comparer l’impact de chaque « école » si j’ose dire, sur notre santé. Je doute que des études sur 2 semaines nous montrent des résultats probants.

Répondre


Posté par fmatarrtlt4 Le 28 mars 2011 à 11:06

Formidable après-midi à vous tous , En premier lieu , donnez-moi l’opportunité de vous montrer ma gratitude pour toutes les superbes informations que j’ai retrouvées sur cet beau site web . Je ne suis pas sure d’être au bon endroit mais je n’en ai pas trouvé de meilleure . J’habite à Milton, ca . J’ai 44 ans et j’éduque 5 agréables enfants qui sont tous âgés entre sept ou 15 ans (1 est adopté). J’aime beaucoup les animaux de compagnie et je tempte de leur garantir les concoctions qui leur rendent l’existance plus heureuse . Je vous remercie dors et déjà pour toutes les formidables discussions qui suivront et je vous remercie de votre compassion pour mon français moins qu’idéal : ma langue de naissance est le chinois et je fais de mon mieux d’apprendre mais c’est très complexe ! Ciao Arthru

Répondre


Posté par Laurent Le 27 avril 2011 à 16:16

J’aime bien ces confrontations d’idées tant que ça reste courtois et dans la bonne humeur … Bref cette mode du « pieds nus » m’intéresse et m’interpelle ! Perso, il m’arrive de courir aussi pieds nus de temps en temps (sur une plage principalement ou dans l’herbe) et ce depuis bien avant cette mode actuelle. Je trouve cela très agréable et une expérience très sympa. Pour info, ça fait pas mal de temps que certains disent que la course moderne (appui talon + chaussure amortissante) est loin d’être idéal … la 1re fois pour moi c’était à la fin du siècle dernier !! Aussi je ne recherche plus la chaussure la plus amortissante qui soit. Sans conséquence au niveau blessure … un compromis à cette pratique extrême du pieds nus. Mais j’ai une question : les pieds nus, faites-vous aussi des longues sorties (1h30/2h ou +) ? Faites-vous aussi de la compet style marathon ?

Répondre


Posté par CourirPiedsNus Le 28 avril 2011 à 12:45

Bonjour Laurent, merci de ton témoignage – visiblement pour retrouver des barefooteurs, il faut aller – à la plage 😉 Alors justement, ta question sur les distances. La reconversion à la course à pieds sans chaussures, cela prend du temps, je dirai, au moins un an, voir deux. A force de rallonger chaque mois de dix pour cent en temps de sortie, j’atteins actuellement des temps de sortie d’environ 1H15M. La distance est secondaire, mais à titre d’exemple, je parviens à courir 12-15km pieds nus, sur une chaussée dure, un peu moins sur des sentiers (prudence oblige). Mon record à ce stade, est de 17km. En semaine, typiquement je pars et je reviens en chaussures minimalistes, avec une « tranche » de barefooting au milieu, en faisant attention à effectuer plus de la moitié de ma sortie sans chaussures. Cette « tranche » vaut, après sept mois de reconversion, 9Km. Le WE ce sont des sorties longues >12km. Aux Etats-Unis, plein de coureurs effectuent des marathons sans chaussures. En France, il y en a quelques uns pour l’instant. Le semi-marathon me semble un but réaliste, au bout d’un an. C’est mon objectif pour 2011 😉 Christian

Répondre


Posté par Erwann Le 13 mai 2011 à 17:18

Bonjour, En ce qui me concerne ce sont les chaussures minimalistes qui m’ont fait reprendre la course à pied, et je ne regrette pas. Erwann

Répondre


Posté par stéphane Le 25 mai 2011 à 9:10

sans vouloir défendre les vibram (j’en porte mais pour du fitness et de la musculation, moins « traumatisant » que le running) il serait utile de savoir (à l’instar des guerres de lobbys) quesl sont les liens de collusion entre les divers avis qui sont prononcés…nike et autre asics, ne doivent pas forcément avoir envie que le barefoot se développe trop non plus 🙂

Répondre


Posté par Jérôme Le 19 septembre 2011 à 21:14

Bonjour, Coureur d’ultra depuis un an, j’ai voulu essayer le barefoot en KSO treck, puis en Merrell : Pas facile de passer d’une foulée d’ultra(-éco) à… autre chose. Après 3 mois à une ou 2, 3 sorties par semaine, si je devais faire un bilan, je dirai expérience positive dans le sens où j’ai retrouvé une foulée plus « joueuse », variant mes appuis et une vitesse de descente plus rapide en changeant de foulée. Je les reserve toutefois à des sorties d’une heure en gardant mes sorties longues en classique. Je dirais que mes sorties en KSO, malgré le travail de gestuelle (on se prend vite au jeu) sont moins traumatisantes que mes sorties « normales » qui sont beaucoup plus longues. Toutefois, ma foulée en classique en a été pas mal modifée aussi. Je ne sais pas si/quand je vais essayer un trail en barefoot, mais en france ça risque de ne pas passer inaperçu dans l’ouest ;o) Barefootement

Répondre


Posté par CourirPiedsNus Le 19 septembre 2011 à 22:30

Petit mise à jour pour ma reconversion au barefooting (pieds nus). A 12 mois révolus, je suis capable de courir bien plus que 20K sans chaussures, sur route, j’ai donc osé m’inscrire à plusiers courses en région parisienne : Paris-Versailles, 20K de Paris, et Semi-marathon de Boulogne. J’ai également continué à explorer les solutions minimalistes, et j’utilise surtout des sandales de courses (huarache) pour les passages difficiles – même – elles m’accompagne sur toutes mes sorties, portées à la main, au cas ou… J’envisage d’ors et déjà des objectifs plus ambitieux en 2012, à commencer avec les 30K de l’Ecotrail 2012, que je ferai probablement en sandales de course. Pour ce qui est du barefoot (le VRAI barefoot, hein, CaD sans chaussures) j’éspère tenter un premier marathon à la deuxième moitié de 2012… Mais je m’engage pas encore, cela dépendra entièrement sur l’état de préparation de mes semelles… Barefooteurs, minimalistes, je vous salue bien bas ! Venez me faire un petit coucou sur les courses, si vous me voyez 😉 Christian « Barefooteur » Harberts, Président, Barefoot Runners Society France

Répondre


Posté par WCR independant Le 20 septembre 2011 à 8:34

Etrange ce besoin de créer des « assos parisienne », et même pour ça !?!?!? Tout à fait dans l’idée d’évangélisation comme écrivait fredbros dans son premier post. Heureusement, qu’on n’a pas attendu en mai 2011 pour courir « pied nus »… Je ne connais pas les plages d’Issy les Moulineaux, mais pieds nus, ici, c’est assez fréquent :o) Félicitation pour ton 20 kil… Je ne savais pas que ce « step » avait la moindre importance, sinon j’aurais fêté ça avec mes pieds… mais pas sur du bitume dans une ambiance Starmania

Répondre


Posté par Bob Le 26 octobre 2011 à 15:48

Je vis en Amérique du Nord et on percoit depuis juin 2011 une tendance très importante des manufacturiers et des détaillants à «pousser» le soulier minimaliste. Après 25 ans de course à pieds et de compétitions et après avoir utilisé autant des espadrilles très coussinées que des «flat racers» ce que je retiens c’est: 1- Il faut varier le type d’espadrilles selon le type de sorties effectuées: longue sortie lente en zone 1 avec des espadrilles plus coussinées alors qu’une sortie plus courte + rapide peut se faire avec des «flats» ou des minimalistes sans trop de problèmes. La variation d’espadrilles fait varier la position du pieds et l’impact musculaire. 2- il faut varier la surface de course le plus possible (sentier, terre, asphalte, ciment, pelouse, etc…) afin de modifier le stress sur les pieds, jambes et fesses. 3- changer régulièrement le coté de la route où vous courez: sens contraire au traffic vs même sens que le traffic (lorsque sécuritaire)…car l’inclinaison de la route vers le bas coté est différente et son impact sur la foulée (jambe gauche vs jambe droite) est importante à long terme pour les blessures. 4- la stratégie commerciale des manufacturiers d’espadrilles vise à optimiser la marge de profit par unité…et évidemment un soulier minimaliste de 6 onces vendu 99$US est plus économique à produire qu’une espadrille classique (lightrainer ou coussinée) de 12onces vendu également à 99$US. L’effort de mise en marché à privilégier pour eux devient, je crois, très évident…mais c’est OK car c’est la règle du marché et de croisssance des entreprises. Donc c’est à chaque coureur de faire son propre choix….et ce n’est pas l’espadrille que l’on chausse qui va faire une différence de plus de quelques secondes dans une compétition…c’est la qualité et la constance de notre entraînement ! Bonne sortie sans blessure !

Répondre


Posté par Tom Le 26 octobre 2011 à 15:58

@ Bob, s’agissant du point 1 de tes remarques, j’ai plutôt l’impression qu’il faut faire le contraire : courir lentement (et éventuellement longtemps si on prépare une course longue distance) en chaussures peu ou pas amorties car personne n’attaque par le talon à petite vitesse ; courir vite (séances VMA, compétitions) avec des chaussures amorties parce que la violence des chocs le justifie. Je sais que le discours des manufacturiers et des vendeurs ne va pas dans ce sens mais c’est ce qui me semble le plus logique et qui fonctionne dans mon cas.

Répondre


Posté par Bob Le 26 octobre 2011 à 16:09

@Tom Comme je disais, chaque coureur fait son propre choix. Personnellement, je préfère sortir 37kms lent sur des espadrilles coussinées de type «matelas» et faire 8 x 1 km à 3m30 sur des flats…mes pieds sont moins longtemps en impact avec le sol.

Répondre


Posté par Sonia Le 23 novembre 2011 à 17:48

Je cours depuis plusieurs années et j’ai essayé le barefoot running il y a 6 mois. Avant, je prenais toujours la peine d’acheter des chaussures chez un marchant spécialisé afin de les choisir en fonction de ma foulée,etc. J’ai acheté une paire de fivefingers lors d’un voyage aux USA et j’ai été renversée. Non seulement les muscles de mes jambes (surtout les mollets) ne sont pas sollicités de la même façon, mais on dirait que la plante de mes pieds s’est aussi fortifiée. Maintenant, lorsque je cours , mes pieds participent à l’élan. En fait, c’est un peu comme si les pieds réagissaient comme un ressort: sur une semelle très rembourrée , ils perdent l’efficacité qu’ils ont sur une surface plus dure. La seule chose un peu dangereuse qui peut être liée aux fivefingers selon moi, est que les coureurs expérimentés pensent avoir les mêmes performances qu’avec des chaussures traditionnelles dès le début. Il faut vraiment commencer lentement, le temps que les muscles s’adaptent à ce nouveau mode de course. Une fois qu’on y a goûté, je ne crois pas qu’on peut retourner aux chaussures traditionnelles, car la sensation du barefoot est exceptionnelle.

Répondre


Posté par Gilles Le 2 janvier 2012 à 23:05

Je viens de découvrir (enfin) l’existence du concept barefoot et des « protections » fivefingers et après avoir lu divers points de vue je vais me laisser tenter. c’est vrai que de tout temps, j’ai toujours aimé traîner mes « guêtres », pieds nus (in french in the text). Travailler mon potager, pieds-nus; quel délice! Par contre, en planche à voile, je suis obligé de porter des chaussons; la corne que j’ai sous les pieds met à mal mes anti-dérapants et ça devient une vrai patinoire. Sur mon vélo, j’ai dû meuler un côté de chaque pédale pour le confort en utilisation « light ».L’an dernier, au 12ème km d’un trail j’ai failli déclarer forfait, suite à 2 superbes ampoules (3cm de Ø) sous chaque voûte plantaire suite à 1 ou 2 km de sentier tortueux et en dévers. J’ai fait sensation en terminant les 8 derniers km pieds nus et ignorant au début les ampoules et ne les sentant plus à la fin. S’il y avait eu un classement dans la catégorie « court avec chaussettes et chaussures à la main », j’aurais gagné plus de 100 places ;). Je ne suis pas un irréductible anti-godasse mais vu que j’ai bien lu qu’avec le barefouting, on pouvait dire adieu à ses semelles orthopédiques et que les FF valent à peu près le prix des semelles, vous m’avez compris… Just one question; quelqu’un peut il me dire si les KSO (pas en cuir) sont le meilleur choix pour du trail? Et une 2ème; est ce que ça tient bien la route en descente quand l’argile est un peu humide? Je vous remercie d’avance et en profite pour vous souhaiter de meilleurs voeux pour cette nouvelle année surtout aux coureurs à pieds de France,de Navarre et de tout le reste de la planète.

Répondre


Posté par WCR independant Le 20 janvier 2012 à 11:02

@Gilles : Les KSO, j’avais les treck, je suis passé à travers (gros orteil) en 350 bornes. Depuis je suis passé au Merrell qui ont 500 bornes sans soucis (sauf l’oeillet du haut qu’il faut ecraser). Attention les semelles Vibram ne tiennent pas sur de l’humide et sols dures, mais les appuits étant plus brefs et verticaux, ça passe. Les descentes, c’est le plus dur ;o)

Répondre


Posté par Christophe Le 6 mars 2012 à 6:00

Il y a un an, je me suis mis très sérieusement à courir, sur chemins et sentiers. Je fini mes vieilles baskets ainsi. Et des trois paires de baskets que j’ai « usées » cette année, celle qui me laisse le meilleur souvenir est la Stan Smith. J’ai lu il y a quelques semaines des articles sur le barefooting, le minimalisme, la vibram FF, l’UTMB et j’ai acheté un genre de chausson de kung-fu pas cher pour tester le truc. Malgré les recommandations de prudence sur les douleurs je me suis pris au jeu à la première sortie et 1h15. J’ai eu mal aux pieds et aux mollets. J’ai mis des semelles et j’ai recommencé deux fois 1h45 avec amélioration du chrono, plus d’endurance, nouvelles sensations du pied et aussi plus de réponse en accélération pendant la course. Mais les mollets…

Répondre


Posté par Nike Flyknit Racer | joginparis Le 19 avril 2012 à 22:30

[…] est la Nike Flyknit Racer. Elle est en cours de finition et surfera très clairement sur la vague barefoot ou minimaliste en bon […]

Répondre


Posté par IPC | Why Go For Barefoot Running? Le 24 juillet 2012 à 18:27

[…] as a lot more joggers now are going barefoot or perhaps making use of minimalist jogging sneakers (link). There is probably a growing number of running that happen to be discovering that they are able to […]

Répondre


Posté par Is Definitely Barefoot Running Good? Le 24 juillet 2012 à 19:10

[…] a lot more athletes are now heading without footwear or perhaps utilizing minimalist running shoes (link). Presently there is obviously a growing number of running who definitely are discovering that they […]

Répondre


Posté par dombray Le 9 août 2012 à 18:56

Bonjour joggueuse (1/2h 2à 3 fois par semaine, depuis des années), j’ai fait ma première sortie barefoot avant hier.. 2,5 km « facile », un grand plaisir de sentir le sol, une réceptivité accrue à l’environnement, une bonne fatigue après… du coup j’ai acheté une deuxième paire de fivefingers pour la ville… nous avons tort de mettre des moufles à nos pieds toute notre vie.. les récepteurs des pieds stimulent le cerveau aussi… mais il est vrai que la plupart des coureurs, que j’observe aussi depuis des années, ne savent pas courir, déjà avec des chaussures amorties – leur posture est « mauvaise »: genoux en dedans, raideur , mauvais appuis, sans parler du surpoids- alors il vaut mieux qu’ils restent dans des moufles car cela leur évite les mauvais chocs..; mais quand on a une bonne posture et prise d’appuis, on peut y aller… des sensations uniques !

Répondre


Posté par Jeronimo75 Le 5 juin 2013 à 14:43

Très très bien cet article et la discussion qui suit. La variété des points de vue qui s’expriment me semblent correspondre à la variété des relations que nous entretenons avec nos pieds, avec le sport, avec l’environnement et avec les autres: tout et n’importe quoi! Et c’est tant mieux, sauf quand des fanatiques de la mode ou des intégristes de l’un ou l’autre bord disqualifient le point de vue de l’autre en prétendant que leur religion est supérieure… En la matière, vive l’individualisme et la tolérance! En ce qui me concerne, passer progressivement aux chaussures minimalistes pour courir comme pour marcher en randonnée ou tous les jours, ce fut du bonheur: sentir les irrégularités du sol et faire plus attention où je mettais les pieds, me sentir plus léger, plus économe et plus efficace dans ma foulée, ressentir de moins en moins de courbatures… Il me semble que c’est le seul conseil que l’on peut donner aux autres: réfléchis à ce que tu fais et ouvre tes horizons à des alternatives.

Répondre


Posté par NipSports, c’est parti !!! | NipSports Le 17 février 2014 à 20:01

[…] * Barefoot – le pour : http://www.lyoncoaching.fr/achaussures.html – le contre : http://www.wanarun.net/blog/barefoot-running-trop-cest-trop-6395.html […]

Répondre


Posté par kardow30 Le 31 juillet 2016 à 15:49

I do not agree, read http://www.annedubndidu.com/2016/04/jai-teste-les-baskets-nike-free-transform-flyknit/

Répondre


Posté par yasmine1992 Le 21 août 2016 à 23:04

I don’t agree, look at that: http://www.vagueetvent.com/blog/2011/11/03/technologies-des-boots-burton/ – Yasmine

Répondre


Laisser une réponse