Vrai Test NEWTON RUNNING : 300 km et un semi


 

Plus que 4 semaines et demi avant mon Marathon de Paris en Newton Running Stability Trainer. Le temps est donc venu de faire un dernier petit bilan intermédiaire avant l’épreuve de vérité. J’en suis aujourd’hui à 300km et des poussières  courus avec ces chaussures. 300 km dont un semi-marathon officiel, celui de Paris.

J’effectue l’intégralité de mon plan d’entraînement avec les Newton et n’alterne avec aucune autre paire. Qui dit plan (plan Bruno Heubi bien entendu !) dit : VMA le mardi, assimilation le mercredi, EMA le vendredi et sortie longue le dimanche et quand je dis long, c’est long avec Bruno (2h20 la prochaine et ce n’est pas fini !). Donc un test dans toutes les configurations possibles d’entraînement … mais sur route uniquement.

On commence par quoi ? Le négatif ? Oui, j’ai trouvé un point négatif à ces chaussures. Ca vous étonne je suis sûr ? Ce « point » ce sont … les descentes. Autant la chaussure est super efficace sur le plat et dans les montées, autant, dans les descentes, le fait d’être « forcé » de courir sur l’avant du pied ne m’apporte ni l’efficacité ni le relâchement dont j’aurais besoin. Je l’ai encore constaté dimanche au Semi de Paris dans la descente qui suit Daumesnil avant de remonter sur Charenton. Sans doute une question d’habitude à prendre.

Redescendons donc sur le plat … Je n’ai toujours aucune douleur aux mollets – et maintenant, je suis un vétéran de la Newton – et je suis toujours aussi convaincu par l’effet bénéfique de ces chaussures sur ma foulée : beaucoup plus efficace ramenée à l’effort à produire. Beaucoup moins de fatigue qu’avec des chaussures classiques (je persiste et signe) et surtout maintien de la foulée tout au long de l’effort, quelle que soit sa durée !

Mon Semi de Paris en est une excellente illustration : 21,1 kilomètres parcourus à la même allure chacun de 4’18 » sans aucune baisse de régime et avec une grande facilité ! Regardez un peu la photo. Nous sommes au 19e kilomètre et je continue à utiliser mon avant de pied pour me propulser à chaque pas grâce au « retour d’énergie ». On voit également que le pied droit, dynamique, va frapper le sol sur l’avant et non le talon.

Bien entendu, avec des chaussures classiques, il serait possible en théorie de courir sur l’avant du pied, en se forçant un peu … mais pensez-vous tenir durant tout un semi ou une sortie longue de 2h40 ? L’avantage des Newton, c’est que vous n’avez pas besoin de « tenir » puisque ce sont elles qui le font pour vous !

Pour résumer :  j’AIME mes Newton et je l’affirme haut et fort : elles sont à la base de mes performances actuelles ! Je ne peux donc qu’en recommander l’usage même aux plus sceptiques.

Post-Scriptum : non, je n’oublie pas le traditionnel suivi de l’usure – je sais que certains mettent en doute la durabilité de la chaussure. La photo, la photo !

Ca s’arrondit tranquillement à l’avant des blocs d’impact mais rien de bien méchant, il n’y a pas d’usure franche. Les chaussures devraient donc tenir les 800km « réglementaires » et maximum conseillés avant changement de paire.

P.P.S. : un autre petit défaut … la chaussure étant, à l’origine, blanche de chez blanche sur le dessus, elle a tendance, à se salir au fur et à mesure des entraînements réalisés sur surfaces mouillées et un peu sales. Après 300km, elles sont donc moins immaculées qu’au début. Bon, c’est purement esthétique ce que je raconte.

P.P.P.S. : dès que j’écris le mot Newton dans un article, certains crient « haro sur le vendu » … Alors, je me permets de vous faire part d’un commentaire tout à fait impartial d’une lectrice du site, Muriel A.

« J’avais lu pas mal d’articles sur cette marque et j’ai eu la chance de pouvoir en ramener une paire lorsque j’etais à NY

Après deux séances sur piste où j’ai été vraiment impressionnée « par le rendement », j’avais hâte de tester mes newton racer sur une vraie course.
J’ai couru ce dimanche un 10km et j’y ai battu un record sur la distance datant de 2007 (j’en ai usé des paires de runnings entre !) sur un parcours pas particulièrement roulant, avec du vent de face.

Est-ce uniquement dû aux newton ? je ne saurais l’affirmer.
Une chose est certaine, j’ai bel et bien ressenti un effet de propulsion !

Je renouvelle l’essai d’ici 10 jours sur un semi que je connais bien.

Petit bémol tout de même , on peine à trouver les Newton en France et elles y sont très chères (aux alentours de 160 € vs l’équivalent de 80 € aux USA) »

8 commentaires sur “Vrai Test NEWTON RUNNING : 300 km et un semi”


Posté par Stef Le 11 mars 2010 à 7:28

Adapté au chi running…

Répondre


Posté par Robert Le 11 mars 2010 à 8:36

Pas encore testé mais tenté… mais j’ai quand même du mal à me faire à l’idée de quitter mes ASICS NIMBUS… l’histoire d’amour de ma vie…

Répondre


Posté par dan33 Le 11 mars 2010 à 8:45

J’ai quitté les Nimbus pour des Newton 🙂

Répondre


Posté par Bruno Mercier Le 11 mars 2010 à 10:20

Moi perso j’en ai vraiment marre d’attendre!!!! Il me tarde de les essayer! Je dois les recevoirs en fin de semaine et je pourai donc vous donner mes impressions…

Répondre


Posté par Christian Gouilliard Le 11 mars 2010 à 21:14

Salut Fredbros et bonsoir à tou(te)s Je n’ai pas essayé les Newton car il me reste 2 paires de Gel Nimbus 11 (Asics) d’avance, mais j’ai systématiquement remarqué au cours de mes entraînements qu’en courant sur l’avant du pied sans changer ma vitesse, mon pouls décélérait en moyenne de 5 pulsations/minute. J’ai fait ce test sur des distances de 2 à 3 Kms quelque soit le %. J’aimerai ton avis et celui des lecteurs… Affaire à creuser…

Répondre


Posté par fredbros Le 11 mars 2010 à 22:31

Salut Christian. Lorsque tu cours sur l’avant du pied, l’effort global que tu fournis, à iso-vitesse de course est inférieur à celui d’une course sur le talon puisque tu as besoin de moins d’énergie pour « décoller le pied ». Il n’est donc pas illogique que ta FC diminue puisque tu sollicites moins tes muscles qui ont donc besoin de moins d’oxygène (sachant que la FC est corrélée à la quantité d’oxygène). CQFD !!! Enfin, je ne suis pas certain 🙂 mais elle a l’air bien mon explication non ?

Répondre


Posté par Bruno Mercier Le 11 mars 2010 à 23:23

Salut Christian. En courant sur la partie avant du pied, tu te fatigues moins car tu vas chercher plus loin et tu as moins de perte d’énergie comme le dit fred. Ceci te permet d’avoir une fréquence inferieur (moins « d’enjambés »/minutes) et du coup un poul plus faible. Du moins c’est ce que je pense^^

Répondre


Posté par paul Le 12 mars 2010 à 11:26

perso avec les newtons, je fais de plus petits pas, et donc beaucoup plus d’enjambé par mn …. par contre cela fait en effet une réduction de FC, car l’effort semble moins important

Répondre


Laisser une réponse