Test chaussures de trail HOKA ONE ONE : le verdict


 

Hoka One One Mafate Low

Pour un Vrai Test, ce fut un … Court Test 🙂 Une dizaine de jours avant de renvoyer, comme promis, les chaussures à HOKA. Court mais efficace quand même, c’est déjà cela, sachant, qu’en plus, dans les dix jours en question, j’ai dû intercaler mes 4 entraînements hebdomadaires en Vibram Fivefingers en vue du Marathon Seine et Eure du 17 octobre. 10 jours bien fatigants …

A l’issue de l’épisode précédent, je vous avais quitté, après avoir remporté haut la main, la soirée « descente en folie » du Club de vacances Oumpapawate ainsi que la « montée impossible de l’extrême qui tue ». Deux beaux exploits, ne sont-ils pas ? … mais qui ne font pas une chaussure de trail.

Je ne suis certes pas un grand spécialiste de la discipline, mais je me suis documenté et j’ai cru comprendre qu’une épreuve de trail :
1) était en général assez longue
2) ne consistait pas à faire 5-6 allers retours montée / descente
3) comportait parfois des parties planes de liaison

J’ai donc décidé de me mettre en condition et de réaliser deux sorties d’une heure chacune, l’une dans le bois de St Cucufa (92 Rueil), l’autre dans la forêt de Marly (78 Marly le Roi) en essayant de trouver des revêtements aussi variés que possible, un peu de dénivelé et dans le second cas, une très longue portion plane en sous-bois sur des chemins un peu défoncés.

Je ne reviens pas sur « les ailes en montée et les descentes à bloc », je vous en ai déjà parlé en long, en large et en travers dans mon premier article. Sachez juste qu’après une heure de course, ces sensations sont toujours présentes. Malgré la fatigue qui s’accumule, il est toujours aussi facile de grimper et de descendre avec des diablesses de MAFATE. Ce sont d’ailleurs surtout les descentes qui procurent le plus de sensations car, au fur et à mesure, on les prend de plus en plus vite, sachant que rien ou presque ne peut nous arriver.

Par contre, peut-on « courir » avec des HOKA ? Et bien, la réponse est … suspense … oui, mais.

Pourquoi mais ? Parce qu’il me semble que ces chaussures sont un produit technique de niche à réserver à des trails très technique en montagne comportant pléthore de descentes et de montées ainsi que dénivelés à gogo. Sur les longues portions planes, je les ai trouvées pataudes, difficiles à « tirer », peu dynamiques sur l’avant et assez fatigantes au final, si je les compare à mes Inov-8 Flyroc 310, voire même à mes Columbia Ravenous. Je ne me suis jamais vraiment senti à l’aise sur le plat, incapable de trouver une foulée adéquate alors que j’ai éprouvé un immense plaisir en descente et une facilité déconcertante en montée. Qui plus est, sur le plat, on « sent » sous le pied le design très particulier de la semelle, impression dont je n’ai jamais réussi à faire fi.

Si vous débutez le trail où que vous courez essentiellement des trails « de plaine », je pense qu’il existe d’autres modèles qui répondront mieux à votre besoin. Par contre, si vous êtes un adepte du trail de montagne, les HOKA One One MAFATE LOW sont clairement faites pour vous. Elles ont été conçues comme telles. Vous serez très surpris des performances que, sans difficulté, vous atteindrez en montées et en descentes et vous enchaînerez les dénivelés comme des perles sur un collier 🙂

Que conclure au final ? Un produit clairement innovant, révolutionnaire même, personne ne peut le contester. Un produit d’une rare performance en montée et en descente, là aussi pas de débat. Par contre, un produit qui pêche, sans doute, par un manque de polyvalence, ce qui le destine – d’ailleurs, je pense que c’est la stratégie marketing de la marque – à un marché de « spécialistes ».

14 commentaires sur “Test chaussures de trail HOKA ONE ONE : le verdict”


Posté par Chris Le 7 septembre 2010 à 6:26

Un Trail de plaine ce n’est justement pas un Trail… Avec lengoument populaire pour les trains & l’appel de la nature…toutes les courses avec un semblant de dénivelé et un parcour en sous-bois prennent l’appellation « usurpée » de TRAIL…. ces HOKA, sont elles justement faites pour les TRAILS, les vrais….;)) Grosses patates à n’en plus finir, descentes techniques, sections plannes pour la relance & re-grosses patates & descentes techniques avec très souvent des paysages vertigineux & magnifiques… Les organisateurs essayent dans la mesure du possible d’éviter les portions de routes, ou sans intérêts, et recherche un enchainement de denivellé positif & négatif assez conséquent pour bien figurer sur le plateau florissant des trails de notre beau pays… D’après ton « vrai » test & les différents commentaires & avis que j’ai pu lire & entendre, notamment suite a l’UTMB & la CCC, ces MAFATE (dont le nom laisse bien présager le type d’utilisation, « le cirque de Mafate » est une partie clef de » la diagonale des fous », le grand raid de la réunion, Ultra Trail entre 140 & 150km pour 8500 à 9200m de dénivelé+…!!!) elles on visiblement l’air de répondre parfaitement à leur mission et voir même d’en rajouter….;)) Encore une fois, c’est ma carte de crédit qui va prendre…;)) Merci pour ce nouveau test, visiblement l’un des derniers…:(( & bonne continuation.

Répondre


Posté par Bidédy Le 7 septembre 2010 à 20:58

@Chris Trail veut dire sentier en anglais….. ….donc du moment que la portion de route est très minime, toute course nature peut être un trail. Libre à chacun de trouver son plaisir sur les profils et les distances qui lui conviennent le mieux. Par ailleurs entre La Fouly et Champex sur l’Utmb(bis) on s’est tapé presque 10km de route bien goudronnée. sur 88km ça fait quand même plus de 10%, pas de quoi en faire un fromage (suisse !) non ? B.

Répondre


Posté par Bidédy Le 7 septembre 2010 à 21:05

@Fredbos, J’ai particulièrement apprécié de doubler des possesseurs de ce modèle dans la descente du col Ferret sur l’UTMB(bIs) très boueuse cette année. Il semble que l’accroche des Hoka dans la boue est proche de zéro. Dommage pour des chaussures conçues pour descendre vite. D’autre par plus le pied est surélevé plus la stabilité est faible et donc plus le risque de se tordre la cheville est élevé. À voir sur le long terme et les retours des utilisateurs. B.

Répondre


Posté par VincentC Le 8 septembre 2010 à 7:40

Bonjour à tous, J’ai lu énormément de bien de la Hoka, et beaucoup de traileurs y sont convertis, notamment en course de montagne. Quelques points me semblent cependant plutôt négatifs (au delà de la discussion entre minimalistes et non minimalistes): – cette chaussure me parait également trop haute pour être vraiment stable; – j’ai par ailleurs lu un témoignage (sur ultrafondus) mentionant une grosse exagération de la rotation du pied vers l’intérieur en cas de pronation forte. – quid d’une utilisation en dévers fort ? Voila, pour le définition du trail, je suis Bidepy là-dessus. Pourquoi d’aileurs opposer coureur de plaine et coureurs de montagne ? C’est la variété qui fait le trail. J’ai fait un trail physiquement et techniquement dur à altitude proche de zero (en zone de cordons dunaires) et les trails de plaine, avec montées courtes et sèches ou pire encore boue peuvent être très engagés (et pas très roulant). Bien sûr, j’adore aussi courir en montagne ! VIncent

Répondre


Posté par RunOnline Le 8 septembre 2010 à 7:43

@Fred et Bipédy : court mais instructif ton test. comme d’hab’, tu vas droit au but. Je pense qu’Hoka s’inscrit dans un marché de (grande) niche car la pratique du trail se développe beaucoup y compris à la montagne. n’oublions pas que ce modèle est le premier et que même si ces créateurs ont de la bouteille (Salomon), il faut se dire qu’il y a du potentiel pour le futur ! Un mot sur « trail », moi, je trouve que la richesse du trail vient de sa diversité : j’adore le trail en montagne mais je ne suis pas d’une région montagneuse et les sentiers d’île-de-France ne sont pas si mal : faut venir à l’ECO-TRAIL pour s’en convaincre.

Répondre


Posté par Chris Le 8 septembre 2010 à 8:52

@tous: dans mon précédent commentaire, je ne cherchais pas à opposer « Courses Nature & Trail » qui sont d’après la fédé la même chose… »courses Nature » c’est sous cette étiquette que la Fédération française d’Athlétisme souhaite labelliser les courses de trail, mais on constate l’émergence d’épreuves soft sur des sentiers peu techniques, souvent simple déclinaison de la course sur route sur chemin. Un championnat de France se dessine même. De nombreux coureurs y voient une version grand public du Trail. D’autre y vois un bon moyen de mettre au trail les coureurs de bitume. (http://trailnature.wordpress.com/deftrail/) j’ai personnellement une vraie préférence pour les « courses de montagne » ou les « Ultra » qui sont à mon avis, l’essence même du Trail, son Histoire et son avenir… Mais on ne peu pas ignorer le fait que de nombreuses courses prennent l’appellation de « Trail » simplement pour surfer sur la vague & l’engouement que déclenche depuis un certains temps cette activité et ainsi donner un second souffle à leur épreuve…aussi, nombreux estiment qu’attribuer un tel titre, notamment par la fédé pour les « courses nature de courte distance à faible dénivelé», c’est dénaturé le mot Trail qui au départ définissait des épreuves longues, principalement organisées en montagne et accusant un dénivelé important… De toute manière, chacun à un avis bien tranché quand il s’agit de sujet passionnant…. ;)) Mon intervention était simplement orientée en réponse à fred, qui donnais comme seul point négatif des HOKA, l’utilisation de ces chaussures pour un Trail « de plaine »… Elles on été conçue pour le dénivelé positif ou négatif, c’est leur moteur, leur raison d’être & d’exister, c’est la base du concept…. Donc il est en quelque sorte normale, qu’elles ne soit pas adaptées aux plaines….(encore un fois…c’est des « MAFATE »…) Quand on test un « vrai » 4×4, lui rempoche t’on d’être mauvais ou peu dynamique sur autoroute ???? Je n’ai jamais testé ces chaussures….je ne fais donc que donner mon ressentis vis-à-vis des commentaires que j’ai pu entendre…. Mais ce que je sais….c’est que je vais me forger mon avis perso, très prochainement…. le 19 septembre, Trail 06, 53km, 2700+ & 4300-… ;)) http://www.raiddumercantour.com/index.php?option=com_content&view=article&id=53&Itemid=30

Répondre


Posté par Arnaud Le 8 septembre 2010 à 19:30

Du canicross avec ces grosses godasses, ça a l’air royal! J’attends les miennes, commandées sur le site il y a qlq jours.

Répondre


Posté par BADGONE Le 14 septembre 2010 à 6:57

Premiers essais ce lundi ; montée du mt veyrier-mont baron (annecy). Terrain très pentu , cailloux…Beau temps. En montée , je les ai trouvé étonnantes ; de légereté d’abord , souplesse …J’ai pû monter plus vite que d’habitude , moins « fatigué ». En descente , bonnes sensations. J’avais resséré les lacets afin d’obtenir une meilleure stabilité. Je me suis « offert » de belles accélérations. Tout en me freinant par moments , par crainte de tordre la cheville. Cela n’est pas arrivé , mais effectivement il me reste à apprivoiser leurs limites. Sur la route , sensation plus « pataude » , on ne battra pas de recors avec la mafate (mais attendons la sortie de la « route » pour le printemps….). Je n’ai pas testé dans la boue , mais veut bien croire qu’elle glisse plus que certaines autres chaussures. En résumé , réellement un (sacré) plus pour les trails techniques ; moins évident sur les trails « roulants » et probablement glissantes sur la gadoue. Une réussite , à utiliser « intelligemment »

Répondre


Posté par fredbros Le 14 septembre 2010 à 7:25

@Badgone : les grands esprits se rencontrent … Content de voir que l’avis d’un Spécialiste de la discipline rejoigne celui du béotien que je suis 🙂

Répondre


Posté par sanchez Le 24 janvier 2011 à 11:58

retour de la diagonale 2010 avec les hoka apres 165 kms et 9500D+ et 100kms d’entrenement les hoka ne tiennent pas la distanse semelle tres fragile et mauvais SAV

Répondre


Posté par Alex Le 22 août 2011 à 15:13

Je cours avec depuis moins de 3 mois en montagne sur les sorties de plus de 2 heures : super confort, super amorti pour la descente en revanche ces chaussures ne sont absolument pas solides semelles complètements (mais vraiment) bouffées : morceaux qui s’arrachent, tous les crampons qui se décollent et tout ça après environ 300 km et 15000 d+ A 150 euros il faut bien réfléchir ou alors descendre doucement ce qui n’ai pas le but recherché

Répondre


Posté par Mes nouvelles Hoka Bondi.B | vinRouxh's blog Le 29 décembre 2011 à 22:30

[…] TEST CHAUSSURES DE TRAIL HOKA ONE ONE : LE VERDICT (Wanarun) […]

Répondre


Posté par lionel Le 24 octobre 2012 à 23:43

Dans toute chose on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre Mais quand on a des genoux pas loin d’être échangé contre des prothèses c un véritable bonheur de courir avec des chaussures qui amortissent certes il faut être extrêmement vigilant à la pose du pied vu la hauteur des semelles

Répondre


Posté par Xavier Le 31 janvier 2014 à 22:33

Bonjour à tous. Je me permet ce post à l’encontre peut être de l’étiquette ‘Trail’. En effet cette chaussure m’a permis de redécouvrir des sensations sur bitume. Etant sensible aux impacts sur sols dur, j’apprécie de l’employer à présent sans préoccupations de distances, l’amorti est excellent, le dynamisme est innovateur. Une bonne initiative française.

Répondre


Laisser une réponse