Que faut-il faire pour préparer la saison de cross ?



 

C’est le bon moment. On est en plein dedans. La saison de cross vient de démarrer pour certains ou ne va pas tarder pour d’autres… Et elle promet d’être longue puisque s’étalant facilement jusqu’en février ou même mars pour les plus chanceux… Aussi s’il n’y a pas une règle précise pour bien se préparer, tout du moins quelques conseils peuvent s’avérer judicieux.

Tout d’abord c’est certainement le bon moment pour faire le point sur son matériel. Allez regarder dans le placard s’il ne manque pas quelques pointes, vérifier si les chaussures qui n’ont pas servi durant plusieurs mois sont encore assez souples, voire si elles sont bien
propres et si elles vous vont toujours… Elémentaire me direz-vous, mais bon… Ensuite il faut savoir couper un peu entre la saison de route et de piste pour arriver frais sur les premiers cross. Pour ceux qui s’en tiennent à la piste, rien de plus simple. La saison est terminée de puis un moment déjà. Pour ceux qui ajoutent quelques courses sur route ou quelques trails, il faut savoir couper carrément une semaine au moins pour faire du jus…
Puis il y a le travail plus spécifique. En effet le cross, c’est souvent un effort rapide, bref mais aussi super intense et où ça bataille pas mal. Bref c’est du costaud comme sûrement on n’en rencontre nulle part ailleurs dans le monde de la course à pied ! Alors il faut axer son travail sur de la vitesse et le renforcement musculaire… Les « grosses cuisses » sont souvent avantagées sur les cross, ou si vous préférez un bon traileur y trouvera son compte. Donc il faut arriver à allier souplesse du pied et puissance de la foulée. Pas évident !

Chacun a sa solution mais avec un peu de PPG spécifique, un peu de squatt aussi pour muscler les quadriceps, on est déjà bien. Et si vous rajoutez des séances de VMA genre 30’/ 30’ ou des 400m, alors vous serez certainement pas loin d’être bien.

Pour finir, on ne peut que vous conseiller du coup de prévoir votre saison à l’avance. Des cross, il y en a pas des centaines comme les courses, aussi vous pouvez sur les trois mois qui viennent facilement caler quelques dates à l’avance, ainsi cela vous permettra d’en savoir un peu plus sur les lieux, les parcours, les distances… C’est toujours un plus pour bien aborder une épreuve de toute façon.
Un dernier moment : n’hésitez pas non plus à lire quelques ouvrages sur le cross. Car c’est une discipline noble et qui tend malheureusement à disparaitre. Pourtant il y a quelques décennies, il fut le théâtre de combats épiques et d’épopées pittoresques. Qui font la légende de notre sport aujourd’hui… Aussi c’est toujours de ne pas oublier d’où on vient non ? Allez bonne saison à vous et même pour un cross, n’hésitez pas, foncez !

5 commentaires sur “Que faut-il faire pour préparer la saison de cross ?”


Posté par salem Le 9 novembre 2011 à 10:09

Salut, Je me souviens très bien du « cross du collège », mais avec l’apparition et le développement des courses nature et du trail depuis une quinzaine d’années, je pensais que cette discipline avait cédé la place. Ca reste assez flou pour moi, alors au dela de la distance, quelle est la différence entre un cross et une course nature ? Autre Question : qu’est ce que tu appelle PPG spécifique ? De la PPG orientée course ou de la PPS ? Sportivement,

Répondre


Posté par johangrz Le 11 novembre 2011 à 8:10

tu parles de livres spécifiquement consacrés au cross : aurais tu des références à partager à ce sujet ?

Répondre


Posté par Aurel Le 11 novembre 2011 à 21:33

Une différence majeure entre le cross et une course nature, c’est qu’à l’arrivée d’un cross on ne distribue pas de veste polaire de finisher, mais uniquement un thé chaud. Une autre différence est que pas mal de coureurs vomissent à l’arrivée d’un cross.

Répondre


Posté par Matt Le 1 février 2013 à 22:35

Vomir après un cross? Ah… Pour les cross, si ils sont « bien conçus », il y a énormément de boue et de cote qui demande l’usage de chaussures de pointes. L’aboutissement des cross est le championnat (départementale, régional, interrégions et la finale du France) réservés aux licenciés FFA. Un thé chaud après un cross, ça reste un luxe aussi. Contrairement aux coureurs de trail ou course nature, les crossman n’attendent rien après la course, ils partent chacun de leur coté. Les premiers cités sont trop terriblement exigeants (peut être le fait de payer un engagement leur permet de l’être…).

Répondre


Posté par Rémy Le 2 février 2013 à 9:10

et oui Matt, on sent le vécu?

Répondre


Laisser une réponse