J’ai couru en HUARACHES !



 

La preuve !!! [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=oHJanYQyoO8[/youtube]

Ca vous impressionne non ? Allez, dîtes-le que vous êtes bluffés ! … Je plaisante. Faut quand même que je vous raconte …

Dessin de mon pied pour réalisation huarache sur mesure

Levons tout de suite une possible équivoque : une huarache n’est pas une tong unisexe unitaille made in China mais une vraie chaussure de course à pied réalisée sur mesure aux USA à partir, d’une part, d’un tracé et de repères très précis de votre pied, d’autre part, d’une semelle Vibram de 3.5 mm d’épaisseur spécialement conçue pour procurer un rendu barefoot tout en assurant une protection totale du pied. Mes huaraches viennent de chez http://www.invisibleshoe.com . Quand je parlais, tout à l’heure de repères précis, il faut savoir que les trous par où passent les lacets sont percés d’après ces repères.

Avant de partir courir, deux opérations fondamentales sont à réaliser : 1) le laçage 2) l’ajustement.

Le laçage paraît complexe mais il est, en fait, très simple … surtout que les huaraches de chez InvisibleShoe sont livrées … lacées, suivant la méthode « Slip-On » qui est l’une des X méthodes possibles (pour en découvrir quelques autres, cliquer ici). Le « Slip-On » permet de mettre et d’enlever la huarache comme une running classique.

La phase d’ajustement est très importante. Il faut régler la tension des lacets de manière à ce que la huarache tienne bien en place mais que le lacet ne blesse pas, notamment entre les orteils. Cette opération est à réaliser d’abord en statique puis après quelques hectomètres.

Ensuite, c’est parti ! 30 minutes cool pour démarrer, c’est déjà pas si mal !

entraînement en huarache

Là, je pense que je vais vous surprendre : courir en huarache est complétement … naturel !!! Il n’y a pas besoin de se creuser les méninges pour inventer une foulée. Elle vient toute seule, comme lorsqu’on court pieds nus sur la plage. C’est vraiment grisant. Ce qui est amusant c’est que cette foulée n’est pas celle que j’ai en Vibram ou en Kigo. Elle est vraiment plus proche de la course pieds nus et, je vais me répéter, naturelle ! C’est à dire simple, aisée, pas fatigante.

Contrairement à ce que vous pourriez pensez, la huarache ne bouge pas du tout pendant le mouvement. Regardez la photo, les orteils décollent un peu de la semelle à l’avant mais c’est tout.

La semelle n’assure qu’une protection contre « les éléments ». Elle ne crée pas d’interférences entre le pied et la route. C’est vraiment comme si on courait pieds nus, sauf qu’on est, ici, protégé.

Bien entendu, ce n’est pas sur une simple séance de 30 minutes qu’on peut juger d’une chaussure. Il est également évident que c’est un produit plutôt destiné à des sorties de type endurance qu’à de la VMA ou de l’EMA. Je vais bien évidemment continuer le test, en alternance avec mes Vibram et mes Kigo. J’ai dans la tête de disputer le Marathon de Paris 2011 en huarache … Quand je lis que les Indiens Tarahumaras courent pendant plus de 48h sans s’arrêter, hormis pour se restaurer, en huarache, je me dis que 3 petites heures ce n’est pas la mort !

17 commentaires sur “J’ai couru en HUARACHES !”


Posté par ludo Le 29 septembre 2010 à 18:43

Excellent test Fred! Aucun problème de friction ou d’irritation avec les lacets? C’est vrai que la foulée en Huaraches est plus proche de celle courant BF qu’en VFF. Ça serait sympa de connaître ton avis sur les Luna Sandals de Barefoot Ted par rapport a celles-la!

Répondre


Posté par fredbros Le 29 septembre 2010 à 19:03

@Ludo : pas d’irritation du tout (30 minutes de course seulement). Pour la comparaison, si Barefoot Ted m’envoie une paire, je peux faire 🙂 (Steven de invisibleshoe me l’a envoyé spontanément gratuitement alors que je l’avais juste contacté dans le cadre d’un article que je dois rédiger. Sympa non ?).

Répondre


Posté par julien Le 29 septembre 2010 à 20:39

c’est quand même fou ! (lire curieux, étonnant, pas croyable…) et ça me gèle les orteils rien que de voir la vidéo.

Répondre


Posté par marc Le 29 septembre 2010 à 20:56

fred une sortie de 30mn c’est un choix de ta part ou meme que tu soit habitué de courir minimaliste comme se n’est pas pareil c’est la durée conseillé au début ? En tout cas en regardant la petite vidéo je suis bluffé et je suis meme surpris que le laçage au niveau de l’orteil ne te gene pas du tout

Répondre


Posté par fredbros Le 29 septembre 2010 à 21:45

@Marc : ce soir, j’avais une sortie EMA dans le cadre de ma prépa marathon (25 min / 20 min / 10 min à 14.5 km/h) donc je n’avais pas envie d’en faire une très longue le matin !

Répondre


Posté par Arnaud Le 30 septembre 2010 à 7:17

Je cours avec celles de Barefoot Ted, pas sur mesure mais tant pis. Mes lacets en chanvre tout gris sont moins fun que les tiens, Fred, et ma semelle Vibram est un peu plus épaisse. Mais j’ai de très jolis lacets en cuir pour sortir en soirée. Sinon, pour le froid, pour l’instant ça passe, il fait plus de 10°, et avec un minimum d’agitation les pieds bossent énormément et n’ont pas froid. Ils sont même tout chauds pendant l’heure qui suit, c’est vraiment agreable!

Répondre


Posté par Bob Le 30 septembre 2010 à 8:09

Salut, Je lis depuis quelques temps les tests et les articles sur les chaussures minimalistes mais j’ai une question qui me trotte dans la tête. Ca fait pas mal aux pieds? On nous rabâche que l’amorti est important… Là j’en vois pas d’amorti… Du coup ca doit faire mal à force non? bob

Répondre


    Posté par fredbros Le 30 septembre 2010 à 11:15

    La foulée étant différente et sur l’avant du pied, l’amorti n’est pas nécessaire puisque le talon ne touche pas le sol ou presque et que l’avant du pied est naturellement amortisseur.


Posté par Tom Le 1 octobre 2010 à 7:24

Salut Fred, Ce que tu dis à propos de la pose de pied est vraiment très intéressant car, pour ma part, l’expérience minimaliste n’est pas concluante : j’ai essayé de courir en Asics Piranha (130 g., par d’amorti) et j’ai dû arrêter car mes talons me font de plus en plus mal. J’en déduis qu’il faut se forcer à courir sur l’avant pied pour être un bon minimaliste, ce qui demande du temps et de la discipline. Apparemment, avec ces sandales, nul besoin ?

Répondre


Posté par fredbros Le 1 octobre 2010 à 8:18

Le minimalisme, en fait, c’est comme le vélo, ça s’apprend … Jason Robillard, le fondateur de la barefoot university indique qu’il faut d’abord savoir courir pieds nus avant de mettre des chaussures minimalistes. C’est à dire, acquérir une foulée réellement sur l’avant et surtout acquérir les sensations dans le pied et la jambe. Ensuite, on chausse. Les huaraches, dans cette optique, remplace le pied tout nu … L’avantage c’est que tu ne risques pas de blessure sous le pied mais que tu peux quand même courir « pieds nus ».

Répondre


Posté par Arnaud Le 1 octobre 2010 à 8:57

@ Tom : les Asics Piranha ne sont donc pas des chaussures minimalistes, puisqu’elles autorisent l’atterrissage sur le talon. Avoir une foulée « pieds nus » n’interdit pas du tout la pose du talon, au contraire, mais pas en 1er. Il y a des conseils utiles ici : http://nycbarefootrun.com/why-run-barefoot/ En particulier : « Land on your forefoot – but put your heel down once you land. » La transition doit se faire très lentement dans tous les cas.

Répondre


Posté par Tom Le 1 octobre 2010 à 9:10

@ Fred et Arnaud : merci de vos réponses. Effectivement, le pieds nus sans être pieds nus me semble préférable car j’ai aussi tenté l’expérience sans chaussures du tout… et n’ai pas tenu en raison des cochonneries que l’on trouve sur les trottoirs et de la trop grande sensibilité de pieds non habitués (là encore, je crois qu’il faut beaucoup de temps pour faire de la corne… et quand on est toujours entre deux semis ou deux marathons, ce n’est pas possible), sans parler du récurage des petons après coups (je ne les avais jamais vus aussi noirs !). Questions complémentaires : combien coûtent ces sandales et ne font-elles pas un bruit infernal quand on court avec ?

Répondre


Posté par fredbros Le 1 octobre 2010 à 10:01

50 dollars sur mesure chez http://www.invisibleshoe.com ou le kit pour la faire soi-même à 25 dollars. Aucun bruit, la semelle est super souple.

Répondre


Posté par ducoin cathy Le 2 octobre 2010 à 10:56

Consécutivement à tous ces commentaires très analytiques, je tiens tout d’abord à partager pleinement le commentaire de notre ami Fred sur le fait qu’il est judicieux d’apprendre préalablement à « courir pieds nus » afin de mieux appréhender les « bienfaits » du minimalisme. Cela implique inéluctablement une attention et un suivi très pointilleux. Le concept des « Huaraches » est incontestablement très bien étudié et vraiment très intéressant lucrativement pour les adeptes de la course à pied qui seront les utiliser et les apprécier pleinement à bon escient,

Répondre


Posté par International Barefoot Running Day in … PARIS … compte rendu Le 2 mai 2011 à 3:02

[…] cette fois tolérées. Pour rester dans l’esprit barefoot, je me suis lancé sur le 5km en huaraches. IBRD in Paris […]

Répondre


Posté par Témoignage : Arnaud, pieds nus et canicross | Courir Pieds Nus!Courir Pieds Nus! Le 4 septembre 2013 à 5:02

[…] Fred Brossard « J’ai couru en huaraches ! » […]

Répondre


Posté par sandales_et_un_mars Le 11 septembre 2015 à 10:20

Bonjour, je me permets venir vous informer que je propose des huaraches sur mesures. En effet, j’ai eu les yeux plus gros que le ventre quand j’ai acheté les plaques de Vibram 🙂 N’hésitez-pas à visiter mon blog http://sandalesminimalistes.blogspot.fr/. Et encore merci pour votre super blog!

Répondre


Laisser une réponse