HEALUS La chaussure sans talon


 

HEALUS, la chaussure sans talon

Non ce n’est pas un gag, ni un poisson d’avril et la photo n’est pas truquée. D’ailleurs, c’est tellement sérieux, en fait, que l’Union Européenne participe financièrement au développement de cette chaussure … révolutionnaire et que de nombreuses universités et laboratoires apportent également leurs connaissances ! Cette chaussure, ce projet, a pour nom HEALUS, écriture phonétique de Heel Less, littéralement « sans talon ». On comprend pourquoi 🙂

Si vous voulez tout savoir sur le projet HEALUS, cliquer ici. C’est en Anglais évidemment … Si vous voulez en avoir une idée – en Français – lisez ce qui suit 🙂

L’idée de départ est la même que celle qui gouverne la démarche « minimaliste », à savoir que courir « sur le talon », malgré tous les amortis du monde, est traumatisant car c’est dans cette position que les forces à l’impact sont maximales dans toute la jambe. Qui plus est, le talon étant un élément passif du corps, il transmet cette force d’impact sans l’amoindrir, d’où les blessures à répétition qui hantent notre vie de runners.

Toute personne à l’esprit un peu logique et / ou scientifique  – et qui n’a pas investi dans un process de production d’amorti en Chine pas encore rentabilisé – en déduit immédiatement un postulat de base : pour diminuer ces forces d’impact, il suffit que le coureur n’attaque plus le sol par le talon. CQFD ! De ce postulat, d’aucuns en ont créé des Vibram fivefingers ou autres Kigo où c’est finalement au coureur de se dépatouiller pour modifier sa foulée, la chaussure n’étant là que pour ne pas le gêner au talon. Adri Hartveld, l’inventeur d’HEALUS, a choisi une optique radicalement différente, en conservant les principales caractéristiques d’une chaussure de running classique.

Technologie HEALUS

Mais ce n’est pas une running classique : l’arrière de la semelle (Slant Sole) permet une décélération plus progressive du talon à l’impact. L’amorti de la semelle (Helix VA) est étudié de manière à répartir la distribution des forces sur l’ensemble du pied et non sur une zone particulière. Le dessin de la semelle contrôle tant la pronation que la supination … On a donc là une chaussure réellement « universelle » !

La conception de cette chaussure s’est appuyée sur de nombreuses études scientifiques (http://www.healus.co.uk/running-data.html) . Sa technologie est bien entendu protégé par des brevets. Le concept est en phase de finalisation. Deux coureurs hollandais utilisent régulièrement des prototypes dans le cadre de leur pratique et fournissent aux concepteurs un feedback indispensable. Des contacts sont en cours avec des équipementiers, mais rien d’officiel à ce jour.

Je vous invite à regarder les deux vidéos suivantes, très démonstratives : http://www.healus.co.uk/video.html Celle de droite sur la page présente des séquences didactiques qui même sans une maîtrise de la langue de Shakespeare se comprennent 🙂

12 commentaires sur “HEALUS La chaussure sans talon”


Posté par arlerond Le 16 octobre 2010 à 10:03

merci ça fait longtemps que j’attendais que quelqu’un parle de ce projet ^^ encore merci fred Par contre va falloir qu’il cravache dure pour faire changer les mentalités ^^ car en terme de qualité perçus les consommateur trouvent qu’une forme de talon de ce type donne une impression d’insécurité . C’est ce qui en ressortait d’une étude comparative chez newton qui en était arrivés au même constat que healus(en terme de forme).Oui les newton que nous connaissont devait sortir avec une design talon dans le même esprit qu’healus . Mais ils ont du faire machine arrière et revenir a des design de talon plus conventionnel. En espérant que cela porte ses fruits fred nous comptons sur toi pour faire partie des futurs testeurs ainsi que de relater les faits d’armes d’healus ^^

Répondre


Posté par fredbros Le 16 octobre 2010 à 13:43

A aujourd’hui, l’équipe qui pilote le projet n’a pas encore trouvé de partenaire industriel. L’équipe estime que le projet nécessite encore quelques développements. Le seul retour terrain qu’ils ont est celui de 2 coureurs Néerlandais. Ils ne mettent pas trop de protos dans la nature par peur d’être copiés. Donc, pas évidement de pouvoir les tester ! Tout au moins dans un avenir proche. Ce que tu relates du débat interne qui a agité les neurones des ingénieurs de chez Newton est intéressant.

Répondre


Posté par stamanu Le 16 octobre 2010 à 16:43

Bonjour, Franchement je trouve cette chaussure horrible esthétiquement d’une part; ça ressemble à tout sauf à un pied humain et je pense que ç’est une catastrophe biomécanique d’autre part. Je m’explique : cette chaussure fait complètement abstraction du talon comme si celui-ci n’avait aucun rôle dans la foulée en course à pied. Or le talon a un rôle dans la foulée dite « naturelle »: après une mise en charge du pied sur l’avant dans un premier temps, le talon se pose sur le sol dans un deuxième temps et pour quoi faire? Simplement permettre au système tendineux dont fait partie le tendon d’Achille de réagir normalement comme un ressort et de favoriser le dynamisme au sol, ce que ne pourra pas faire cette chaussure de l’espace puisqu’il n’y a pas de talon et de point de contact possible au sol. D’autre part, ce qui me gène aussi, c’est l’idée sous-jacente qu’il faut toujours un facteur extrinsèque technologique, ici une chaussure sans talon, pour faire le travail à la place de l’homme à savoir une pose au sol mi-pied ou sur l’avant du pied! Cependant comme toutes les chaussures, la healus nous veut du bien à grand renfort d’études scientifiques comme toujours d’où le jeu de mots entre « heel »=talon et « heal »=soigner en anglais. La chaussure « messie » est arrivée!

Répondre


Posté par arlerond Le 16 octobre 2010 à 19:05

@frebros http://www.youtube.com/watch?v=Ot7YiRkQYZc voici la video présentant les différentes idées qui ont mené à la newton running shoes que l’on connait. faut avancert la video à la 5 ieme minute ou l’on voit danny abshire montrer un prototype radical de l’esprti newton running. @ stanmanu que ce soit une foulée sur l’avant pied ou attaque avec le talon il est claire que dans tous les cas le runner doit apprendre à courir. Et non se cacher derrière divers technologies pour compenser le manque d’expérience dans sa propre foulée. On tous connus cela en tant que débutant , une foulée « imparfaite » qui accumulent pleins d’erreurs et qui peut voir même être. Maintenant comme dit mon podologue la foulée de chacun doit se voir de manières globale et selon la distance parcourus . Car que l’on veuille ou non notre foulée se modifie durant notre course à cause de divers facteurs le terrain le temps la fatigue etc …. Mais on est tous bien d’accord aucune technolohie que ce soit ne doit se substituer à notre mécanique humaine. Elle peut aider à trouver ou parfaire notre foulée propre à nous même. avant pied ou attaque talon etc …. les foulées sont diverses et variée à nous de trouver celle qui nous va le mieux

Répondre


Posté par Greg Le 17 octobre 2010 à 12:22

Sympa ce concept de chaussures, alternatif à la course minimaliste. Je suis prêt à faire parti des testeurs… 😉

Répondre


Posté par DUCOIN Cathy Le 17 octobre 2010 à 17:29

Bonsoir à tous, Consécutivement au dernier commentaire très explicite de notre ami Arlerond, en ce qui me concerne je reste assez dubitative sur l’efficacité sur ce type de concept. Sur le plan technologique, je ne puis m’opposer au fait que des recherches ont été menées avec beaucoup d’assuidité et de profonde réflexion afin de nous aider à optimiser notre potentiel. Néanmoins, en tant qu’adepte de « running », je partage totalement la pensée Arlemond. La foulée de chaque « runner » est unique et s’adapte en fonction du terrain sur lequel il évolue et de sa propre adaptation. Je ne pense pas que ce concept puisse être proposé pour des « adeptes du running »évoluant constamment dans un secteur géographique très valloné, humide ou boueux. Cela entraînera inéluctablement une mauvaise gestion de notre « mécanique humaine ». Je pense que ce concept pourrait convenir parfaitement sur un terrain « plat » bien se mais qui demandera de s’assujetir préalablement à une rigoureuse initiation bien contrôlée. Néanmoins, je trouve ce concept assez sympathique qui satisfera sans aucun doute des adeptes s’adonnant au « minimalisme. Dans tous les cas, je dis bravo à la technologie qui ne cesse de nous « surprendre » par le biais de leurs recherches très valorisantes. Sportivement, cathy

Répondre


Posté par stamanu Le 17 octobre 2010 à 20:00

@Cathy Désolé mais étant pratiquant du minimalisme, je ne vois pas en quoi cette chaussure pourrait me satisfaire car une chaussure minimaliste est d’abord une chaussure simple, basse, près des sensations du sol. A en juger par la photo, ce n’est pas le cas. D’autre part, il y a une pente qui surélève le talon par rapport à l’avant pied et un important amorti, tout le contraire d’une chaussure minimaliste!

Répondre


Posté par VincentC Le 18 octobre 2010 à 9:42

Bonjour, Je suis Stamanu sur celui-ci. Le minimalisme, pour moi, c’est pieds nus, ou juste de quoi se protéger les pieds. C’est tout. Une bonne chaussure minimaliste, c’est un peu le degré zéro de la technologie. Les chaussons à la mode Kigo, les Huarache (que j’ai jamais utilisées) sont des options simples et pas chères pour courir minimaliste. Ici je vois une chaussure surélevée, penchée vers l’avant (équivalent assez net du talon des runnings classiques). Pas à mon sens une chaussure minimaliste. Ce qui n’ôte pas par ailleurs que c’est peut-être une très bonne chaussure de running … Par ailleurs, Stamanu rappelle ici une donnée importante, et semble-t’il assez négligée: en course pieds nus, on utilise le talon (bon OK, sauf Fred !) et le pied vient en général se poser bien à plat. La pose initiale sur l’avant-pied, certes habituelle pieds nus, ne doit pas masquer que c’est l’ensemble du pied (talon y compris) qui participe de l’amorti lors de la phase suivante (aplatissement du pied vers les orteils et le talon). D’où l’importance d’une semelle fine, sans différence de hauteur entre l’avant et l’arrière, et bien souple. Au delà, les concepteurs de chaussures minimalistes devraient à mon sens travailler à bien ouvrir l’avant de la chaussure afin de permettre aux orteils de s’aplatir et s’écarter pour mieux amortir. C’est un autre aspect assez souvent négligé. Sur le papier, et avec un tel cahier des charges, ce sont les Huaraches, décrites ailleurs par Fred, qui l’emportent. Fred: désolé pour le ton un peu véhément, mais je trouve dommage que la course pieds nus devienne un marché pour « concept shoes ». Ca n’ôte rien à ton billet, qui aura permis je crois de lancer un débat intéressant. Bonne journée, Vincent

Répondre


Posté par fredbros Le 18 octobre 2010 à 11:19

Mais non ce n’est pas véhément. Par contre, je n’ai pas dit que la HEALUS était minimaliste, j’ai dit qu’elle répondait à la même problématique : limiter les impacts sur le talon. Et au vu de son design, on peut conclure qu’elle n’est pas minimaliste. Clairement ! A l’étude Lieberman, certains répondent : « pieds nus », d’autres « Healus » ou « Newton » …

Répondre


Posté par VincentC Le 18 octobre 2010 à 12:27

Fred, Ca m’apprendra à te lire en diagonale ! Vincent

Répondre


Posté par blaget Le 28 février 2011 à 15:47

pour mon probleme plantaire je pense que cette conception pourrait me convenir je serais une des premières à acheter cette paire de chaussure merci

Répondre


Posté par loriaux Le 1 mars 2011 à 10:14

à contrario, un jour les chaussures MBT sortiront peut-etre un modèle adapté à la cap????

Répondre


Laisser une réponse