Vrai Test Newton Running Stability Trainer – les Moins


 

« Enfin un peu d’honnêteté et d’objectivité sur ce site ! ». Je sens mes nombreux contempteurs se frotter les mains et se réjouir. J’entends leurs cris de victoire résonner dans la plaine … Euh, Fred, on sur Wanarun.net là, keep cool !

En mon âme et conscience, je me dois de vous avouer qu’en dépit de tout le bien très communicatif que je pense toujours d’elles, les Stability Trainer ne peuvent prétendre à la perfection absolue. Ma phase « changement de pré réjouit – béâtement – les veaux » venant de laisser place à la phase « P….. ! Y a le Marathon dans 2 semaines », c’est avec une acuité nouvelle et exacerbée que j’analyse plus en profondeur mes entraînements en Newton et que le détail gênant prend parfois le pas sur l’enthousiasme général.

Moins n°1 que j’avais déjà évoqué dans un article précédent : les Stability Trainer ne permettent pas de récupérer dans les descentes. La conception de la zone d’impact, qui fait preuve de toute son efficacité sur le plat et en montée, bloque toute tentative de relâchement. La maîtrise de la chaussure, en pente, exige de maintenir une tension des muscles antinomique des théories de la « bonne descente ».

Moins n°2 : contrairement à ce qu’on pourrait penser, ces chaussures ne sont « finalement » pas adaptées aux séances de VMA courte (de 100 à 400m sur piste), parce qu’il n’est pas possible de « griffer » réellement avec, donc d’obtenir une efficacité maximale. Alors certes, la foulée est aérienne mais elle manque d’un peu de puissance.

Dans ce que je viens de dire, le mot « finalement » est très important. Qu’on se comprenne bien : la Stability Trainer permet de réaliser des progrès considérables en VMA à partir d’une situation de départ du type « je talonne donc je suis ». Mais, une fois que la nouvelle foulée sur l’avant du pied est acquise, pour passer au cran supérieur, en terme de VMA, il devient nécessaire d’adopter l’attitude du sprinter et c’est là que le bât blesse. Donc : « initiation » en Newton puis « performance » en XXXXXXX (remplacez les X par une chaussure dynamique de votre choix). Si vous n’avez rien compris à ce que j’ai écrit, me le faire savoir dans les commentaires.

Moins n°3 : si la zone d’impact se fait discrète sous le pied sur des distances inférieures à la trentaine de kilomètres, ce n’est pas tout à fait le cas au-delà. Ma dernière sortie longue en date (32 km) m’a occasionné une douleur persistante (cela fait 5 jours) sur la partie avant interne de chaque pied (du gros orteil au milieu du pied). Nonobstant, je disputerai le Marathon de Paris en Stability Trainer car de toute façon, il est trop tard pour envisager un changement de chaussure et j’ai réussi à passer mes séances VMA et EMA – difficilement pour cette dernière – cette semaine.  Il me reste une sortie longue de 34 km ce weekend pour affiner ce jugement.

Moins n°4 : déjà évoqué, la texture très ajourée de la chaussure fait qu’en cas de pluie, l’interieur se remplit très rapidement d’eau, ce qui n’est pas spécialement idéal pour la course à pied …

Moins ou pas n°5 : l’usage exclusif des Newton induit une modification profonde de la musculature de la jambe : développement des muscles du mollet mais aussi du bas de la cuisse. Si vous tenez à vos gambettes actuelles, pensez-y ! Personnellement, je n’y vois pas de moins 🙂

Moins n°6 : sans doute très personnel. Sur les pieds, en correspondance du haut de la languette, je rencontre une forte irritation de la peau, entraînant une douleur persistante, à la fois cutanée et sous-cutanée. Ma dermatologue, que j’ai consultée hier, alors que le problème traîne depuis un bon mois, lie ce phénomène aux frottements de la languette (qui remonte assez haut sur le pied mais a priori ne bouge pas) ou à une allergie au matériau (made in …) utilisé – curieux, au travers des chaussettes … – et m’a prescrit un soin local à la cortisone. Première fois que j’ai ce souci avec une paire de chaussures.

Vous voyez bien que je peux être objectif quand je veux ! Par contre, ces moins sont bien entendu à peser au regard des plus que je vous ai déjà évoqués en long, en large, en travers, à l’endroit, à l’envers … : foulée plus aérienne, plus efficace et moins fatigante. Mon Semi de Paris 2010 record est là pour en témoigner.

Alors que conclure ? Peut-être qu’en fait, il faut réserver ces chaussures à des distances inférieures ou égales au Semi-Marathon où leur efficacité fera merveille et ne pas vouloir être trop gourmand en leur faisant faire ce pour quoi elles ne sont pas faites visiblement. Peut-être aussi que mes doses d’entraînement (5 séances / semaine, jusqu’à 7h de course effective – VMA, EMA, EF, SL, récup) réalisées exclusivement en Newton sont trop importantes et qu’il conviendrait de réserver les Newton à une ou deux séances seulement. Par exemple, l’Endurance Maxi Aérobie et la Sortie Longue, en prévision du Marathon de Paris. Matière à cogiter …

Je vous en reparle aussitôt ma petite sortie longue du 11 avril achevée.

13 commentaires sur “Vrai Test Newton Running Stability Trainer – les Moins”


Posté par Bidédy Le 26 mars 2010 à 6:05

Salut Fred, Peut être est ce le moment (ou tout du moins après le marathon !) de changer de chaussure, d’aller vers moins d’amortis et de voir si la foulée se fait naturellement vers l’avant sans usage des Newton. Si c’est le cas, les Newton seraient des super chaussures de transition, avant de pouvoir chausser les modèles «racer» des grandes marques ou d’autre modèles plus minimalistes. Attention, tout de même, dans la course à pied, l’attaque au sol est importante mais ce n’est pas le seul élément à prendre en compte, il y aussi toute la posture du corps qui est importante. Le chirunning http://www.ultrawayoflife.com/chirunning-de-dany-dreyer-14/ entre autre peux aider dans une certaine mesure.

Répondre


Posté par dan33 Le 26 mars 2010 à 7:48

Fred Je reçois une paire de Sir Isaac. Je te dirais quelle différence je constate avec mes Neutral Trainer.

Répondre


Posté par fredbros Le 26 mars 2010 à 7:52

@Bidédy : c’est ce que j’envisageais. J’ai prévu des adidas adizero adios qui sont au summum du « racer », mais après le marathon évidemment ! J’ai sans doute commis une erreur avec les Newton c’est de ne pas assez panacher avec une autre paire en parallèle et de les utiliser comme un « accessoire » d’exercice (comme au golf, les clubs au manche mou) destiné à faire acquérir une nouvelle foulée. On verra le temps que je ferai au marathon de Paris par rapport à mon temps de référence (2009). @Dan33 : tiens-moi au courant.

Répondre


Posté par Rousseau Le 26 mars 2010 à 10:11

Les Newton : Ton article est bon mais les Sir isaac sont des. Modèles d’entrainement.A garder pour les sorties longues et les séances de seuils.Pour les séances de V.M.A courte,il faut prendre des racers de Newton.Ensuite pour le marathon,il faut faire un choix avec la racer stability ou l’Isaac. A prendre en compte que sur le modèle compétition,il n’y a pas assez de gripp si il pleut ! C’est vrai que les Newton sont réservés pour des coureurs en moins de 3h30′ par leur côté dynamique du pied et du mollet. Mais il faut dire les Newton sont vraiment fantastique au niveau des sensations de vitesse Action/Réaction. Vincent.

Répondre


Posté par dan33 Le 26 mars 2010 à 10:29

pour Rousseau Je crois que tu confonds la Sir Isaac qui est dans la gamme « Guidance » , alors que celles dont Fred parle , sont dans la gamme Trainer ou Racer. Mais peut être que c’est moi qui suit dans l’erreur Amitiés

Répondre


Posté par fredbros Le 26 mars 2010 à 10:29

@vincent : les chaussures dont je parle sont celles du titre, c’est à dire des Stability Trainer et non des Sir Isaac.

Répondre


Posté par dan33 Le 26 mars 2010 à 10:38

Plus rapide que toi Fred 🙂

Répondre


Posté par fredbros Le 26 mars 2010 à 11:58

@Dan33 : ça fait plaisir, il y en a qui suivent 🙂

Répondre


Posté par calimero13990 Le 26 mars 2010 à 19:20

Moi ce sont les problèmes de crampes aux mollets que je découvre peu à peu mais sinon les Stability Racer sont nickel! BOSTON avec comme pour toi car il est trop tard pour changer! Bravo pour ton objectivité alors;-))))

Répondre


Posté par dan33 Le 26 mars 2010 à 22:19

Pour Calimero tu portes des booster pour courir ?

Répondre


Posté par RunOnline Le 26 mars 2010 à 23:27

J’ai réalisé ce soir ma première sortie en Stability Trainer pour trouver mes sensations, disons sur 7 KM. Je suis donc loin d’avoir de quoi comparer mes impressions car toi Fred car c’est trop tôt. pour autant, j’ai quelques impressions : 1/ le modèle est tout de même très dépouillé et sur le plan de la stabilité et du maintien, principalement de la voute plantaire, je le trouve de ce fait surtout dédié à de la sortie courte (- de 20 KM) ou compétition 10 KM à semi maximum, à la condition de ne pas être fragile au niveau musculo squelettique. 2/j’ai bien ressenti l’effet sur la posture (vers l’avant) et je trouve le déroulé du pied très agréable et dynamique. 3/ mon passage dans la forêt m’a laissé une impression peu agréable sur le plan de la stabilité (mais j’aurais pu m’en douter car c’est une routière pour moi !). Je ne sais pas trop comment progresser dans le test mais je pense alterner beaucoup plus avec mes autres chaussures et j’ai programmé un 5 KM sur route pour voir un peu comment elle répond… RIEN A VOIR : y’en a de la troupe (Parisiens) qui iront jeudi soir 1er avril chez Team Outdoor (spécialistes du running, Porte de Vincennes à Paris) ; nocturne test avec la Cascadia 5…un must il paraît ? C’est à partir de 19h00.

Répondre


Posté par fredbros Le 27 mars 2010 à 6:43

@Fabrice : avec la Stability Trainer, il ne faut pas … quitter la route 🙂 Il est strictement impossible de courir avec sur chemins non goudronnés. La zone d’impact a besoin de plat … Sur le point 1), je ne suis pas loin de te rejoindre même si je courrai le MDP. Pour l’essai Brooks, j’ai prévu d’aller chercher une paire la semaine prochaine puisqu’ils les prêtent pendant 15 jours.

Répondre


Posté par calimero13990 Le 28 mars 2010 à 19:03

Non Dan, des chaussettes!!! J’étais un des premiers à en porter en 2005 (je sais je me la pète un peu!), j’en étais super content pendant 2 ans mais après les tendons ont moins aimé (malgré les changements) et depuis ce sont les chaussettes qui me conviennent mieux même si je n’ai pas encore trouvé le modèle idéal! J’attends le bon test Wanarun;-)))

Répondre


Laisser une réponse