Saucony Triumph ISO : le test



 

saucony-triumph-iso-test-2Quelques mois après avoir eu entre nos mains la Ride 7 de chez Saucony, c’est au tour de la Saucony TRIUMPH ISO, de la même marque donc, d’avoir la chance d’être soumise à notre Crash Test. Au premier abord les changements ou les différences entre les 2 modèles ne sautent pas aux yeux. Du coup en plus d’un test classique, impossible pour nous de ne pas faire apparaitre de temps en temps un petit comparatif. Ce qui ne nous empêchera pas non plus de nous focaliser sur les qualités intrinsèques de la chaussures. A vos marques, prêt, feu, partez!

Premières impressions:

Vous vouliez passer inaperçu? Et bien avec ces chaussures c’est raté, et sachez que ce n’est pas dans l’air du temps. Le coloris est donc fun, flashy et multicolore. Et avec l’épaisseur de semelle caractéristique à la marque américaine, on peut dire que la chaussure se remarque même de loin. Les lacets sont du genre épais mais robustes, et fluos pour ne rien gâcher de la fête. On aime ou pas, mais personnellement je les trouve fun. Malgré son gabarit imposant la chaussure n’est pas trop lourde: 284g en taille 43, ce qui est en dessous du poids annoncé. Assez surprenant pour que ce soit mentionné. La chaussure est du genre souple car se plie facilement quand on les prend dans les mains. Concernant la première mise au pied, celle‐ci est des plus agréables, confort absolu. Le pied se cale bien dans le creux de la semelle. En fait elle ressemble grandement à la Ride 7 jusque là. Même niveau crampons, c’est du même ordre: en nombre, assez épais, peut‐etre un poil plus espacés que sur sa consoeur … à vraiment ce demander ce qui la démarque !

Dans l’action:

En fait, dès les premières foulées, les sensations de confort sont frappantes, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. De véritables pantoufles! Mais la deuxième chose qui fait mouche, c’est que la chaussure est hyper dynamique et j’avoue me sentir étonnamment bien d’entrée, vraiment à l’aise. Les jours se suivent et ressemblent et la chaussure confirme ses qualités. Footing, fractionné tout y passe et avec mentions. Bon on signalera que la chaussure convient particulièrement aux athlètes qui aiment utiliser tout le déroulé du pied. Le drop de 8mm s’y prête bien. La chaussure n’est peut‐etre pas la plus nerveuse du marché mais le ratio confort / dynamisme est tellement bon que l’on oublie vite ce petit détail. Autre très bon point : la semelle. Les crampons prononcés et espacés sont vraiment propices à la motricité: la chaussure accroche vraiment le sol. Et ceci que le sol soit sec ou mouillé. Et même dans les parties légèrement grasses cette Triumph ISO est des plus intéressantes. Presque un passe‐partout. Bon de là à faire un trail boueux avec, c’est autre chose mais les petits sentiers ici ou là ne lui poseront aucun souci, herbe, cailloux … Mais on vous conseille d’éviter les dévers. La hauteur de semelle fait que l’instabilité dans ce genre de circonstance est tout de même palpable. Mais vous l’aurez compris, la chaussure possède de sacrés atouts. Et pour situer l’interêt de la chaussure, je l’utilise quasiment tous les jours depuis que je l’ai en test. On peut quasiment parler de révélation.

Un peu plus loin :

Du coup, niveau longévité, j’ai pu bien tester la bête, et là, très bonne surprise encore une fois avec une usure quasi invisible après 500km. Les crampons n’ont pas bougé, le confort est toujours là. Bref aucune usure à déclarer. La durée de vie semble très longue. Concernant le maintien du pied au sec, là aussi, aucun souci: le mesh est bien respirant … par contre la chaussure n’est pas totalement imperméable. Le test de la flaque a été révélateur, ce qui reste un détail tout de même. Mais la pluie ne pénètre pas facilement. Du coup difficile de lui trouver un vrai défaut. Cela en est quasiment perturbant. Ah si, le prix. On va dire qu’elle ne fait pas des moins chères du marché. Mais cela aurait été la cerise sur le gâteau si ça avait été le cas. On fermera les yeux pour cette fois.

 

Conclusion:

Sans faire de longs discours, cette Triumph ISO de chez Saucony est la révélation de ce début d’année. Vraiment difficile de lui trouver un défaut. Bien sûr si vous souhaitez faire moins de 35minutes au 10km/h, vous lui trouverez quelques petites imperfections niveau réactivité. Mais hormis cela, on peut dire que Saucony a rendu une copie quasi parfaite pour une très grande partie du peloton. Son amorti et son dynamisme sont réellement séduisants . Une vraie réussite, et une surprise me concernant. Même si le prix fait réfléchir à deux fois, les qualités de la chaussure sont des plus convaincantes. Bref si vous avez besoin de confort sans trop pécher dans vos performances, la nouvelle Saucony Triumph ISO est la chaussure qu’il vous faut.

 

 

5 commentaires sur “Saucony Triumph ISO : le test”


Posté par Rohnny Le 5 août 2015 à 20:29

Merci pour ce test 🙂

Répondre


Posté par Ludovic Le 6 août 2015 à 8:01

Je confirme les impressions du test. Pour ma part, j’ai eu un léger soucis lors de mes premières sorties longues avec des cloques au niveau de l’intérieur du pied gauche avec le renfort sur l’avant du pied. Encore maintenant, avec cette chaussure, j’ai une gène après plus d’1h00 de sortie.

Répondre


Posté par tetrisboy Le 9 février 2016 à 22:41

Bonjour, Je souhaite renouveler mes saucony omni. Je ne comprends rien à leur gamme, entre la progrid, l’omni, l’iso… Pouvez vous expliquer les différences? poid: 80/85 3 sortie 10km semaine 1 ou 2 marathon an très pronateur

Répondre


Posté par anne cecile Le 4 juillet 2016 à 16:17

bonjour je viens d’acheter c ‘est basket je cours en moyenne 40km semaine j’ai des gros soucis de stabilite de genou 3 syndrome de l’essuie glace et un nevrom de morton pieds droit je suis une personne qui cours terrestre beaucoup sur les talons est ce que j’ai fait le bon choix merci

Répondre


Posté par Samuel Le 23 novembre 2016 à 15:28

Bonjour je cours depuis 10 ans avec des Saucony et depuis 2 ans, je sui déçu. Mes chaussures aparavant duraient 1200km et je les changeais par acquis de conscience (alors qu’elles étaient toujours aussi confortables et performantes) Or depuis 2 ans, mes chaussures ne durent pas plus de 650km… par exemple, la semelle sous le talon de mes chaussures actuelles (402 km au compteur) est déjà coupée… elles ne dureront plus bien longtemps Dommage, j’étais un adepte des Saucony mais la qualité et la durabilité ne sont plus là… Bonne course

Répondre


Laisser une réponse