XTerra 2014 : mon épreuve



 

xterra-2014Le jour tant attendu est arrivé et puis il est passé… c’est déjà fini, alors avant d’oublier une partie de cette journée, j’en profite pour vous parler de ma première expérience en Triathlon au XTerra dans les Vosges à Xonrupt / Longemer.

Découverte, voilà le nom exact du format… tellement découverte, que les organisateurs parlent souvent de « Découverte »… vous avez compris ce format qui correspond à la taille M sur un triathlon route est sans doute un peu plus musclé : il y a du dénivelé, de la boue,… forcément ça change un peu les perspectives. Je savais que cela serait dur mais j’étais loin du compte…

Ce matin, debout à 4h pour prendre un bon petit déjeuner et pour faire la route. J’arrive juste pour l’ouverture du retrait des dossards. Je prépare tranquillement ma zone de transition et je mets la combinaison. Je me dirige tranquillement (pieds nus) vers le départ. J’en profite pour rentrer dans l’eau et faire quelques mouvements pour me diriger vers la zone. Les nageurs sont en train de s’agglutiner entre les 2 pontons. Certains font des allers-retours dans l’eau. Tout le monde est équipé d’un bonnet de bain rose avec son numéro de dossard. Tout le monde est en combinaison néoprène noire… autant dire qu’il est impossible de reconnaitre quelqu’un…

Le speaker annonce qu’il reste une minute mais il se trompe et l’explosion retentit. Tout se lance dans l’eau et là on se rend compte de la difficulté, 800 personnes sur quelques mètres carré, qui essaye de nager… c’est vraiment compliqué. Impossible de reproduire ce moment, tellement c’est indescriptible, j’essaye de m’allonger mais je me prend des pieds dans la tête. Le peloton s’étire mais cela reste dense, difficile de trouver un rythme correct,… En voulant faire du crawl, les vagues te rappellent qu’avaler de l’eau en respirant c’est pas bon. La bonne nouvelle c’est que les bouées se rapprochent … donc j’avance… Le passage des bouées est folklorique, tout le monde veut passer au plus court. Je remarque que certains sont plus malins ils vont au large… ils font plus de distances mais ils sont moins gênés… à étudier pour la prochaine fois. La berge se rapproche, je parviens seulement à avoir un rythme intéressant…

Je sors de l’eau et je commence aussitôt à enlever le haut de ma combinaison tout en courant, je passe pas mal de monde. Je retrouve mon vélo, je finis de retirer la combinaison sans problème (La combi Zoot est vraiment super facile à enlever grâce a la matière qui double l’intérieur. Je mets les pieds sur la serviette, je mets mes chaussettes (que j’avais préalable roulé), le casque, les lunettes de soleil… je pars et je m’arrête… j’ai l’impression d’avoir oublié quelque chose… Je repars sans savoir quoi… Je passe la sortie de la zone et cela bouchonne… au final on perdre une dizaine de minutes. Dommage… La bonne nouvelle c’est que j’ai fait une excellente transition et que je gagne 60 places.

Après c’est une véritable montée sans fin, ca monte sur des chemins sablonneux (érosion du gré des Vosges) … nous allons monter à plus de 1100 m d’altitude. En arrivant au ravitaillement, je reconnais l’auberge qui se trouve sur les pistes de ski et où nous avons l’habitude de manger une tartiflette pour faire une pause lors de nos journées de ski. C’est assez déroutant car il n’y a pas de neige. Les bénévoles annoncent une demi-heure de course, une dernière montée et après c’est de la descente. Une descente qui devrait faire du bien pour souffler un peu… Pas vraiment, c’est une descente assez technique. Plus j’avance, plus je remarque que les 17 kilomètres annoncés vont se transformer en presque 21. Sur le stade final, les organisateurs ont mis en place une piste en bois à la limite du Trial.

Une deuxième transition qui se passe bien et je déroule ma foulée sur les premiers hectomètres. La montée commence, mon rythme descend et je prends un coup, j’alterne marche et course en fonction du dénivelé. Certains endroits sont très techniques : grosses marches, boues, ruisseaux,… Encore une fois, la descente est très techniques et vu la fatigue, je ne préfère pas prendre de risque. Un concurrent me double dans la descente, j’en profite pour le suivre. Nous allons descendre ensemble jusqu’au bord du lac. Ensuite il faudra suivre la berge.

Me voilà près de l’arrivée, je passe l’arche en bois, je suis satisfait de cette première même si le chrono n’est pas à la hauteur de mes espérances, mais avec la pluie qui est tombée les jours derniers a largement changé le parcours.

Ravi de cette première, même si je pense que le mot « Découverte » et un peu léger. Certains concurrents n’ont pas fini la course et je pense que ceux qui n’étaient pas bien préparé en VTT ont du se faire des belles frayeurs. 20 kilomètres dans ces conditions, c’est loin d’être une balade de santé dans les bois.

Super ambiance dans le milieu du triathlon, à l’image de la course, entraide et encouragement font partie du jeu.Il ne fait aucun doute, cette première ne sera pas une dernière !

 

 

 

 

6 commentaires sur “XTerra 2014 : mon épreuve”


Posté par Denis Le 6 juillet 2014 à 22:22

Félicitation ! Finir, pour un premier triathlon c’est déjà une victoire 🙂 Bienvenue chez les triathlètes 🙂

Répondre


Posté par clement Le 7 juillet 2014 à 9:17

Salut, J’étais sur place depuis la veille et j’appréhendais vraiment la météo. Sous la pluie cela aurait été épique! J’avais reconnu le parcours VTT le 9 Juin, mais du coup j’ai été peut-être un peu trop dans la réserve sur la première partie. En CAP j’ai fait ce que je pouvais, c’est vraiment pas mon point fort… Je suis également un peu déçu du chrono et motivé pour faire mieux l’an prochain. Et je suis vraiment admiratif des gars qui font le XTerra normal, il faut du coffre!!! Une ptite question concernant ton alimentation pendant la course? J’avais peti dej léger vers 6h30 (biscottes, miel, café) et j’ai pris un gel au 1/3 du vtt, energy drink + banane au ravito vtt. Et un peu d’eau au ravito CAP. J’ai le sentiment d’avoir manqué d’essence sur la fin, ou est-ce normal?

Répondre


Posté par guillaume Le 8 juillet 2014 à 20:56

Bien content que ta première expérience sois si bonne. Le prochain essaie en vélo de route 😉 sur un sprint ou un M. Plus c’est long, plus c’est bon il parait. Je vais essayer l’ironman de nice en 2016 :p

Répondre


Posté par Manu Le 1 août 2014 à 6:50

@clement : pareil pour moi je pense que je ne me suis pas assez alimenté… on est sur des épreuves longues. la gestion de l’alimentation devient primordiale !

Répondre


Posté par Test Gaufrettes Powerbar Le 8 août 2014 à 20:01

[…] un constat d’échec d’un point de vue nutritionnel sur mon triathlon X-Terra, j’essaye de travailler cette partie régulièrement sur les sorties longues. Il faut avouer […]

Répondre


Posté par Importance des pneus en VTT Le 1 février 2015 à 22:04

[…] un peu près à la même époque, je faisais mes premières sorties dans la boue pour préparer mon X-Terra 2014 et j’avais vraiment du mal dans la […]

Répondre


Laisser une réponse