Vrai Test – Tenues de Compression BSC – Verdict Final


 

Le temps est venu pour Aurélie et moi de mettre un terme à la phase « test » des tenues de compression BSC. Nous avons, maintenant, tous les deux, assez de recul pour livrer un verdict final, même si l’avocate qu’est Aurélie pourrait arguer qu’un Appel est toujours possible 🙂

Commençons par le WMT. Vous ne connaissez par le WMT ? Washing Machine Test. Le test de la lessive ! Tant redouté par certains produits fabriqués en Asie. Comme diraient nos amis d’Outre-Atlantique : pour BSC, WMT Passed. A 30°C, programme délicat sans séchage avec essorage standard (800 tr/min), lessive non agressive et surtout pas d’adoucissant, les tenues BSC ressortent comme neuves sans aucune altération de leurs propriétés.

Passons au TICF. Le Test du Il Fait Chaud. Remercions Dieu si vous y croyez ou l’Univers ou qui / quoi que vous voulez, car la météo particulièrement printanière de ces derniers jours nous a permis, enfin, de mettre, en course, à l’épreuve de la chaleur – certes relative – les tenues BSC. En ce qui me concerne – Fred, my name is Fred – j’avoue avoir fait l’expérience de ma première déception amoureuse avec BSC : rapide échauffement corporel au niveau de l’entrejambe – j’avais laissé un sous-vêtement – et à l’arrière de la cuisse. Hum !!! Moi qui avais prévu de courir le MDP en BSC, je me tâte. Pour le moment, je n’ai fait que des sorties, certes intenses, mais courtes sous des températures clémentes, mais je me demande si au bout de 2-3h de course, cet échauffement ne se transforme pas en brûlure. J’espère que dimanche, sur ma SL de 2h30, la température sera de la partie pour approfondir le sujet.

Pour Aurélie, en revanche, aucun frottement suspect n’a gêné sa progression sous les températures printanières (et encore moins à l’endroit sus-décrit par Fred !) et si elle a bien conscience que le TICF doit comprendre une épreuve à chaleur estivale pour être complet, elle n’a, à ce stade du calendrier grégorien, aucun grief à l’encontre de la tenue.

Au IZPT (In Ze Pocket Test), le bas est recalé d’emblée : pas la moindre poche où glisser ses 2 clefs, ses 3 mouchoirs en papier ou son mp3. Ce n’est pas forcément gênant l’hiver où les superpositions de vêtements multiplient le nombre de poches, c’est en revanche plus ennuyeux lorsque l’on a envie de s’élancer léger sous le soleil printanier sans s’encombrer d’un réceptacle supplémentaire. Fred a trouvé une solution à ce problème. Il emmène un … porte-gourde.

Aurélie se félicite, du score exceptionnel obtenu par son capri au test du BRDAMSCAL (le bon roi Dagobert a mis sa culotte à l’envers), c’est ainsi que par deux fois, et sans être perdue de réputation, elle a pu saluer voisins et amis tôt le matin en portant son capri … coutures et étiquette à l’extérieur (!) sans que personne ne s’en aperçoive … Fred confirme, mais lui, c’est plutôt avec le haut qu’il a été tourneboulé bien que la photo soit celle de son bas.

De la même façon et malgré une confrontation étroite avec un collant concurrent, le capri BSC gagne très haut la main le Confort Test ! Ce collant, même soumis à de multiples mouvements et frottements n’émet aucune velléité de se soustraire à son office, il ne glisse pas, ne se tortille pas en un mot ne bouge pas et se montre obstinément confortable malgré les épreuves que lui infligent ses portefaix.

En revanche, l’un des débardeurs a échoué au SST , le Special Soustingue Test, malgré une longue période d’adaptation, et le système de maintien intégré a été réséqué ensuite d’une minutieuse intervention chirurgicale. La cage thoracique d’Aurélie — car il s’agit ici d’elle et non de Fred — se trouvant par trop compressée sous les trois couches de contention superposées (son propre soutien gorge, celui inclus dans le débardeur, et la sangle de son cardiofréquence-mètre). La dame a de surcroît réalisé un gain d’environ 2 minutes à chaque enfilage et chaque déshabillage pour des qualités de compression en rien altérées. Compte tenu des habitudes des Françaises à préférer un soutien gorge adapté à leurs poitrines plutôt qu’un équipement intégré et standardisé dont le maintien est nécessairement moins efficace, il faut craindre que ce dispositif soit plus un frein à l’acquisition de ce matériel qu’un véritable argument de vente, défaut qu’il est cependant aisé de contourner avec une bonne paire de ciseaux, un brin de détermination et une pleine mesure de minutie. Fred précise qu’il n’a pas rencontré ce genre de problème, si si.

Et pour conclure : le CBOPF, C’est Bien Ou Pas Finalement ? Les bas (survêt ou capri) : indubitablement OUI ! Fatigue musculaire réduite et récupération plus facile. C’est fidèle aux promesses de BSC. Les hauts (débardeur et … débardeur) : OUI également. Effet maintien de la colonne vertébrale et dégagement de la cage thoracique permettant une meilleure oxygénation.

A la question : conseillez-vous de porter des tenues de compression BSC ? Nous répondons OUI – pour les effets positifs sur la performance au sens large – MAIS – pour la possibilité réelle d’utiliser les tenues toute l’année et pas seulement quand il fait froid.

Reste un point crucial qui n’a pas été évoqué ici et pour lequel nous n’avons pas de réponse « scientifique » : quels effets à long terme sur l’organisme ? Si vous avez des infos, n’hésitez pas à nous les communiquer.

6 commentaires sur “Vrai Test – Tenues de Compression BSC – Verdict Final”


Posté par Michel.59190 Le 20 mars 2010 à 10:40

Bravo test très intéressant et plein d’humour de surcroit 😉 je vais expérimenter la tenue complète (collant long + Tshirt manches courtes) sur le prochain marathon de Rotterdam. sportivement Michel

Répondre


Posté par fredbros Le 20 mars 2010 à 14:35

@Michel : je suis très intéressé par tes impressions. N’hésite pas à revenir commenter !

Répondre


Posté par Fyrge Le 22 mars 2010 à 9:13

j’ai testé le colland sur le marathon de berlin en septembre dernier, malgré la chaleur présente pour l’épreuve je n’ai pas resenti de gène. La récupération par contre était au top, aucune douleur ressenti les jours suivants. François

Répondre


Posté par Vrai Test Tenues de Compression BSC – Que dit la science ? Le 30 mars 2010 à 4:02

[…] voulu illustrer par des “vérités” – du moment … – scientifiques, le Vrai Test, sans doute le plus exhaustif jamais réalisé sur Wanarun, des tenues de compression BSC – […]

Répondre


Posté par Tenues de compression – ce que dit la science Le 5 décembre 2010 à 3:01

[…] de la réalisation de mon Vrai Test des tenues de compression BSC BodyCompression, je m’étais fait l’écho du peu de littérature scientifique sur le sujet. J’ai […]

Répondre


Posté par Jefferey Bashor Le 9 septembre 2011 à 13:42

My top recommendation is to see the Stalla Level 2 prep courses from Morgan International.

Répondre


Laisser une réponse