Vrai Test Chaussure – KALENJI KIPRUN 1000 – Premières impressions


 

Kalenji Kiprun 1000 de face

E.N.F.I.N. !!! Un Vrai Test des chaussures de notre grand – et seul de cette taille – équipementier Français : KALENJI, la marque running du Groupe Décathlon. Surtout qu’il y a longtemps que je – et je sais que vous aussi le souhaitiez vivement – voulais tester un modèle de la gamme, d’autant qu’il y a tout une mythologie qui se développe autour de la marque KALENJI : quelques verbatim « vu le prix, c’est bon ou c’est pas bon ? », « c’est pour qui ces chaussures ? débutants ? confirmés ? », « leur durabilité ? » « Ils n’y connaissent rien en running et achètent des modèles en Asie », « elles font mal au dos, aux genoux » … De quoi alimenter bien des rumeurs urbaines d’entraînement. Pour résumer : on entend tout et n’importe quoi, et plus souvent n’importe quoi. En plus, comme c’est une marque Française, on en rajoute … Moi, je n’aime pas parler de ce que je ne connais pas et je n’aime pas critiquer sans savoir, il fallait donc absolument que je teste des Kalenji.

L’heureuse élue de ce Vrai Test est la KIPRUN 1000. Vendue 59,90 Euros sur Decathlon.fr et 69,90 Euros en magasin. C’est pas cher, hein ?

Lorsqu’on évoque KALENJI, le premier mot qui vient à l’esprit c’est … prix (une chaussure de running à 60 Euros, ça ne court pas les rues !), souvent associé, d’ailleurs, à l’adjectif « petit ». J’en entends déjà dire : petit prix = petite qualité … Mouais, un peu facile et un peu rapide. Savez-vous, que dans la décomposition du prix d’une chaussure, la part relative au circuit de distribution – au sens large y compris logistique, pub … – est supérieure à 70%. Ces 70% servent à payer, entre autre, la foultitude d’intermédiaires et de retailers, les commissions aux magasins – qui a osé écrire cela ??? – etc etc etc. Or, dans le cas de KALENJI, le circuit de distribution fait fi d’une grande partie de cette population qu’il faut bien rémunérer pour le travail plus ou moins intense qu’elle fournit : produit conçu en interne, fabrication au même endroit que les autres puis distribution directe en magasin Décathlon. D’où de sérieuses économies qui – c’est sympa pour nous LOL – se répercutent, en partie, sur les prix. Je ne connais pas les valeurs de l’équation qui permettraient de ramener fictivement le prix d’une chaussure KALENJI au prix d’une chaussure d’un équipementier en ajoutant des coûts de distribution « classiques » – faut-il multiplier par 1.1, 1.2, 1.3 … pour comparer avec une paire de Nike, d’adidas ou d’Asics ?. Cela dit, le résultat est là : le prix 🙂

Autre précision qui a son importance : contrairement à d’autres grandes surfaces de sport qui importent des produits finis d’Asie et se contentent d’y apposer leur logo, KALENJI les conçoit dans ses bureaux d »études du Nord de la France tout autant équipés pour cela que ceux de Nike ou d’Asics.

Comme vous êtes sur Wanarun et non sur le site des Echos ou de BFM, je pense que l’économie de la chaussure de sport, ça va bien quelques minutes mais pas plus et que vous êtes en droit d’attendre de moi que je fasse autre chose de ces chaussures que de pérorer. Et bien, c’est parti ! Je vais donc ôter, dès demain, mes Vibram – si si, je peux le faire ! – pour quelques jours et continuer mon plan d’entraînement pour le Marathon Seine et Eure du 17 octobre en KIPRUN 1000 (Plan Marathon Bruno Heubi en 9 semaines). Au menu : un petit peu de VMA sur route mardi (5x250m / 6x200m / 5x150m), un petit peu d’EMA à 85% de VMA mercredi (20 min / 15 min / 15 min), une petite récup d’une heure à 70% de VMA vendredi et une sortie longue de 2h10 samedi. Un programme bien copieux et de quoi voir ce que cette KIPRUN 1000 a dans le ventre.

La KIPRUN 1000 est un modèle particulièrement intéressant car elle s’adresse, si l’on en croit Décathlon, a un très vaste public : coureurs réguliers de 1 à 5 entraînements par semaine. C’est une routière à qui cependant les chemins ne déplaisent pas trop. Elle présente, toujours en théorie, un compromis dynamisme / confort / amorti qui convient au plus grand nombre. Bref, un modèle assez universel au sens propre comme au sens figuré qui pourrait convenir à 80% des lecteurs du site, ce qui veux dire que ce n’est évidemment pas un modèle comparable aux modèles haut de gamme des autres marques, ni un modèle super pointu pour la petite communauté des pronateurs-du-pied-gauche-amateurs-d’ultra-sur-route-cimentée.

Ses principales caractéristiques techniques constructeur sont : amorti concept CS (R) sur le talon mais aussi l’avant du pied, une première chez Kalenji, concept ArkStab(R) au milieu du pied pour améliorer la stabilité en course – c’est la fameuse arche de maintien autour du pied, un système similaire à celui que je vous avais présenté lors d’un test Saucony – et un profil de semelle favorisant un déroulé total du pied.

Si vous avez lu le programme que je vais leur infliger cette semaine, vous avez évidemment compris qu’à l’heure où j’écris ces mots, je n’ai pas encore couru avec ces KIPRUN 1000. Enfin, quand je dis pas couru, c’est un peu faux car je les ai enfilées et ai fait une petite demi-heure tranquille de « déverminage ». Mes premières impressions seront donc essentiellement visuelles et statiques, mâtinées cependant de quelques légères considérations dynamiques.

Un petit peu de visuel pour démarrer ? Commençons par la qualité perçue. Alors là, rien à dire : les matériaux employés semblent de qualité, les finitions intérieures et extérieures sont impeccables, les assemblages – coutures et collages – sont très soignés. Une chaussure, donc, dans ce domaine, largement au niveau de concurrentes bien plus onéreuses. Low cost dans le prix mais pas low cost dans la finition.

Kalenji Kiprun 1000 semelle et vue de dessus

D’un point de vue esthétique, le choix et les associations de couleurs – orange, gris et quelques touches de noir – sont parfaitement réussis. Un petit bémol cependant, pour ceux qui emmèneraient la  KIPRUN 1000 sur des chemins boueux, je pense qu’elle risque de se salir assez vite. La chaussure n’apparaît pas comme surchargée en motifs divers et variés et demeure assez sobre d’aspect. Personnellement, d’ailleurs, je la trouve assez réussie du point de vue … artistique 🙂 Aux pieds, vue de haut, elle est très fine, élancée plutôt qu’empâtée.

En terme de confort – statique pour le moment -, la KIPRUN 1000 s’enfile assez facilement. Le chausson est agréable au pied, par contre, il n’est pas large du tout, conséquence du système intégré de maintien Arkstab sans doute, le milieu du pied est plus que bien tenu … Personnellement, cela ne me dérange pas, mais ceux qui ont l’habitude de plus d’espace auront un temps d’adaptation. La chaussure taille petit. Il faut prendre au moins 1.5 tailles au-dessus de votre pointure de ville.

La semelle est assez singulière – je sais, je cours en Vibram mais quand même, je me cultive et j’ai des tas d’autres paires dans mes armoires. Comment expliquer cela ? On a l’impression que le pied est soutenu sur neuf dixièmes de sa longueur mais que le dixième « avant » est … dans le vide. Vous n’avez rien compris ? C’est normal … L’effet recherché est, pour quelqu’un attaquant du talon, de permettre un déroulé complet du pied avec un appui dynamique final sur la pointe. De fait, en statique, c’est ce qui se passe si on essaie de faire quelques pas avec la chaussure, on obtient un beau déroulé, grâce à un effet « délestage » obligeant à terminer la foulée sur l’avant. Alors, évidemment, le souci que je vais avoir personnellement, c’est que, courant habituellement sur l’avant du pied, je vais sans doute impacter le sol sur une petite zone de la semelle un peu « bâtarde ». Mais, comme cette chaussure s’adresse à 80% des runners, je vais faire l’effort, rien que pour vous, lecteurs, de re-courir un peu sur le talon.

Bon, est-ce que je vous parle de ma demi-heure de déverminage sur route ou pas ? Hum … Non, vous attendrez le prochain article 🙂


26 commentaires sur “Vrai Test Chaussure – KALENJI KIPRUN 1000 – Premières impressions”


Posté par julie Le 3 septembre 2010 à 5:31

et bah… tu sais tenir tes lecteurs en haleine

Répondre


Posté par juaneda Le 3 septembre 2010 à 6:09

Humm un article bien….long, pour un final bien court ! Bonne journée

Répondre


    Posté par fredbros Le 3 septembre 2010 à 7:23

    Quelques vérités à établir avant de lancer l’essai …


Posté par Greg Le 3 septembre 2010 à 7:55

Aaaahhh!!! On avait hate d’avoir un avis sur ce modele…Merci pour tout ce que tu fais!

Répondre


Posté par Philippe Le 3 septembre 2010 à 8:07

Quel talon !

Répondre


Posté par Nathou Le 3 septembre 2010 à 8:08

Impatiente de connaître la suite!!!! Merci:)

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 3 septembre 2010 à 8:09

J’ai un modèle gris et jaune (l’une des multiples couleurs possibles) et elles ne se salissent pas tant que ça (en courant régulièrement dans la boue) elles se nettoient au moins facilement. Le mesh est vraiment hyper respirant et sèche très vite (après avoir traverser un ruisseau on a une sensation de pieds secs après quelques foulées…

Répondre


Posté par vad1973 Le 3 septembre 2010 à 8:14

arf, que vois-je ? Fred tu quittes wanarun ?

Répondre


Posté par fredbros Le 3 septembre 2010 à 8:25

@vad1973 : oui, oui, je m’en vais … pour des raisons qu’il serait fastidieux d’expliquer mais le site est entre de bonnes mains ! @Jean-Michel : pour l’instant, j’ai juste émis l’hypothèse qu’elles pourraient se salire assez vite car l’orange est très clair. Je vais essayer de confirmer / infirmer. Il faudrait qu’il pleuve – honte à moi de dire cela – dans la semaine 🙂 @Greg, Nathou : oui, je n’avais pas encore fait d’essai sur des modèles Kalenji alors que c’est une marque Française et que ses prix la mettent à la portée de beaucoup de bourses notamment par exemple de débutants qui voudraient se tâter un peu avant de se lancer ou pas à fond dans le running ou alors de gens qui ont d’autres passions dans la vie et qui n’ont pas envie de mettre 140 Euros dans un modèle « équivalent » d’une « grande » marque.

Répondre


Posté par Tom Le 3 septembre 2010 à 8:42

Petite digression sur les VFF tant qu’on a la chance de t’avoir encore sous la main : est-ce que les VFF font courir automatiquement sur l’avant du pied ou est-ce que tu as dû adapter ta foulée et te forcer à courir sur l’avant pour que cela devienne naturel ? Et si c’est le cas, est-ce qu’il peut être « dangereux » d’un point de vue traumatique de courir en VFF (est-ce qu’on peut s’atomiser le talon par exemple ?).

Répondre


Posté par julien Le 3 septembre 2010 à 8:44

j’attends la suite avec impatience ! le modèle « AW » avec sa membrane étanche m’intéresse beaucoup pour garder les pieds au sec cet hiver dans st cucufa 😉 5€ de plus, mais l’écart de prix se creuse encore plus avec les autres marques si on veut un modèle étanche…

Répondre


Posté par Tom Le 3 septembre 2010 à 8:55

Moi qui courre uniquement en Kalenji depuis un moment (trail + compét’ sur route), après avoir été déçu par des grandes marques (NB = blessure + Mizuno = cailloux qui se coincent sous el talon), j’attends avec impatience la suite du test. D’autant qu’on voit bien que la proportion de Kalenji sur les grilles de départ est assez importante!

Répondre


Posté par helfer Le 3 septembre 2010 à 8:58

Vous parlez dans votre préambule sur la partie économique des différents coûts de commercialisation ainsi que des bureau d’études. J’ai toujours un doute sur la capacité d’un bureau d’études destiné à concevoir un produit destiné au marché franco français (un peu espagnol également) et la capacité d’un bureau d’études (nike, asics, mizuno etc….) qui va concevoir des produits pour la terre entière et ses alentours (soit certainement un coefficient de 200 à 300 fois plus). Je pense que, toujours en parlant des « grandes » marques la quantité d’articles produits leur permettent des économies sur la courbe d’expérience et la courbe d’apprentissage (en gros plus on produit d’article moins ils reviennent chers!) Je pense donc que l’économie réalisée à se passer d’intermédiaire (un seul) est d’environ 25%. Voila mon avis, produire en petite quantité ne permet pas de produire de la qualité à petit prix!

Répondre


Posté par Tom Le 3 septembre 2010 à 9:09

Il y a surtout je pense une ENORME économie en terme de publicité / sponsoring / stars / etc. pour une marque qui ne rayonne pas à l’échelle mondiale.

Répondre


Posté par julien Le 3 septembre 2010 à 9:15

il faudrait trouver où évaluer les volumes de vente, mais cela ne m’étonnerais pas que les magasins décathlon en France réalisent 2 fois plus de ventes que nike, nb et mizuno réunis sur l’europe… Sinon pourquoi ne pas profiter du fait que ce soit une marque française, avec des chef de produit situés en france pour essayer d’échanger avec eux après le vrai test ?

Répondre


Posté par cathy Le 3 septembre 2010 à 9:52

c’est vrai que j’ai toujours un peu de mal à acheter du Kalenji… mais j’attend la suite avec impatience pour peut etre changer d’avis !… heu non je crois pas finalement suis trop addict aux Asics

Répondre


Posté par marc Le 3 septembre 2010 à 10:53

j’attends de voir la suite avec impatience et voir si Kalenji arrive a faire de super chaussure en étant moins cher que les gros equipementiers

Répondre


Posté par VincentC Le 3 septembre 2010 à 12:18

Bonjour et merci pour cet « avant-test », Quelques commentaires généraux … et globalement hors-sujet ! Les produits Kalenji – et Décathlon – ont souvent des a priori défavorables de la part des coureurs et plus encore des vendeurs spécialisés (mais défendre Kalenji les mettrait en plein conflit d’intérêt). Je crois que c’est en partie un problème d’image/positionnement, de plus les prix bas incitent certains à la méfiance. Des raisons donc en partie du moins non fondés sur la qualité réelles des produits. D’où l’intérêt d’un test. J’ai pour ma part utilisé pendant longtemps une paire de Kalenji de trail (donc un autre modèle que celui présenté ici) et n’ai jamais eu à m’en plaindre, au contraire de certaines chaussures nettement plus connues … et onéreuses. De même, Kalenji offre à mon sens le meilleur rapport qualité prix sur les vêtements de courses, porte-bidons et sac à eau. Voila, fin de parenthèse, dans l’attente de ton test. Vincent

Répondre


Posté par fredbros Le 3 septembre 2010 à 12:42

@tous : et bien … parler de Kalenji suscite plus de commentaires que lorsque je parle des autres marques … En plus, vous attendez tous avec impatience la suite du test. J’ai la pression maintenant 🙂 Une petite remarque sur l’analyse « économique » : j’ai évidemment, comme à mon habitude, simplifié. Il faudrait un vrai benchmark et une analyse détaillée poste par poste pour pouvoir évaluer à quoi « correspond » un 60 Euros Kalenji chez un autre équipementier : 80, 90, 100, 110, 120 … ? Mais, là n’est pas l’important. Jugeons la chaussure pour ce qu’elle vaut en matière de running … Pour la question relative aux Vibram, me contacter par email (fredbros@free.fr) que je réponde en direct, plutôt qu’ici.

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 3 septembre 2010 à 18:15

Au sujet de Decat’, je me permet de mettre un lien vers un article paru sur un site de VTT, http://www.vtt.org/article.php?id_article=713 Et je me permet de completer que dans tous les sports que j’ai pu pratiquer, j’ai vu des gars avec des chaussons d’escade high tech et des baudriers hyper légers, des skis de fonds qu’on a même pas besoin de farter, des VTT trop top léger cadre alu et tout équipé par l’équipementier japonais trop connu, et ben ces gars là ils ont pas forcément plus de plaisir que les mecs qui ont du matos Decat, et même que des fois, ils : grimpe, glissent, roulent, courent moins vite, moins loin (en plus de se faire moins plaisir) … Comme le gars de l’article en lien, ben, j’ai une famille, j’ai des priorités, j’aime faire du sport (et pas que de là course à pieds…) mais je ne peux pas me « ruiner » en godasse, vêtement technique de marques (et très cher) Juste pour finir, quand je suis aller voir mon podologue du sport avec mes kiprun 1000, il m’a dit que j’avais de très bonnes chaussures 🙂 (après pour le vrai test, je ne serait pas surpris que Fred nous dises qu’elles manquent de relance sur l’avant pieds…)

Répondre


Posté par Lolotte Le 3 septembre 2010 à 21:32

c’est super d’avoir de telles infos… pour ma part, je cours avec les Kalenji depuis 3 ans et j’en suis ravi. Avant je courai en Asics (mais très et trop cher), puis NB mais ellent s’usent très vite. J’ai aussi testé NIke et adidas mais la première est vraiment cher et la seconde, je la trouve dure/rigide. J’attends de voir le retour de notre runner testeur pour savoir si il ressent les mêmes sensations que moi avec les Kiprun 1000. Bon test et attends ton retour.

Répondre


Posté par moa Le 1 novembre 2010 à 23:18

juste un détail: « fabrication au même endroit que les autres », ce n’est pas tout à fait vrai: les NB vendues en france sont fabriquées en UK, et ça fait aussi la différence. par ailleurs, decathlon n’est sans doute pas la seule entreprise à pressuriser ses fournisseurs, il faut malheureusement voir qu’ils ne font rien pour améliorer la situation (et ont été régulièrement cités pour des produits venant de sous traitant fort peu regardants, decathlon étant comparé à un « wall mart » de l’article sportif). pour la qualité, je ne suis pas spécialiste des chaussures de running, mais sur d’autres produits (skis, chaussures de rando, textiles de montagnes, etc), les produits decathlon sont en général du milieu de gamme correct, avec quelques innovations intéressantes, à un prix attractif. celui qui voudra monter en gamme devra se trouver un autre magasin que decathlon, au vu de la stratégie d’évincement de la concurrence et du produit unique (et maison) que mène la marque (sans doute le seul point commun entre les mulliez et les communistes), 2ème bonne raison de pondérer ses ardeurs.

Répondre


    Posté par fredbros Le 2 novembre 2010 à 8:16

    Oui, NB a axé sa stratégie sur une fabrication « locale » (celles vendues aux USA sont assemblées aux USA). Par contre, je n’ai pas le breakdown complet de cette « fabrication locale » et il ne serait pas surprenant que certains composants (tels que l’EVA) ne soient pas produits « local ». Je parlerais donc plutôt d’assemblage local. En ce qui concerne Kalenji et plus généralement la majeure partie des équipementiers, j’ai publié récemment un article sur Wanarun expliquant que n’importe qui pouvait faire fabriquer des chaussures en Chine (même moi, si j’ai quelques milliers d’euros) par des myriades de sociétés qui le proposent. Certaines font l’objet de « certifications » garantissant le respect d’un certain nombre de critères éthiques et il convient bien entendu de les privilégier.


Posté par TOIN Le 29 novembre 2010 à 12:21

Bon alors ce resultat de test???

Répondre


Posté par fredbros Le 29 novembre 2010 à 13:07

http://www.wanarun.net/blog/vrai-test-kalenji-kiprun-1000-impressions-dentrainement-8454.html http://www.wanarun.net/blog/vrai-test-kalenji-kiprun-1000-le-verdict-8639.html

Répondre


Posté par mrozik Le 25 mars 2011 à 5:36

ok, et la suite, c’est pour quand?

Répondre


Laisser une réponse