Vous avez dit « éco-coureur » ?



 

Pas plus tard qu’hier, je lisais dans la presse spécialisée un petit dossier consacré à l’écocitoyenneté dans le monde de la course à pied. Ne pas jeter les gels par terre après usage, ne pas gaspiller d’eau quand on boit à la bouteille, ne pas utiliser non plus de rubalise en plastique sur les parcours, ne pas utiliser de dossards de tel ou tel matériau… Et j’en passe ! Moi je suis tout à faire d’accord, de faire attention et de faire tout mon possible pour participer à la sauvegarde de notre pauvre petite planète. Mais n’avez-vous pas un peu l’impression que l’on exagère un peu de tous les côtés en ce moment ? Depuis que Nicolas Hulot et Yann-Arthus Bertrand ont tiré des sonnettes d’alarme, il y a déjà quelques années, et pris à partie la majorité des médias, on entend souvent parler de ça… Même les politiques s’y sont mêlés… Mais avec la crise grandissante, ont un peu laissé de côté le sujet.

Bref j’ai l’impression (mais ce n’est qu’une impression !) que l’on nous prend un peu trop pour de pauvres brebis égarées qu’il faut ramener dans le bon petit troupeau. Attention, je ne dis pas qu’il ne faille pas préserver notre belle nature, celle qui fait que l’on aime tant par exemple s’adonner au trail, mais ces actes-là n’auraient-ils pas du exister depuis des décennies ? Pourquoi devrait-on y faire plus gaffe aujourd’hui? Vous croyez vraiment que celui qui jette par la fenêtre de sa voiture un mégot ou un quelconque papier, va être plus touché que cela par les méfaits de son geste ? Arrêtons de nous voiler la face. Certains actes qui pour nous peuvent paraitre anodins et aisés, demandent peut-être un effort considérable à quelqu’un d’autre. Nous sommes tous différents, nous avons tous une vie différente aussi… Pourquoi ne pas demander à un SDF de trier ses déchets tant qu’on y est ?

De fait, la droite ligne de conduite serait tout simplement, pour être un vrai « éco-coureur » à notre époque, de ne plus utiliser ni voiture, ni avion, ni moto, de ne plus manger que ce que l’on a nous même produit, mais sans moyen électrique bien sûr, de ne plus se chauffer qu’au bois, de ne plus boire que de l’eau de pluie ou du puits, bref de revenir à l’âge de pierre. Alors quand vous entendez celui-ci vous rabâcher les oreilles avec ses « moi, je fais attention à ne pas jeter mes papiers sur le bord du sentier ! », vous avez envie de lui répondre : « Oui d’accord, mais chez toi est-ce que tu fais tout comme il faut pour sauver le monde ? » Personne ne fait le maximum et encore une fois, tous les efforts des uns peuvent paraitre dérisoires aux autres. On a vraiment l’impression que c’est devenu tout à coup un effet de mode cette envie de léguer à nos enfants une belle planète. Comme si nos parents, eux, ils s’en foutaient totalement… Bref, si vous voulez vraiment devenir «éco-coureur », courez à poil, mangez de l’herbe au ravitaillement, buvez de l’eau de source au passage et surtout n’allez pas à la remise des prix ! Après tout, il n’y a que le premier pas qui compte…

Un commentaire sur “Vous avez dit « éco-coureur » ?”


Posté par Malorie Le 4 décembre 2012 à 0:21

Bonjour, J’ai beaucoup aimé le sens de ton message que j’ai trouvé constructif et plein d’intelligence. Quelle justesse quand tu compares l’âge de pierre et les écolos, c’est une remarque tellement peu attendue ! Je suis bien d’accord, pour sauver la planète commençons par regarder ce que font les autres, on se regardera le nombril après. Pourquoi faire des efforts quand les autres n’en font pas ! Tu sais que je suis presque gênée de me déplacer avec mon 4×4 en ville ! Où est la liberté ? Moi, mon geste pour la planète, c’est de courir sur place, ça m’évite les déplacements en voiture (malin non ?). On va même jusqu’à vouloir nous culpabiliser de prendre notre bain quotidien ! Alors, haut les coeurs invitons ceux qui jettent leurs mégots par dessus les fenêtres et nos concitoyens SDF à venir courir avec nous (et à prendre des bains) ! Remy, soit rassuré vu le score des Verts aux dernières élections, les « éco-coureurs » ne courent pas les rues (lol). Et puis c’est bien connu, pourquoi faire aujourd’hui ce que nos parents n’ont pas fait hier ? Pourquoi faire aujourd’hui ce que nos enfants devront faire demain ? Merci Remy ! et tous à poil !

Répondre


Laisser une réponse