UTMB 2013 vu de l’intérieur



 

occ-utmb-2014-chamonixPour la première fois j’ai eu l’occasion de me rendre à Chamonix pour vivre de l’intérieur ce que beaucoup de gens appellent le plus beau trail du monde…

Comment en 10 ans l’UTMB s’est imposé comme la course de référence ?

Le plus grand acteur de cette réussite : le terrain de jeu, le massif de Mont-Blanc, des milliers de kilomètres de sentiers balisés et très bien entretenus. J’ai eu l’occasion de courir dans les sentiers autour de Chamonix et je dois dire que je suis plus que séduit : des chemins techniques avec des courbes de niveaux qui s’enchainent à la vitesse de la lumière. Les 10% sont courant et en montant le palpitant s’emballe tout de suite.

En plus, l’équipe d’organisation réunie autour de Catherine & Michel Poletti sait faire de l’événement, une course à part. Bien sûr à Chamonix, nous avons quelques voix qui s’élèvent contre cette organisation mais force est de constater que tout est réglé au millimètre pour faire de cet évenement un évenement sportif de premier plan : conférence de presse, nombreux journalistes présent, un plateau élite international, des moyens importants utilisés pour sublimer la course via des images exclusives,…

une course rare

Autre élément du mythe, le fait de prendre le départ est déjà un exploit… le nombre de place étant limité intrinsèquement par la capacité des chemins de randonnées, on ne peut pas se permettre d’envoyer 40 000 coureurs comme sur le marathon de Paris. A part en ajoutant de nouvelles courses (comme l’organisation le fera en 2014 en créant l’OCC), le nombre de participants est très loin de la liste de départs d’un grand marathon. L’organisation a créé un système de qualification qu’elle espère le plus juste possible. Cependant c’est insuffisant et il faut ensuite faire un tirage au sort parmi les qualifiés.

Une passion

En vivant cette semaine au coeur de l’événement, j’ai pu mesurer la passion autour de cette course, les habitants de Chamonix, les commerçants, les coureurs, leurs familles, l’équipe d’organisation,… Tout le monde vibre pour cet événement hors norme…

Une image restera gravée dans ma mémoire : l’arrivée de Nathalie Mauclair sur la TDS à 1h00 du matin après 17h30 d’effort, elle arrive en pleine nuit, frontale sur la tête dans les rues de Chamonix, ces 2 enfants l’ont rejoint et cours avec elle les derniers mètres qui la sépare de la fin de la course. Elle affiche un large sourire et semble en pleine forme… Chaque finisher qui passe la nuit laisse apparaitre une émotion communicative… ça donne envie…

Laisser une réponse