Un demi mea culpa … mes Supernova et moi



 

Il y a quelques mois de cela, sans être dans une période particulièrement rebelle, je vous faisais part de mes « doutes » – et je pensais d’ailleurs à l’époque que le mot était faible – relatifs à mon dernier achat en matière de chaussures (ceux qui souhaitent se rafraîchir la mémoire peuvent cliquer ICI).

Il ne leur reste plus que 200km à faire avant d’être remplacées, ce qui ne devrait plus tarder, aussi est-il temps de dresser un petit bilan de ces Adidas SuperNova Sequence. Evidemment, vous avez vu le titre de l’article donc vous vous doutez que mon avis a un peu – beaucoup – passionnément (rayer la mention inutile) évolué. On dit que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. Comme je ne pense pas en faire partie …

Côté négatif – eh ! j’ai dit un demi mea culpa, pas un mea culpa complet quand même – je trouve qu’elles serrent quand même un peu trop le milieu du pied et que dans l’ensemble, elles sont un peu « raides », on a parfois l’impression que la semelle ne peut se plier pour épouser le mouvement du pied, mais sans doute est-ce la contrepartie à leurs qualités de maintien. Leur usage est également à restreindre au bitume pur et dur. Evitez les chemins gravillonnés car sur ce type de revêtement, le système ForMotion, dont nous reparlerons, devient rapidement inefficace dans la mesure où des gravillons viennent s’insérer dans l’interstice séparant la semelle du talon du reste de la semelle. A noter également, qu’elles m’occasionnent en permanence des cloques légères mais heureusement insensibles aux 3e orteils de chaque pied alors que, d’après le vendeur de l’époque sur le stand Adidas de l’expo Semi de Paris, 1 taille 1/3 au dessus-de ma pointure ville était pile-poil ce qu’il me fallait.

Côté entre les deux pôles (positif / négatif) : pas grand chose à dire sur des aspects tels que dynamisme, réponse etc etc etc … Ne courant pas le marathon en moins de 2h30, je ne m’estime pas suffisamment spécialiste pour prétendre noter avec impartialité ces caractéristiques. Rien de rédhibitoire néanmoins sur le sujet. J’ai disputé trois 10K officiels et elles ne m’ont pas posé de problème de ce côté là.

Côté positif : je n’ai plus de tendinite aux tendons d’Achille ! S’il fallait un argument pour me convaincre, c’est bien celui-là. Plus besoin de s’échauffer pendant 5 km avant de faire un … 10 officiel, plus de raideur au réveil. Il y a bien longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Alors quoi remercier : la chaussure sans aucun doute puisque rien d’autre n’a changé dans ma façon de courir hormis ma consommation abusive de baies Goji, mais cela m’étonnerait que les bestioles rouges y soient pour grand chose, le système ForMotion (indépendance de la semelle du talon par rapport au reste de la semelle) qui permet au pied de bouger « naturellement » (raideur de la semelle non comprise) ou le fait que pour la première fois, tout simplement je cours avec des chaussures pronateurs ? That’s the question !

Le kilomètre zéro approchant à grands pas, la question qui se pose maintenant est de savoir si je vais racheter des Adidas SuperNova. A vrai dire, je ne sais pas encore. Je n’ai plus envie de retomber sur une paire qui me tendinise mes Achilles (n’insistez pas, je ne vous donnerai pas le nom de la marque Japonaise que je maudis à tout jamais) mais en même temps, j’aimerais un peu plus de confort et un peu moins de raideur … Si vous avez des idées.

Laisser une réponse