Tout vient du cross …non ?



 

J’avoue porter une affection toute particulière au monde du cross. Je suis convaincu que c’est l’essence de toutes les courses d’aujourd’hui. Il est vrai qu’il est beaucoup moins sous le feu des projecteurs que les autres disciplines de l’athlétisme mais comme disait un entraineur l’autre jour au bord d’un parcours : « Qu’est-ce que le trail, sinon un cross plus long ? »

Il est vrai qu’il y a une époque où l’hiver était entièrement tourné vers cette discipline et où les « vrais » athlètes passaient de la piste au cross sans autre choix, si ce n’est peut-être une ou deux courses sur route alors assez rares. Tout cela a bien changé et maintenant le calendrier est plus que blindé. L’hiver ce sont les corridas, les trails et les cross et chaque week-end, le choix est immense. Même les jours fériés et la période de fête ne sont pas épargnés. Il n’y a guère que Noël et le Jour de l’an pour ne pas concourir… et encore !

Mais là n’est pas le sujet. Pour moi le cross, ce sont avant tout des souvenirs d’enfance. Des déplacements en groupe avec le club. Souvent il fallait se lever bien tôt pour ne pas louper le départ du bus ou du minibus qui nous emmenait au fin fond de la région ou du département. La journée promettait d’être longue et on essayait au mieux de bien préparer son sac de sports avec les parents avec les fameuses pointes et les rechanges, avec le survêtement et le maillot du club, avec quelques trucs à boire et à manger… Les dirigeants trouvaient toujours une place, un petit coin du site, que nous nous accaparions aussitôt. C’était le point de ralliement. Et avant de courir nous-mêmes, nous passions notre temps à encourager les autres, à nous échauffer aussi sans nous disperser. La tension était palpable jusqu’à ce que notre tour arrive. Nous savions longtemps à l’avance à quelle heure nous allions passer. Et souvent nous étions blancs comme des linges avant notre propre départ. Avec le froid synonyme souvent de cross et l’appréhension qui nous serrait l’estomac… Une fois passé, la journée était beaucoup plus joviale. On refaisait la course, bien sûr, mais la pression retombait d’un coup et nous pouvions enfin nous lâcher. Il y a avait aussi l’heure du pique-nique. Sur les cross, c’était toujours à la bonne franquette entre sandwichs et bricoles achetées sur place…. Toute une ambiance donc où les amitiés naissaient et où les liens entre potes d’entrainement se consolidaient.

Mais le cross, c’est aussi pour moi et je crois pour beaucoup, la discipline la plus dure et exigeante qui soit dans le vaste champ de la course à pied. Il faut partir vite, très vite pour se placer et puis ne jamais rien lâcher. Il n’y a pas de temps pour récupérer… Qui n’a jamais pris le départ d’une telle épreuve a sûrement raté quelque chose dans sa vie de coureur. Car le plus souvent, l’aire de départ est large, très large et tout le monde se serre sur des dizaines de mètres, chacun essayant de mettre au moins un pied sur la fameuse ligne. Mais après quelques centaines de mètres de distance, l’étau se resserre. Et l’entonnoir effraye tout le monde. Pas de longues routes qui permettent de se placer. Là il faut être déjà aux avant-postes dès le premier virage, sinon on ne revoit plus la tête… pour les meilleurs bien sûr ! Et puis il y a les relances, les buttes, les virages, le terrain qui varie entre terre, boue, herbe, portions de bitume… Sur un cross, tout est possible, on peut trouver de tout. C’est bien connu !

Bref la réputation de cette discipline n’est plus à faire. Les meilleurs des coureurs ne dérogent pas à la règle et y vont s’affûter en vue d’échéances futures. Le cross c’est l’école de la vie et il ne faut pas l’oublier dans cette période hivernale où m’on a tendance à le délaisser pour quelques autres courses plus attractives ! Le cross, berceau de la course à pied…

2 commentaires sur “Tout vient du cross …non ?”


Posté par FABRICE W. Le 22 décembre 2012 à 8:43

Cette description est si réaliste et si bien écrite que je me suis permis de la copier/coller afin de la faire partager avec mes élèves athlètes. Moi aussi j’ai connu tout ça et même s’il y a sans doute moins de monde aujourd’hui, cela existe encore, avec la même bonne ambiance !

Répondre


Posté par Rémy Le 22 décembre 2012 à 14:47

et oui le cross, c’est vraiment la base !!

Répondre


Laisser une réponse