Saucony Guide 5 : le vrai test d’Estelle


 

J’ai commencé à courir sur route avec des Mizuno nexus Wave 4, j’ai couru mon premier marathon en Mizuno Prophecy et je cours depuis 6 mois en Mizuno Wave Inspire 7 sur les conseils de i-run. Très bon conseil d’ailleurs, je suis très bien chaussée dedans.
Comme vous tous, j’ai beaucoup entendu parler du minimalisme et quand Saucony m’a proposé de tester leur nouvelle Saucony Guide 5 j’étais enthousiaste de courir avec une chaussure dont le drop n’était plus de 12 mm mais de 8mm. Un drop de 8mm n’en faisant bien sûr pas une chaussure minimaliste, c’était quand même le gage d’une chaussure de running plus légère… un bon début, non ?

Le colis est arrivé, j’étais excitée comme une puce : les Saucony Guide 5 sont beaucoup plus sexy que mes Mizuno mais mon vrai test s’est arrêté là et c’est soldé par une sciatique. Hasard ou coïncidence, les douleurs ont commencé avec ces nouvelles chaussures. J’ai immédiatement ressenti des douleurs intenses dans le mollet puis le tibia puis la cuisse, puis la fesse et enfin la lombaire… droite !

Mais après tout, c’était peut-être une coïncidence. J’ai donc pensé à Estelle que je vois courir régulièrement au même endroit que moi ! Estelle c’est la nana super fit qui court à fond, qui se classe dans le top 10 de toutes les courses locales… un brin agaçant mais bon, il faut respecter ses collègues de course. Je demande donc à Estelle « Estelle, quelle est ta pointure de running ? » 38,5 comme moi ! BINGO !
Estelle a donc accepté de tester ces Saucony Guide 5 nouvelle génération et elle nous livre aujourd’hui son premier compte-rendu de test.

Ma passion c’est le running…
Ma mission c’est les Saucony ProGrid Guide5 !

Cette semaine, j’enfile les Guide5 pour quelques sorties sur route et sur sentiers. Ces chaussures me séduisent par leur légèreté, je me sens bien dedans et ma foulée est rapide et facile.

Sur mon île, il fait chaud 30°C et humide (85%) ! Je dois avouer que mes pieds ont chaud dans les Guide5. Je remets donc en question le transfert de l’humidité et la respirabilité de ces chaussures…

C’est la première fois que j’entends parler du ‘drop’ mais après avoir lu sur le sujet, je suis ravie de cette innovation. La différence de 8mm de hauteur entre le talon et l’avant du pied donne un meilleur impact au sol. La semelle présente une flexibilité qui me plaît beaucoup.

Plus je cours et plus j’analyse mes Guide5… J’ai la sensation que l’avant de mes pieds est légèrement compressé dans la largeur. Les lacets sont trop longs, trop élastiques et mon double nœud se lâche sur mon parcours.

Je cours toujours… Le paysage est magnifique, la Baie de Mont Choisy est turquoise, je cours à l’ombre des Filaos.

A la fin de mes séances, j’ai toujours une petite douleur au bas du dos sur le coté droit. La faute au running et au travail au niveau de mon articulation sacro-iliaque. Et cette semaine, en toute franchise je n’ai pas eu une seule douleur! C’est peut-être grâce aux Guide5? Je recommencerai certes mes séances avec ces chaussures la semaine prochaine…

Dans la collection de livres Monsieur Madame, je suis Madame Parfaite!!! Je dois donc aller m’acheter des vêtements dans les tons gris/noir/rose comme mes chaussures Guide5, elles sont trop jolies !

Je vous présenterai Estelle dans un prochain article avec ses Saucony Guide 5. Ca sera l’occasion d’une petite vidéo. A bientôt.

2 commentaires sur “Saucony Guide 5 : le vrai test d’Estelle”


Posté par Aurel Le 22 avril 2012 à 14:59

« une chaussure dont le drop n’était plus de 12 mm mais de 8mm. Un drop de 8mm n’en faisant bien sûr pas une chaussure minimaliste, c’était quand même le gage d’une chaussure de running plus légère… un bon début, non ? »

Euh…
Le drop n’a rien à voir avec la légèreté: c’est simplement la différence de hauteur entre le talon et l’avant du pied.
Pour diminuer le drop, soit on diminue la hauteur de mousse sous le talon, soit on augmente celle sous l’avant pied.
On peut donc avoir une semelle plus épaisse malgré une diminution du drop, et donc (pour une même densité de mousse) une chaussure plus lourde malgré un moindre drop.


Posté par Brooks Pure Grit : le vrai test Le 24 mai 2012 à 17:23

[...] A vrai dire, j’exagère, cela fait presque un mois (ou deux ?) que j’ai reçues les Brooks Pure Grit et je n’en ai toujours rien écrit alors que… alors que oui… et si c’était elles ??? Et si c’était elles qui allaient enfin me faire changer d’avis sur le minimalisme (après un essai râté de réduction du drop en Saucony Guide 5). [...]


Laisser une réponse