Salomon XR Crossmax 2 : le test



 

salomon-xr-crossmax-2it’s time to run #3

Lors de la réception des Crossmax,  je me suis fait la remarque que je n’avais pas utilisé de chaussures Salomon depuis des années, bien que cette marque soit devenu ces derniers temps une marque  emblématique au sein des équipementiers de traileurs. Lorsque  je suis passé du monde de la route à celui des chemins, ma première paire de running était des Salomon (XT Wings me semble t’il…) qui m’avait permis de découvrir à les besoins spécifiques du trail en chaussures tout autant que les caractéristiques techniques de ces modèles justement prévus pour ce type d’activité. Bref, en enfilant lesCrossmax2 c’était un retour à mes premiers pas dans le monde de la course nature,  avec un produit de la marque éponyme du trail.

Le premier contact avec les Crossmax est agréable, assez confortable, je retrouve avec satisfaction le système de laçage Quick Lace avec la petite pochette pour rager les lacets, pratique et efficace, bien que difficile à desserrer parfois après. Puis, la sensation immédiate que le pied est parfaitement maintenu dans la chaussure. Protection et stabilité sont les premiers mots qui me viennent à l’esprit et cela avant même d’avoir commencé la moindre foulée. Coté esthétique (c’est important aussi)les couleurs rouge et noir sont plutôt sympa et c’est une paire de basket que l’on peut éventuellement envisager de porter ailleurs que dans les chemins tourmentés des parcours de trail. Ce qui d’ailleurs est la volonté de Salomon car cette chaussure a été conçu pour une utilisation mixte (route/chemin).

Cela fait aujourd’hui près de 3 mois que je les utilise avec une météo de type hivernal et dans des conditions plutôt difficiles. Au compteur près d’une centaine de kilomètres d’entrainements dans les sentiers du Pilat et 3 courses. Une sur de la neige plutôt épaisse et molle ( La Nuit Blanche du Pilat/14 Km), puis une épreuve sur des chemins relativement secs (Le Défi Vellave/24 Km) et enfin sur un terrain très boueux et glissant (l’Ardéchois/37Km). A l’issue de ces essais, si je ne devais retirer qu’un seul élément des Salomon XR Crossmax 2 ça serait celui ci: une excellente accroche! Que ce soit sur la neige ou dans la boue, leurs performances d’adhérence sont vraiment excellentes.  Exemple, au départ je ne pensais pas les utiliser lors de l’Ardéchois, mais vu les conditions météo j’ai changé d’option. Bien m’en a pris car avec le parcours très boueux et glissant (et je reste modéré)  j’ai pu éviter nombres de chutes (pas toute, mais dans l’herbe grasse et boueuse, aucune chaussure ne résiste… ) grâce à la qualité de la semelle des Crossmax 2.

Tout de suite après, c’est la stabilité et le maintien  qui s’imposent. Caractéristiques vraiment de très bonne facture pour ce modèle chez Salomon. Là encore j’ai pu  éviter pas mal des torsions de chevilles (voir pire encore) lors de mes entrainements ou lors des compétitions. Autre point positif, la protection contre les pierres ou autres objets que nos pieds peuvent rencontrer sur les terrains accidentés que sont les parcours natures. Protection qui est aussi  très performante contre l’eau, la neige et la boue et je peux vous assurer que j’ai vraiment eu ma dose durant ces derniers temps… J’ai bien aimé aussi son dynamisme et son déroulé qui pour une chaussure qui n’est pas présentée comme une bête de course reste toutefois très convenable. Enfin la légèreté de ce modèle qui évite la mauvaise sensation d’avoir du plomb dans les pattes que l’on ressent parfois en fin de séances ou de courses. Question amorti, étant resté sur des  courtes et moyennes distances, je l’ai trouvé satisfaisant et on garde un sentiment de confort même après une trentaine de km sur des chemins tourmentés.

Il est vrai que je n’ai pas vraiment utilisé ce modèle de chaussure pour l’usage pour lequel il soit destiné (entrainement, route et terrain facile),  mais malgré cela j’ai découvert un très bon produit pour des courtes et moyennes distances sur tous types de terrains, même quand ceux ci sont devenus instables à la suite de conditions météo comme la pluie ou la neige. Peut être plus pour des entrainements que pour la compétition, cette chaussure est extrêmement polyvalente ne décevra pas quel que soit l’environnement dans lequel on l’utilise.

It’s time to Salomon XR Crossmax 2

Laisser une réponse