Sac RaidLight Olmo : le test



 

ultra-olmo-8l-2-bidons-600-mlj’ai eu l’opportunité de pouvoir utiliser le sac Raidlight Olmo 8L sur l’UTMB, grâce à Manu de Wanarun, que je remercie.

Testé une première fois sur la Maxi Race avec succès, j’ai pu sans problème y loger le matériel obligatoire pour l’UTMB (En veste/ imperméable j’utilise la Lafuma Speed Trail qui est vraiment très compacte et très légère)

Tout d’abord ce que j’ai apprécié en premier lieu c’est son confort. Léger (470g) et parfaitement stable, ce sac vous donne l’impression d’un sac « gilet » par sa facilité à être près du corps et à ne pas balloter même bien rempli et lors des descentes. Utilisé en mode « bidons »(c’est à dire sans la poche à eau et donc avec la possibilité d’avoir 2 hydratations différentes), j’ai trouvé le positionnement des poches arrières très pratiques, facile d’accès et beaucoup plus confortable et agréables que de les avoir sur les sangles devant. Les bidons (dans mon cas 2×600 ml) sont stables au creux des reins. Ils sont également inclinés à 45 degrés pour une préhension facile. Même si l’on doit les sortir de leur emplacement pour boire (ce qui dans le cas d’un coureur lent comme moi n’est pas un souci), on ne se retrouve pas avec 1,2 kg sur la poitrine (quand ils sont pleins) et ce poids se retrouve répartis sur le dos ce qui est bien plus agréable pour sa position et son attitude de course (ou de marche) et confortable en transport.

Le port est plutôt haut ce qui permet une bonne ventilation dans le dos et notamment sur les reins ou il n’y a pas de frottement. Le compartiment arrière est simple (une grande poche) ou vous pouvez ranger tout le matériel et l’équipement. J’ai utilisé l’ouverture (de la poche à eau) pour faire passer le câble de ma frontale Ferei HL20 (Le top) et ainsi déporter le poids de ma batterie quadruple durée dans cette poche. Une poche filet extérieure m’a bien servi pour loger mon gobelet rigide 25 cl (beaucoup plus pratique et d’une contenance correcte, que les mini gobelets pliable). Sur le devant vous avez 6 poches, 2 poches zippées sur la ceinture, 2 poches zippées sur les bretelles et 2 poches mesh sur les bretelles qui permettent d’avoir tout votre nécessaire alimentaire (gels, barres), téléphone, MP3, etc..  Le système de fermeture est bien étudié et fiable et protège bien chaque élément. On peut peut être discuter de l’opportunité de 6 poches plutôt que 4 plus grandes, mais si on en utilise 2 pour des flasques (200 ml) cela peut être utile pour bien séparer les différents rangements. On retrouve aussi des élastiques pour le portage des bâtons à l’arrière, qui sont manoeuvrables sans avoir à enlever le sac.

Sur un ultra (et même sur un trail court), l’ergonomie, le confort et le côte pratique sont les critères essentiels sur un sac, on retrouve tout cela sur le Raidlight Olmo 8L. Inutile donc de s’embarrasser d’un sac plus grand, plus lourd, plus cher même sur une épreuve comme l’UTMB avec ses exigences en matière de matériel obligatoire et les besoins d’un coureur lent. Je l’ai eu sur sur le dos durant plus de 24h et jamais n’est vraiment ressenti de « poids » sur les épaules ou dans le dos.

Un commentaire sur “Sac RaidLight Olmo : le test”


Posté par Rohnny Le 19 septembre 2015 à 8:22

Merci pour ce test bien intéressant.

Répondre


Laisser une réponse