Résultats du Marathon de Paris 2009


 

Température et temps idéal pour ce 33ème marathon de Paris, les handisports ont lancé le bal en partant a près de 30 km/h et les athlètes de haut niveau sont partis sur le rythme des lièvres a 3min/km.

Résultats du marathon de Paris 2009 chez les hommes :

  1. Vincent KIPRUTO 2h05m47s (record du marathon de Paris)
  2. Bazu WORKU 2h06m15s
  3. David KIYENG 2h06m26s

Résultats du marathon de Paris 2009 chez les femmes :

  1. Bayisa ATSEDE  2h24m42s
  2. Aselefech MERGIA 2h25m02s
  3. Christelle DAUNAY 2h25m43s (Record de France)

L’ensemble des résultats pour tous les participants

Vours avez couru le marathon de Paris 2009 ? Laissez un petit message en nous donnant vos impressions : ambiance, organisation,…

21 commentaires sur “Résultats du Marathon de Paris 2009”


Posté par   Inscription au marathon de Paris 2009 et au semi-marathon de Paris 2009 Le 5 avril 2009 à 11:48

[…] Récents : Résultats du Marathon de Paris 2009 […]

Répondre


Posté par mikael Le 5 avril 2009 à 19:01

tres sympa ce marathon et en plus la meteo etait au rdv!Plein de photos sur notre blog, a bientot !!

Répondre


Posté par cafou Le 5 avril 2009 à 20:07

c’était mon premier marathon. L’organisation est extraordinaire et en plus on a eu un météo excéllente. J’étais parti pour 4h15 et à partir du km 28 tendinite du genou droit. J’ai terminé au mental en 5h21. Merci encore aux kiné du km 35 qui m’ont fait un strap me permettant de terminer. A l’année prochaine!

Répondre


Posté par FRED Le 6 avril 2009 à 8:19

Premier marathon, inscrit en sas 4h au départ pour un temps final (net) de 3h 38 minutes et 33 secondes. Organisation impeccable. Rien à dire : vestiaires, ravitaillements, soins … Public relativement nombreux et chaleureux. Température agréable, beau temps … Question parcours, je suis un tout petit peu plus mitigé : un goulet d’étranglement (marche) juste après le premier ravitaillement, les parties Vincennes et Boulogne un peu longues par rapport à un marathon dit « de Paris » mais j’imagine que la préfecture ne souhaite pas qu’on neutralise tout Paris et la cohabitation avec les gaz d’échappement sur une portion le long des quais. Sinon, évidemment la partie « Paris » pure est géniale. Et surtout mon gros regret, j’avais loué un GPS chez Sport-Innovation pour que famille et amis puissent me suivre en direct et que je puisse rejouer ma course et malheureusement celui-ci n’a pas fonctionné du tout faisant quelques déçus …

Répondre


Posté par newgam Le 6 avril 2009 à 10:51

c’est pas Christelle BAUNAY mais Christelle DAUNAY qui a fini 3eme du maraton de paris 2009 chez les femmes, sinon Christelle BAUNAY , moi je connais pas …..!!!!!!!!

Répondre


Posté par Manu Le 6 avril 2009 à 10:54

Désolé c’est un simple faute de frappe, voila c’est corrigé !

Répondre


Posté par FRED Le 6 avril 2009 à 13:07

J’ai oublié une critique dans mon commentaire précédent (on va dire que je ne fais que râler …) mais je trouve que le T-shirt offert aux participants, en N&B, fait un peu cheap surtout comparé aux T-shirts techniques offerts par d’autres courses aux frais d’inscription beaucoup moins élevés. Bon maintenant, c’est promis, j’arrête de me plaindre et je reviendrai ne serait-ce que pour récupérer un nouveau T-shirt 🙂

Répondre


Posté par SEILLERY Le 6 avril 2009 à 13:48

Mon premier marathon à 38 ans et avec 4 mois « d’entrainement « . Une promesse faite à mon fils Antoine (6 ans 1/2) qui a vu un de mes amis, Rémi (champion de France de boxe) l’an dernier réaliser cette course aisément. Un défi réalisé pour mon fils, pour moi… Merci à ceux qui m’ont accompagné avant (à toi Caroline), pendant (Capitaine St Cyrien Garrivet), après (mes parents, ma famille, mes proches, mes amis…). Tous deviennent source de réussite. Sans eux l’enfer des 7 derniers kms (les jambes ne fonctionnent plus, les pieds rasent le sol en butant sur le moindre défaut de l’asphalte, les débuts de crampes, les douleurs aux hanches, les chevilles gonflées, les pieds en feu, même les bras deviennent lourds, les larmes…)-37 kms-. Je craque, les nerfs lâchent, la pression s’en va, elle m’abandonne pour me laisser face à moi-même, face à mes faiblesses et mes carences, mes lacunes physiques. Le souffle est là, le cœur y est aussi, l’envie, la rage aussi sont présentes : je ne céderai pas ! J’irai au bout, à l’arrivée où mon fils m’attend, à nouveau les pleurs, la peur de le décevoir, de les décevoir, de me décevoir. Je ne suis pas  » comme un pilote en son navire  » (Descartes), j’ai beau ordonner à mes jambes, commander par l’esprit à mes pieds de se lever… rien n’y fait : je n’avance plus-37.5 kms-. Dualité de l’âme et du corps si chère à Platon. Son maître à penser est là en moi, il m’anime : plutôt mourir que de céder au mensonge. La Vérité (de soi), le vrai (sur soi), seul cela compte. Qui suis-je ? Où vais-je ? Le marathon, ce dépassement de soi que l’on s’impose, repousser les limites de ce que l’on sait de soi, nous rapproche de cette réponse-38 kms-. J’ai l’impression de faire du sur-place tant, ceux qui étaient derrière moi jusqu’alors, me dépassent. Etat second, je ferme les yeux pour ne pas voir que le décor ne défile plus, je « m’endors » pour oublier que je souffre, il ne faut pas, plus s’écouter, ne plus penser, se mettre en mode automatique, pas à pas, avancer…-38.5 kms- Ne plus penser en km cela fait longtemps d’ailleurs que je calcule en 100aine de mètres. Maintenant, j’ai l’impression que mes foulées sont minuscules, ce sont des pas, marche-je ? Mon avancée se calcule en centimètres ! Combien de temps mettrai-je 30 cms par cms ? -38.8 kms- Vais-je y parvenir ? Je sens la crampe au mollet gauche qui arrive. Il me faut l’éviter sinon tout est compromis. J’étais inscrit chez les vert : 4h00 pour finir. Au km 21.1 en 2H10, au 30 km 3H02, j’étais encore dans les temps il y a 7 à 8 kms. Maintenant, je suis dans l’étang en train de me noyer. J’ai mal, je frissonne, je n’entends plus la foule qui nous encourage. Je suis en moi, dans mes entrailles, avec mes tripes, à l’intérieur. Il faut sortir de là sinon… mon corps m’envahira, parlera à ma tête et prendra le dessus, il ne faut surtout pas !!! -39 km- Penser, vite, penser à autre chose, s’occuper l’esprit. Se concentrer sur le souffle, le soleil qui me chauffe le dos, sur mon objectif : finir, en finir. -39.2 kms- Penser à mon fils Antoine qui m’attend depuis ce matin 9H00, que j’ai fait lever ce dimanche matin à 6H30 pour m’accompagner. Penser à Caroline qui m’a accompagné en vélo sur pratiquement toutes mes sorties cet hiver (qui pleuve, qu’il neige ou gèle) jusqu’à 1H30 du matin une fois ! -40 kms- Mes parents qui me suivent par sms et ma puce dans la chaussure, mes proches à qui j’en ai parlé, mes collègues qui sont venus et que j’ai aperçu sur le parcours, les autres qui m’attendent lundi pour en discuter. Je ne peux pas les décevoir. Je ne peux plus maintenant renoncer, céder. -41 kms- Se dire, que je souffrirai plus et plus longtemps encore de ma déception de les décevoir que de cette souffrance actuelle et  » passagère « . -41.5 kms- Penser à tous ceux contre qui je le fais. Tous ceux qui ont douté, s’attendent à ce que je n’y arrive pas, ceux pour qui c’est normal puisque… Ceux qui ont déjà préparé les petits mots réconfortant près l’échec, ceux qui doutent de vous, ceux qui vous freinent. Contre ceux dont les excuses, les prétextes, les conseils de ne pas faire comme ci, ceux qui n’auraient pas fait comme ça, comme toi, comme nous, comme moi… Ceux qui doutent pour vous, de vous, pire; ceux qui pourraient vous faire douter ! En effet, le Marathon est un défi que l’on se lance, pour certains, et que l’on s’impose contre d’autres, contre soi… -42 kms- Un rond-point, une place pleine de monde, j’entends à nouveau les encouragements, je revois la lumière, je sens les rayons du soleil… Je pleure parce que je sais maintenant que je vais y arriver. Je retiens mes larmes, je veux faire bonne figure. Non, en fait, je ne veux pas que mon fils me vois pleurer car je ne souhaite pas qu’il pense que le sport est uniquement une souffrance, je veux qu’il l’associe à une communion, à une fête, à un grand moment de joie partagée. Oubliées les douleurs. Je pense à mon fils, à Antoine, à cette médaille que je vais lui mettre autour du cou. L’arche d’arrivée est là devant nous ! On l’a fait ! On y est ! me dit Harold (le Capitaine St Cyrien), on se prend la main, on franchit cette ligne, fiers de nous. -42 kms 195- Dans les bras l’un de l’autre nous fondons en larmes comme des Hommes, des vrais (félicitations à tous : femmes, hommes, associations, âges et corpulences). Un leçon de courage, d’humilité et d’HUMANITE ! Stéphane (dossard 38 936) : 4 H 25 mns.

Répondre


    Posté par Adrien Le 27 octobre 2015 à 12:10

    Salut à tous, Bravo a toi Stéphane pour ta victoire sur toi même, ta course et ton récit, j’étais là moi aussi et je vivais exactement les mêmes choses que toi. En te lisant aujourd’hui j’ ai revécu la course et mes larmes ont coulées, tellement le souvenir est resté fort six ans après la course… adrien


Posté par CHRISTINE Le 6 avril 2009 à 21:00

Pour mon second marathon de Paris, j’ai pris toujours autant de plaisir. Bravo à l’organisation qui a été à la hauteur pour accueillir si chaleureusement les participants. Le seul problème pour moi et il est très important, c’est le chronometrage erroné par rapport à ma montre. Même le bipeur des temps de passage était différent d’un portable à l’autre. C’est très frustrant au bout de tant d’effort car j’ai 13 minutes de différences avec le chrono officiel. En effet, dans le classement, je me retrouve classée derriere un personne que je connais alors qu’elle est arrivée après moi dans le couloir. Je suis vraiment très déçue et espère qu’il y aura un rectificatif. A part cela un marathon est vraiment une super expérience et on va vraiment au bout de soi même. Alors bravo au premier comme au dernier car il faut le faire.

Répondre


Posté par pat Le 7 avril 2009 à 11:29

Salut à tous, C’était mon premier marathon, et je découvre un écart de 8 minutes, en ma défaveur, entre mon chrono et l’officiel, quelqu’un aurait-il une info à ce sujet ? Merci et à +

Répondre


Posté par Manu Le 7 avril 2009 à 11:31

@pat c’est ton temps brut c’est normal tu regardes les temps de passage, tu auras le temps officiel de la puce.

Répondre


Posté par FRED Le 7 avril 2009 à 11:36

Sur le diplôme officiel délivré sur le site web du marathon de Paris (rubrique résultats, chercher ton nom puis ouvrir le pdf) tu auras à la fois le temps officiel (mesuré depuis le coup de pistolet même si tu as mis 15 minutes à franchir la ligne de départ) et ton temps net mesuré à partir du moment où tu as passé la ligne de départ. En officiel par exemple je suis à 3h46m05s et en temps réel de course je suis à 3h38m33s qui est exactement ce que j’avais mesuré avec mon chrono.

Répondre


Posté par pat Le 7 avril 2009 à 11:46

Merci pour ta réponse, Manu. Me voilà rassuré… Bonne récupération à toi… Sinon, j’en profite, pour la récup, mes jambes vont bien, juste un tout petit peu courbaturées, mais rien de gênant. J’ai prévu 15 jours d’arrêt complet, puis reprise en petite douceur, auriez vous des infos…à ce sujet ? Pat.

Répondre


Posté par Manu Le 7 avril 2009 à 11:53

@pat je ne te donnerai pas de conseils mais plutôt te dire ce que moi je fais Si tu as un vélo d’appartement ou même un vélo normal : moi je fais un peu de vélo tout doucement en moulinant sans forcer et quelques étirements après…

Répondre


Posté par FRED Le 7 avril 2009 à 17:29

Ce que me préconise mon coach côté récup : – une semaine sans courir – une ou deux séances de piscine cool – du vélo (du vrai, sur route de préférence ou du home trainer) toujours cool évidemment Mercredi soir, par exemple, j’accompagne le groupe en vélo (eux préparent St Michel) Et reprise au bout de 8 jours en fonction des échéances prochaines (dans mon cas, j’ai un 10 dans un mois donc je vais refaire un peu de « vitesse » avec du fractionné par exemple).

Répondre


Posté par CHRISTINE Le 8 avril 2009 à 8:25

Merci à Fred et Manu pour les explications concernant les temps de passages. J’ai effectivement eu confirmation de mes temps sur le lien que vous m’avez indiqué. Cela me rassure sur mon chrono qui est de 4h40 alors que je m’étais fixé 4h30. Mais après le 37ème km c’était vraiment trop difficile. Tout est vraiment une question de mental. Bonne récupération à tous et on peut le dire « BRAVO LES MARATHONIENS » on peut être fiers de nous quel que soit le temps que chacun ait mis car on vit ce moment dans une grande solitude au milieu de milliers de gens qui ont tous le même objectif « ARRIVER AU BOUT ».

Répondre


Posté par Pat Le 8 avril 2009 à 9:13

Merci Fred… C’est le type de programme que je sentais en moi, du coup, je vais l’appliquer en toute sérénité, merci pour tes conseils… Pat.

Répondre


Posté par Antoine Le 8 avril 2009 à 14:27

C’était mon premier marathon également. Objectif 4h-4h15. Objectif explosé dans le mauvais sens ; je suis arrivé en 4h45… Une vive douleur au genou droit m’a empêché de maintenir la bonne allure à partir du 30ème km. Les 12 derniers km ont été longs…très longs… Un mélange de rage, de douleur et d’impuissance. A partir du 37km, les larmes se sont également invitées… Mais je l’ai fini, je suis allé au bout de cette distance qui m’a si longtemps fait rêver !!! L’organisation est top ; sur le parcours, je partage l’avis de Fred (salut Fred), j’ai trouvé les parties Vincennes et Boulogne un peu long et j’ai détesté le tunnel des Tuileries (700m sous terre à entendre les cris résonner sans fin…). Mais que de sentiments !!!

Répondre


Posté par Pat Le 8 avril 2009 à 14:43

Puisque nous en sommes aux sensations… c’était mon premier, moi aussi, je partais sur la base 4h30… et puis, 1 mois avant l’épreuve, je me suis dis que 4h15/20 pourquoi pas… mais bon, il faut savoir où l’on se situe et ne pas jouer à la Grenouille qui voulait devenir aussi grosse que le Boeuf… La course s’est super bien pasée, aucun coup de fatigue ou lassitude, aucune douleur, que du bonheur ! Au 30èm je me suis dis que j’en avais encore sous la semelle, envie d’accélérer, mais soucis, aucun répère au delà de 25 km… du coup, je la joue prudence… et décide d’accélérer au 35èm pour passer à 80/82% de la FCM… puis sans doute (…) à 90% sur les 2 derniers, putain, ça n’arrêtait pas d’accélérer et aucune fatigue !!! Avec l’experience, l’année prochaine, je partirait un peu moins lentement. Pour info : 5 km 00:30:59 10 km 01:05:20 15 km 01:35:07 21.1 km 02:12:25 25 km 02:36:02 30 km 03:06:35 35 km 03:36:40 Arrivée :04:16:18 Pat.

Répondre


Posté par Steph Le 9 avril 2009 à 14:17

Tout simplement génial ! Du plaisir grâce à l’ambiance et au contexte et de la souffrance à la fois dans les derniers kilomètres. Au niveau organisation rien à redire, tout à été parfait (du moins pour ma part). Je termine en 4h08, pour un premier marathon sans réel objectif je suis plutôt satisfait. Pour le prochain, il faut que je passe en dessous de 4h !

Répondre


Laisser une réponse