Réflexologie plantaire et course à pied


 

Il y a quelques mois déjà, Stéphane (à gauche sur la photo) plus connu sous le nom de Stef Runnerfou, alors membre éminent de l’équipe Wanarun et en pleine période d’entraînement en vue d’un marathon automnal pieds nus, vous avait brièvement présenté quelques notions de réflexologie plantaire en vous promettant d’en dévoiler rapidement un peu plus. Depuis pas mal d’eau a coulé sous les ponts. Stéphane a choisi de suivre un nouveau chemin de vie qui ne passe plus par une présence aussi active qu’avant sur le web ni par une contribution au site Wanarun. Il a néanmoins tenu, chose promise, chose due, en guise d’au-revoir à vous apporter les compléments d’information annoncés. Je me fais ici son porte plume … « Stef, bonne chance dans ta nouvelle vie 🙂 »

La réflexologie : bénéfices chez le coureur à pied ? Pourquoi marcher ou courir nu-pied ?

A la base de la réflexologie, il y a cette notion fondamentale que  la forme du pied, sa peau, sèche ou non, son état, gonflé ou non, nous renseigne sur notre état de forme global et notre façon d’avancer dans la vie. Le pied comme miroir de l’âme et du physique de l’individu. Une douleur au pied peut vouloir signifier différentes choses : un autre organe ou zone du corps en « difficulté », un problème local, un sentiment de tourner en rond, de … piétiner, un conflit avec l’autorité (zone des orteils), un manque de confiance en soi ou dans la vie (zone du talon).
Le pied nous renseigne aussi sur le caractère : pieds en dehors = ouverture, extraversion, mais aussi écartement de soi, de son axe. Pieds en dedans = timidité, peur de l’extérieur, du social, enfermement.
Les pieds représentent également notre position par rapport à la matière, la réalité, la maturité … Ne dit-on pas mettre quelque chose sur pied, attendre de pied ferme.

Il y a également dans de nombreux écrits, la relation symbolique sexuelle du pied. Pour Annick de Souzenelle, les pieds symbolisent notre féminin, l’Ame. Elle dit que toute maladie est signifiante, celle du pied dénonce un faux départ.

Le pied, c’est aussi la cheville qui indique la décision de direction à prendre, avec plus ou moins de souplesse. La cheville évoque la stabilité, elle permet la rotation, comment changeons nous d’orientation dans les moments importants de notre vie. Aisément ou péniblement. Entorse et foulure à répétitions peuvent donc signifier un refus dans la direction choisie, une culpabilité, un manque de sûreté dans notre prise de décision.

Le pied c’est l’enracinement, la position, la présence, l’assise, notre contact avec la terre, avec les autres et nous-mêmes. Dans cette optique, plus on est près de la nature, plus on près de la nôtre.

Les orteils représentent le haut du corps, l’autorité paternelle, masculine, sociale, les lois et les règles. La dynamique masculine. Les orteils sont ce que l’on met en avant de soi.

Le gros orteil  représente symboliquement notre personnalité. L’hallux valgus, (déformation du g o) détourne, celui-ci de son axe et cela  peut signifier la façon de se mettre sur le côté, de se dévaloriser, de mettre les attentes des autres en avant par devoir ou respect de l’autorité par exemple.

Le talon c’est l’assise, le passé, la naissance, la relation à la mère, à la femme, la dynamique féminine. Marcher en s’appuyant exagérément sur les talons, peut-être le signe d’une affirmation de soi pour compenser une grande timidité par exemple.
Voilà quelques idées pour situer un peu cette partie si importante de notre corps.

Par rapport à la course à pied :

Les orteils représentent donc ce qu’on met en avant comme des antennes qui renseignent sur ce qui est devant soi. Si mes antennes sont fonctionnelles (comme un périscope), je peux réagir efficacement, presqu’instinctivement. Comment est le sol ? Y-a-t’il  des obstacles à contourner ? Il est possible que la chaussure, en rassurant (puisque protégeant des défauts du terrain) diminue la fonction d’information de nos orteils et supprime ce besoin de recherche d’informations sensorielles. Les orteils peuvent donc céder la place au talon.

Les orteils permettent de s’adapter en souplesse à la réalité du terrain. Le gros orteil est la base de l’appui. Le coureur ne prend-il pas le départ en s’appuyant surtout à ce niveau ?

L’importance des chaussures est significative dans notre société. La semelle inhibe la sensibilité, les informations, donc la capacité d’adaptation à notre environnement . Elle peut déformer ces renseignements.

La réflexologie est bénéfique car elle aide à la ré-harmonisation. Elle rééquilibre par son action « réflexe ». Comme par un effet miroir, on envoie un message par un toucher spécifique, en partant de la miniaturisation des zones du corps représentées dans les pieds, vers l’ensemble du corps et de ses organes. Il y a action au niveau sanguin, osseux, musculaire, hormonal, etc.

Sur le plan symbolique, il y a action sur notre façon d’être, de vivre, de prendre la vie en main. Rééquilibrage du passé, du présent, de l’avenir puisque le pied représente notre vie depuis la conception, jusqu’à la naissance.

Il serait bon que chacun réalise l’importance de s’occuper des pieds, de les toucher, les soigner. Il est possible de calmer, de stimuler, réparer les blessures du temps, de la vie.
Sans oublier la prévention, en effet la réflexologie fait partie de ces médecines douces et préventives. Elle peut réactiver des zones stigmatisées, débloquer des ancrages, aider à prendre conscience qu’il est possible d’abandonner des situations passées qui n’ont plus lieu d’être maintenant. Comme des empreintes qui s’effacent sur le sable.

Une petite bibliographie :

Librairie de Médicis : Vos orteils en disent long sur votre personnalité et votre caractère, de Imre Somogyi

Edition Quintessence : Le grand dictionnaire des malaises et des maladies, de Jacques Martel

4 commentaires sur “Réflexologie plantaire et course à pied”


Posté par Christophe Tessier Le 7 mars 2011 à 9:41

Ca me parle!!! Ma femme est réflexologue! Il est clair qu’une approche thérapeutique est tout à fait possible en réflexologie plantaire qui est souvent considérée, à tort, uniquement comme une pratique de bien-être. La réflexo thérapeutique s’intéresse aux causes des maux et ne se limite pas au traitement des symptômes. Elle donne aussi la possibilité d’intervenir à « distance » sur des zones douloureuses. A titre perso, ce que m’a apporté la réflexo: – soulagement du dos: blocages (impossible de me mouvoir) fréquents (3-4 fois par an) de la zone lombaire par contractures musculaires, maux chroniques pendant des années, liés à beaucoup de déplacement, mauvaise hygiène de vie, stress etc… – soulagement sciatique (2 séances à 3 jours d’intervalle et hop plus rien) – soulagement rhinite allergique (rhume des foins) Ma femme me suit également en préventif, à raison d’une séance toutes les 4-6 semaines. En ce moment, je suis en prépa marathon (mon premier, Rotterdam le 10 avril). J’ai donc « droit » à 1 séance hebdomadaire et j’avoue que ce n’est pas du luxe compte-tenu du plan d’entraînement…

Répondre


Posté par Julie Le 7 mars 2011 à 17:07

Merci stef !!

Répondre


Posté par Guy67 Le 8 mars 2011 à 6:24

Merci Stéphane pour cette découverte de la réflexologie et bon vent à toi sur ton nouveau chemin 🙂

Répondre


Posté par Adieu Stéphane Le 27 mars 2011 à 3:02

[…] quelques temps, pris ses distances avec le web mais avait tenu récemment à m’envoyer un dernier article sur la réflexologie plantaire, un sujet qui l’intéressait particulièrement. A cette occasion, il m’avait appelé au […]

Répondre


Laisser une réponse