Reebok One Cushion : le test



 

reebok-one-cushion-test-1Reebok est une marque connue dans le monde du sportwear … pourtant niveau chaussures de running, on va dire que leurs modèles ne courent pas les rues. Normal puisque la marque (rachetée par Adidas quelques années auparavant) avait un peu laissé ce créneau de côté. Mais REEBOK espère bien rattraper le temps perdu avec ce nouveau modèle « One Cushion » qui fait lui-même partie d’une gamme de 4 modèles (Trail ou Route) intitulée « One Series ». Alors qu’en est-il? Coup d’épée dans l’eau ou nouveau sérieux concurrent dans l’arène? Verdict.

Premières impressions

Sur le papier la couleur me plait bien. Au moment du déballage, je dois avouer être quand même surpris par le coté fluorescent. Je sais que les coloris flashy sont tendance mais l’effet « luciole » me laisse perplexe. Pourtant la chaussure a de la gueule. C’est sûr, mes séances de test ne passeront pas inaperçues et si je comptais les faire discrètement la nuit, c’est aussi raté. Pour le reste, j’avoue que la chaussure est réussie, sans trop en faire. En la chaussant, j’ai un petit doute sur l’utilité de l’embout renforcé à l’avant du pied. A quoi bon pour des chaussures de route? Surtout que cela pourrait créer des irritations. Mais à l’enfilage, je suis de suite à l’aise. Je trouve la chaussure carrément confortable, onctueuse. Et dès les premières foulées, je suis très emballé: la chaussure est à la fois agréable, souple et pourtant va de l’avant … étonnant alors que j’ai tendance à plus apprécier les chaussures « rigides ». La chaussure mais surtout la semelle est composée de trois zones spécifiques : contact (talon), transition (milieu), propulsion (avant) qui ont donc chacune leur utilité et leurs caractéristiques propres. En voyant cet étalage de technologie appelé Foam Fusion je suis plus que dubitatif sur son effet et ai surtout peur d’un nouvel argument commercial. Et bien je dois avouer que pour le coup l’un n’empêche pas l’autre …

Dans l’action

La chaussure accompagne vraiment le pied dans son mouvement naturel, chaque zone joue son rôle (absorption, transition, accélération). Même les crampons semblent s’en mêler et se plier et se modifier lors du déroulement de la foulée pour se servir au mieux de la rugosité du sol. De plus le pied est bien maintenu à l’arrière, et l’avant de la chaussure est bien large. Certains le trouveront peut-être trop ? Le renfort dont j’étais plutôt frileux, n’est pas gênant, suffisamment souple pour ne pas être une tare. Bref en terme de confort je suis ultra satisfait, et j’ai pris mon pied dès mes premières sorties. Une chaussure souple et dynamique à la fois. Sur des phases de fractionné, la chaussure peut légèrement souffrir d’un manque de rigidité et de rendu à l’impact du sol mais cela reste presque anecdotique. D’ailleurs la foulée avec ces chaussures est très plaisante et le drop pas très prononcé (7mm) me semble correctement dimensionné. Lors d’une de mes sorties sur terrain humide, j’ai pu constater un léger manque d’accroche dans les virages très appuyés mais rien ne remettant en cause son utilisation principale et son domaine de prédilection : les sorties sur bitume. La chaussure est dans l’ensemble solide et de bonne facture. L’amorti est super et semble adapté à un coureur de tout poids. Bien sûr pour un poids plume, ce type de chaussure ne sera pas le plus adaptée mais loin d’être un handicap. Toujours est-il qu’un coureur de corpulence moyenne devrait trouver ici une chaussure polyvalente, à mi-chemin entre la pratique de la course à pied en compétition et de celle en loisir.

Les autres détails

Dans le temps et les sorties qui ont suivies, le premier ressenti est confirmé. La chaussure est toujours aussi agréable. Bref je reste séduit. Pas d’usure notable à déclarer. Le coté « sobre » (pas de crampons extravagant ou de forme complexe) joue certainement en sa faveur. D’ailleurs pourquoi faire compliqué quand la simplicité fait ses preuves. La couleur n’a pas non plus fané dans le temps (presque dommage). Que dire de plus? Parler des lacets plats ou de la technologie utilisée pour la languette, ou bien des différents meshs présents sur la chaussure. Pas vraiment d’importance puisqu’aucun de ses détails ne m’ont ni gênés, ni semblés remarquables. Je ne me suis pas non plus amusé à courir dans les flaques pour savoir si le pied restait au sec. N’ayant eu aucune irritation, ampoules, transpiration exagérée durant toutes les sorties effectuées, je me contenterais de dire que la chaussure est réussie et qu’il n’appartient plus qu’à vous de la tester … et qu’il serait presque dommage de passer à côté.

Conclusion

On ne va pas tourner autour du pot très longtemps, Reebok revient en grande pompe dans le marché du running avec ce modèle Route «One Cushion ». Et le vrai atout de cette chaussure, hormis son coloris à faire pâlir les lucioles, réside principalement dans sa semelle. Pour ma part, je trouve que le rendu est à la hauteur des ambitions : un très bon produit. Ce n’est peut-etre pas LA chaussure pour faire la perf du siècle (quoique), par contre niveau plaisir/confort, elle se hisse parmi mes préférées. Alors quand en plus, le prix d’appel est de 100euros (ce qui est malheureusement désormais devenu un prix relativement bas), on peut naturellement penser que cette chaussure a tout pour devenir une référence. Pour moi c’est une évidence, cette chaussure va souvent accompagner mes sorties d’entrainement, voir bien plus.

Les plus

  • Une technologie bien maitrisée
  • Une semelle au top : confort et dynamisme
  • Si on met de côté les couleurs (ce qui n’est pas forcément évident je l’avoue), la chaussure reste sobre
  • La flexibilité  des crampons qui aide à la motricité
  • Le prix

Les moins

  • On vous voit arriver de loin. bref le coloris n’est pas passe partout et pas d’autres coloris semblent disponibles … hormis le modèle femme qui semble lui plus discret.
  • Vraiment pour trouver d’autres défauts on citera alors le léger manque d’accroche en virage et un potentiel manque de rigidité pour les poids plume …

 

Laisser une réponse