Quand Harry rencontre Lassy


 

Un article rédigé par Nicolas, l’un de nos fidèles visiteurs … Vous aussi vous pouvez nous transmettre votre prose ! N’hésitez pas …

Voilà l’été, enfin l’été, enfin l’été-é-é…
J’adore courir sur le lieu de mes vacances… à moi les plages, les routes et les chemins inconnus. Mais il m’arrive souvent lors de ces sorties de croiser des chiens errants, je ne me suis jamais vraiment inquiété car souvent les chiens sont joueurs et m’accompagnent sur quelques mètres, jusqu’à ce week-end… Je découvrais la région d’Avignon lors d’un footing matinal lorsque deux chiens (un berger allemand et un lévrier) ont fondu sur moi de façon très agressive. Fort heureusement et comme vous vous en doutez, vu que je vous écris aujourd’hui, je suis sorti indemne de cette rencontre.

Souhaitant tirer un enseignement de cette confrontation et n’étant pas certain que je m’étais comporté comme il le fallait je me suis adressé à une spécialise des relations Hommes/Chiens (http://www.agnesv-comportementaliste.com/) et voilà ses conseils :

« L’attitude à avoir dépendra du comportement du chien rencontré :

· S’il semble vous ignorer, faites en autant : « passez votre chemin » : ne le regardez pas (pas même un regard, c’est important), et poursuivez votre jogging dans le calme.

· Si au contraire, il semble vouloir vous approcher par curiosité ou agressivité, arrêtez vous tranquillement de courir, ne bougez plus, regardez ailleurs et ne dites rien : dans cette situation ou le chien peut réagir agressivement parce qu’il a peur, il faut à tout prix éviter de le regarder ou fuir en courant ! En effet, courir risque d’éveiller l’instinct de prédation du chien agressif, et là, même le meilleur sprinteur du monde ne pourra pas le distancer !

· Si le chien vous approche malgré tout, ce ne sera généralement que pour vous flairer.
Une fois fait, il poursuivra très probablement sa route sans vous prêter plus d’attention, si vous-même ne faites pas attention à lui.

Rassurez vous, il est exceptionnel, autant pour les personnes que les chiens se promenant, de rencontrer un chien qui veuille vraiment « en découdre » avec vous au point de vous agresser véritablement par morsure sans avoir auparavant grogner ou montrer des signes préventifs d’attaques.

En résumé, plus vous banaliserez la rencontre avec un chien errant ou en liberté en l’ignorant : pas un regard, pas un geste, pas un mot, moins vous aurez de difficulté avec celui-ci. »

Je saurai dorénavant comment appréhender ces rencontres et vous aussi 😉

Passez de bonnes vacances et courez bien !

10 commentaires sur “Quand Harry rencontre Lassy”


Posté par Aurélie Le 21 juillet 2010 à 6:39

De judicieux conseils ! Je dois pourtant avouer que c’est parfois rageant de faire son entraînement en pointillé en raison des clébards qui vous foncent dessus. J’ai passé mon été 2009 à m’arrêter pour cause de chiens manifestement agressifs (et dont les maîtres qui les promenaient sans laisse passaient leur temps à me répéter « vous inquiétez pas ils sont gentils »…). Je me sens encore plus démunie maintenant que je cavale sans chaussure (c’est stupide d’ailleurs parce que je n’ai jamais usé de mes chaussures contre les chiens mais c’est ainsi). Depuis que je fais de la course à pied, mon regard sur les chiens est singulièrement différent…

Répondre


Posté par Laurent Le 21 juillet 2010 à 11:55

Il m’arrive régulièrement de rencontrer des chiens qui gardent leur territoire quand je coure en campagne. Le fait de s’arrêter et de le regarder droit dans les yeux perturbent le chien, et s’il continue a avancer il suffit de lui »gueuler » dessus en lui disant de rentrer chez lui ! Ça marche la plupart du temps 🙂 Par contre lorsque la nuit commence à tomber c’est une autre histoire et j’ai entendu parler d’une sorte de bombe qui envoi des jets de produits non toxique (à la citronnelle) pour éloigner le chien, je ne sais pas ce que ça vaut vraiment ?

Répondre


Posté par VincentC Le 21 juillet 2010 à 13:10

Lors d’un récent séjour dans les Alpes, j’ai pu noter la popularité des bâtons en rando et trail. Au delà des usages prévus de la chose, ça me semble être assez utile pour repousser les molosses. Sinon, j’ai souvent eu des rencontres avec des chiens menaçants, mais n’ai été mordu qu’une fois, par un roquet de 20 cm au garrot (il était accompagné par sa maîtresse, qui n’en avait aucun contrôle). En campagne, les chiens veillent souvent sur une maison ou une ferme, alors je prends l’habitude de ne pas passer entre le chien et la ferme, quitte à faire un détour. De même si le chien est avec un promeneur, je laisse le chien entre son maître et moi (plutôt que de passer entre le chien et son maître). Je ne regarde jamais les chiens directement (mais je les surveille du coin de l’oeil) et je ralentis avant d’arriver à leur hauteur. Si le chien ne semble pas agressif, mais qu’il parait vouloir étudier l’intrus, je ne refuse pas le contact, je ralentis ou me mets à marcher, et je laisser les bras tomber le long du corps pour qu’il vienne renifler, c’est parfois suffisant pour que le chien se montre satisfait. Certains chiens m’ont pourchassé, mais sans chercher à mordre: dans ce cas, ne pas accélérer, et garder son calme ! Mais pour l’instant, hors incident roquet, pas de problème. Vincent

Répondre


Posté par Arnaud Le 22 juillet 2010 à 17:49

Faites comme moi : réconciliez chien et course à pied en pratiquant le canicross 🙂 Le chien est relié au maître par une longe élastique, et tracte avec plus ou moins de force et plus ou moins d’endurance, mais beaucoup ont un esprit de compétition aussi fort que le nôtre! A l’entraînement, je gagne 1 min au kil, donc les genoux sont vraiment sollicités, et ce serait du masochisme pieds nus (aïe, aïe, aïe!) Du coup, mon chien court souvent en liberté à côté de moi sur les sentiers autorisés. Pour donner mon point de vue de propriétaire de chien, je suis désemparé lorsque l’on essaie de m’ordonner de tenir mon chien en laisse, alors que celui-ci trottine gentiment, oreilles en avant, queue frétillant avec un regard amical…

Répondre


Posté par Aurélie Le 22 juillet 2010 à 18:05

Arnaud, Oui, je trouve que le canicross est vraiment une discipline attirante. Je dois dire aussi que je prends un très grand plaisir à aller courir avec le chien de mes amis avec lequel je partage, en raison de cette attirance partagée pour les longues courses dans la nature, une complicité, certes de circonstances, mais néanmoins sincère. J’en ai moins contre les chiens que contre les maîtres qui sont souvent très ignorants du danger potentiel de leur animal et les excusent de tout au prétexte qu’ils sont nécessairement gentil… C’est patent en course à pied parce que les chiens ont un comportement différent à l’égard des coureurs. Je remarque juste que depuis que je cavale j’ai développé une méfiance à l’égard des canidés qui m’était plutôt étrangère avant 🙂

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 23 juillet 2010 à 11:25

Je suis du même avis qu’arnaud. Quand je court avec mon chien en « canicross » on est attaché, et c’est un grand plaisir. Ceci dit, si je fais du VTT mon chien est détaché à coté du vélo. Lorsqu’on croise des personnes inquiète à la vue de ce « gros » chien arrivant en courant, je les rassure « ne vous inquiétez pas il est gentil ». Je ne vais pas mentir et dire que mon chien est dangereux ? A mon avis, quand on court, (randonne…) on rencontre 3 catégories de chiens : – Celui qui garde sa maison (son troupeau) auquel cas, il suffit de ralentir l’allure (voire de marcher) et de marcher « loin » de ce qu’il garde. (comme dit dans l’article) – Celui qui fait sa ballade avec ses maîtres. « Sortir le chien » et qui ne connait rien d’autre. Celui là, personnellement, je m’en méfie, il écoute son maître quand il veux et son caractère est imprévisible. – Celui qui court, « travaille », joue avec son maître. En général, celui là réponds au doigt et à l’oeil, il est équilibrer, et s’intéresse avant tout à son maître. Ceci dit, oui, il faut être méfiant à l’égard des canidés, comme des vaches, chevaux, et autres animaux dont le comportement est toujours imprévisible, si on ne les connait pas personnellement.

Répondre


Posté par Laurence Le 23 juillet 2010 à 15:02

Je ne suis pas tellement convaincue qu’il suffise de ne pas regarder un chien dans les yeux pour que tout se passe bien. Certains chiens de garde sont élevés pour mordre tout intrus, quelque soit son comportement…

Répondre


Posté par Axsom Le 24 juillet 2010 à 0:45

Mince … J’aurais du lire cet article hier avant d’aller courir. Je me suis fait attaqué par un petit chien au milieu de ma séance de fractionné. J’ai continué de courir mais quand j’ai vu qu’il ne me lâchait pas et qu’il commençait à me mordre je me suis arrêtait pour que sa maitresse l’attrape. Mais alors là c’est devenu n’importe quoi la maitresse n’arrivait pas à l’attraper, le cabot courait partout en essayant de me mordre les mollets, moi avec mes chaussures en protection. J’ai tout essayé lui crié dessus aussi fort que j’ai pu, le repousser, rien n’y faisait. Au bout d’un moment, j’en ai eu marre je suis reparti alors qu’il était un peu plus loin et je ne sais pas pourquoi il ne m’a pas suivi (surement le petit coup que je lui ai mis en me protégeant l’avait-il un peu calmé …). J’ai quand même 3 belles griffures et une morsure. Sous l’énervement je suis même pas revenu pour engueuler la propriétaire. Si quelqu’un à la réponse à la question, que faire quand un chien vous attaque ! A noter qu’un couple de coureur est passé à un moment, je me suis dit « cool une nouvelle cible, il va me lâcher ! » Mais non il en avait après moi. Peut-être les Newton oranges ?

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 24 juillet 2010 à 9:20

@Laurence : le problème c’est que c’est exactement le contraire, un chien de garde bien éduqué ne mordra que si on lui en donne l’ordre, ce sont les chiens non-éduqués qui mordent tout intrus quelque soit leurs comportement. La preuve en est l’exemple suivant d’axsom : un chien -même-pas-de-garde, qui mord et sur lequel sa maitresse n’a aucun controle ni physique, ni « psychologique ».

Répondre


Posté par Mathieu Le 5 octobre 2010 à 9:22

J’ai fait ma 1ère mauvaise rencontre ce matin dans un quartier résidentiel : je courais tranquillement et un chien est arrivé en courant et en aboyant d’une autre route (je ne venais pas de ce chemin et je n’allais pas non plus dans cette direction). Je n’ai pas vraiment eu le temps de penser et encore moins l’envie de m’arrêter dans l’espoir qu’il s’arrête lui aussi. 30m en sprint pour finir par escalader un haut talus… le chien s’est arrêté en bas heureusement mais je pense qu’il aurait pu monter aussi. Puis il a fait demi-tour pour repartir comme il est venu. J’ai attendu un peu choqué pour voir si son maitre passait dans le coin mais personne à l’horizon. Au final, j’ai gagné un bon gros hématome sur le genou et je vais devoir trouver un autre coin pour courir…

Répondre


Laisser une réponse