Photo et course à pied



 

photo-course-a-piedAlors que nous sommes dans la dixième année de vie de ce site. En effet il y a plus de dix ans, j’avais commencé à travailler à la première version de Wanarun. Je viens de m’apercevoir que je n’avais jamais vraiment parler de mon autre passion : la photographie. Forcément je ne vais pas vous parler de la photographie en général mais plus particulièrement de la technique appliquée à la course à pied.

Je n’ai jamais vraiment eu l’âme d’un artiste, mes dessins, depuis le plus jeune âge, feraient hurlé de rire le plus nul des artistes d’une classe de maternelle. Il faut être clair : je n’ai pas cette qualité même si on m’assure que c’est un don mais comme pour tout il faut beaucoup de travail (ça je n’en doute pas).

Alors je me suis découvert artistiquement avec le réflex argentique de mon père mais les couts du développement argentique de l’époque étaient prohibitifs pour trop s’amuser…

Au début des années 2000, le numérique fait son apparition sur les reflex. Avec mes premiers salaires, je craque littéralement pour cette technologie. Je retrouve la souplesse et le technique d’un reflex mais aussi les apports du numérique : développement instantané, informations complémentaires,…

Passionné de sport, c’est tout naturellement que je fais le tour des événements sportifs pour affiner ma technique.

L’utilisation d’un reflex numérique est assez simple, il existe plusieurs paramètres et il va falloir (dans la mesure du possible) jouer avec ceux-ci :

  • Vitesse d’obturation : c’est le temps ou la lumière touche le capteur et celui ci enregistre les différentes couleurs
  • Sensibilité ISO : c’est la taille des grains qui captent la lumière plus ils sont gros plus on capte la lumière rapidement.
  • ouverture ou focale : l’objectif ouvre plus ou moins son diaphragme pour capter un maximum la lumière

L’avantage de la course à pied, c’est que c’est un sport d’extérieur (la plupart du temps), cela résout pas mal de souci. Les paramètres idéaux sont les suivants :

  • il faut être très rapide : 1/1000 de seconde
  • pour le sensibilité : 100 ou 200 ISO en cas de temps ensoleillé. 400 ISO pour le temps plus nuageux.
  • une ouverture standard entre f/4 et f/6.3, vous pouvez descendre à f/3.5 ou f/2.8 si vous voulez jouer sur le flou de l’arrière plan mais c’est plus couteux au niveau de l’objectif.

L’objectif le plus utilisé pour la photographie de sport un 70-200 mm f/2.8, couteux mais une véritable merveille…

Alors petit exercice pour la route : comment faire une photo d’un trail nocturne avec les traces des lumières frontales ?

J’en profite pour remercier mon fournisseur officiel : le magasin photo à Nancy Miss Numérique

 

2 commentaires sur “Photo et course à pied”


Posté par Bendufff Le 5 janvier 2016 à 22:02

Comme ça je dirai choisir le mode semi automatique à priorité vitesse (S sur Nikon de mémoire), de choisir une faible vitesse, poser l’appareil sur trépied, et enclencher. Ah oui, on peut désactiver le flash aussi. Jamais testé, mais le coureur sera flou aussi j’imagine… Bonne question, comment faire pour avoir le coureur net et les traces des lumières ? à+

Répondre


Posté par Romain Le 6 janvier 2016 à 12:15

Hello 🙂 Cool comme article. À priori pour avoir une trace de lumière sans coureur: trépied et pose longue. Trainée de lumière + coureur nette: trépied, pose longue et un coup de flash sur la fin. Merci pour tous ces articles. ++

Répondre


Laisser une réponse