Pas vraiment l’UTMB, mais un week end à Chamonix



 

images-copie-2.jpeg

Épisode 1: Avant la course

A mon retour de Chamonix je ne voulais pas faire de compte rendu. La déception de n’avoir pas pu tenter de réaliser ce qui était mon objectif de l’année, être finisher de l’ UTMB, rajoutée à celle d’avoir abandonnée sur le parcours de remplacement me donnait plutôt l’envie d’oublier ce week end et de passer à autre chose au plus vite. Par respect vis à vis de vous tous qui me soutenez et m’encouragez tout au long de ces défis (plus ou moins raisonnables) je me dois de vous raconter quand même ce qu’il en a été.

Je suis arrivé à Chamonix le jeudi vers midi après avoir récupéré Olaf (un coureur Kikourou) à Lyon. Expérience agréable de co-voiturage qui nous a permis d’échanger nos impressions avant nos rendez vous respectifs sur la CCC pour Olaf ou l’UTMB pour ma part. A Chamonix comme annoncé il fait un temps pourri, il pleut et le brouillard est juste au dessus de la vallée, ce qui malheureusement confirme les prévisions météo. Après avoir garé ma voiture et déposé Olaf, je me rends à l’hôtel. On ressent que la ville vibre pour cet événement qu’est « The North Face Ultra Trail du Mont Blanc ». Parmi la foule qui se presse dans les rues de Chamonix, certains se baladent avec le « drop bag » (sac d’allégement qui sera disponible à Courmayeur) jaune UTMB, d’autres avec le tee shirt offert à la remise des dossards et tout le monde porte des chaussures de running ou de randonnées, participant ou pas aux 4 courses de l’épreuve.

IMG_0369.JPG

La TDS (Trace des Ducs de Savoie, 106 km) est parti ce matin à 7h00 de Courmayeur et on attend le 1er(Dawa Sherpa) dans la soirée. Je longe l’aire d’arrivée ou le speaker malgré la pluie tente de mettre l’ambiance. La chambre de l’hôtel n’étant pas encore disponible, j’en profite pour me diriger vers la salle Bozon ou l’on récupère les dossards. J’ai emmené mon sac (Raidlight Olmo 20l) avec à l’intérieur tout le matériel obligatoire ainsi que ma tenue (à priori) pour le départ. Pas de stress, j’ai fait et refait plusieurs fois le sac et je sais que j’ai tout ce qui peut m’être demandé. Il y a une bonne file d’attente où se mélangent les UTMBistes et les CCCistes.  Des conversations en plusieurs langues (Italiens, Anglais, Japonais, etc…) confirment la dimension internationale de l’événement. La pluie continue à tomber et beaucoup (dont moi) sont à l’affût sur leur téléphone des infos météos sur Face Book ou le site de l’UTMB. Le bulletin de 14h annonce des conditions hivernales, de la neige à partir de 1700m, et du vent, tout cela pouvant entraîner des températures ressenties allant jusqu’ à -10°C. Chacun s’attend donc à des conditions de course terribles. Moi qui pensait que j’avais vécu le pire imaginable lors de l’ascension du col de la Forclaz sous le coup des 1h du mat l’année dernière lors de la CCC, finalement cela risque d’être encore plus « dantesque ». Quoi qu’il en soit on sait pourquoi on est là on s’est préparé pour l’UTMB (ou la CCC) et pas pour le tour du village en trottinant. Pour être positif, il semblerait qu’il fasse beau et doux Dimanche, donc on aura une fin d’épreuve (si toujours en course) dans de bonnes conditions et on pourra savourer une (ou plusieurs) bonne bière en terrasse à l’arrivée.

IMG_0366.JPG

Après 1 heure de queue, je me retrouve devant une charmante bénévole qui demande à voir ma veste, mon sur pantalon et mon téléphone. « C’est tout ?! J’ai plein de choses encore dans mon sac, vous ne voulez pas les voir ? » Non cela lui suffit. Ils doivent se douter que suite aux différents messages et infos sur les conditions météos, chaque concurrent a prévu de quoi se protéger… Mon dossard N°2915, mon tee shirt vert (ou jaune) fluo « souvenir » et mon sac jaune d’allégement Siglé UTMB récupérés, je rentre à l’hôtel. Inutile de gaspiller de l’énergie à traîner au salon des exposants de plus sous la pluie…  Dans la rue, avec mon sac jaune UTMB, j’ai un peu le sentiment d’avoir changé de statut, de touriste je suis passé à participant à la course référence du week end. Ceci étant être participant est encore très très loin de l’état de finisher qui lui mérite le respect. Au stade où j’en suis je ne reste qu’un  de ces « malades » qui veut le faire le tour du Mont Blanc en moins de 2 jours. Après un déjeuner (préparé à l’avance) dans ma chambre, une bonne sieste, je passe tranquillement l’après midi en essayant les différentes variantes  de mon équipement. Je définis le contenu de mon sac à dos et de celui d’allègement tout en surveillant d’un œil par la fenêtre si la météo évolue et de l’autre mon portable pour suivre les infos fournies par l’organisation. RAS de nouveau, ça sera l’hiver en plein été ! Un bain chaud et je bulle jusqu’ à 19h30 ou je pars retrouver les copains Bled Runner pour une pasta party. Moment très sympathique où je retrouve Phil et Philou qui s’alignent sur la CCC, mon binôme Steph et Guizmo  avec qui nous seront au départ de l’UTMB. On ne s’éternise pas car pour les 2 Phil c’est réveil à 6h00 afin de prendre la navette pour le départ à Courmayeur. Il pleut toujours, il y a un peu de monde dans les rues de Chamonix. J’arrive à l’hôtel en même temps qu’Antoine Guillon et Lionel Trivel qui finissent second ex æquo de la TDS.  C’est un moment d’émotion de les voir franchir la ligne d’arrivée main dans la main. Malgré leur expression de satisfaction, on voit qu’ils ont souffert des conditions de course, ce qu’ils confirment dans leurs premières déclarations au micro. Je monte me coucher en me demandantce qui m’attend à partir de demain 18h30.

images--1--copie-1.jpeg

Après une bonne nuit ou contrairement à mes craintes je n’ai pas été réveillé par la sono annonçant les arrivées nocturnes de la TDS, je zappe le petit dej de l’hôtel (30€ !!!!) pour une petite ballade. Il est 9h 00 et il pleut toujours, la température a chutée. Les nuages sont toujours aussi bas et la limite de la neige sur la montagne semble s’être abaissée. Bref, pas de miracle, pour une fois les prévisions météo sont vraiment justes… J’achète dans une boulangerie de quoi compléter mon gâteau sport pour le petit dej et j’apprends qu’il y a eu 800 abandons sur les 1400 participants de la TDS !!  Des concurrents de l’UTMB (reconnaissables à leurs bracelets rouges) attablés à l’abri  de la pluie  échangent des regards inquiets. En retournant à l’hôtel, je passe par le stand d’information de la course ou coup de tonnerre (pas dans le ciel) on annonce que l’UTMB est modifiée! Une personne me montre sur une carte le tracé envisagé (à cette heure ce n’est encore que des suppositions), il ne ferait que 100km et resterait en France. Plus rien à voir avec la course d’origine. Elle ne sait pas trop quoi nous dire, consciente du drame que cela peut créer chez certains. Elle me dit qu’un concurrent a éclaté en sanglots en apprenant la nouvelle, cela faisait 5 ans qu’il se préparait pour cette course. Sur le coup je me dis que déjà , ils n’ont pas annulé la course. Je rentre quand même un peu sonné et dépité dans ma chambre ou je prends mon petit dej tout en cherchant les infos sur internet. L’annonce commence à circuler sur Face Book et je finis par recevoir un SMS de l’organisation qui confirme le nouveau parcours et un départ à 19h00. Je suis un peu furieux car même si je comprends les organisateurs soucieux de ne pas envoyer au casse pipe plus de 2000 coureurs, tout le monde sait de quoi il peut en retourner quand on s’inscrit à l’UTMB.

images--2--copie-1.jpeg

Dessin de Matthieu Forichon:des bosses et des bulles: http://www.desbossesetdesbulles.com/

 

Après avoir rassemblé mes affaires, je quitte mon hôtel et part m’installer chez Stéphane pour la journée. Tout le monde est abattu, Guizmo  ne veut plus prendre le départ… On finit par se remobiliser en se disant que maintenant que nous sommes là autant faire cette course même si cela ne correspond pas à ce pourquoi on s’est préparé et dont on a rêvé. Je regrette de n’avoir pas choisi la TDS ou même la CCC qui malgré des modifications sont restées en parcours et kilométrages fidèles à l’original. Plus de drop bag, toutes les assistances mise en place tombent à l’eau (c’est le cas de le dire, même si dans le cas présent c’est plutôt de la neige qui tombe…), le plan de course sur lequel j’avais bossé des heures, bon à jeter, bref avec le l’idée première c’est plutôt d’aller se coucher en attendant que ça passe… C’est ce qu’on fait d’ailleurs, après avoir avalé un plat de pâtes.  1h00 de sieste plus tard, on se prépare tranquillement en essayant de mettre dans le sac de quoi se protéger du froid et de la pluie (neige).Impossible de mettre dans le sac le contenu du drop bag et comme nous n’aurons pas d’assistance il va falloir faire avec ce qu’on transportera. Je choisis de partir avec 3 couches, (maillot Xbionic, veste Salomon, veste Gore tex North Face) mon collant (Skin A400)  chaussettes longues Compressport, et les Cascadia aux pieds. J’hésite un peu vis-à-vis des Hoka, mais cela va être boueux, glissant et les Brooks sont quand même supérieures dans ce domaine. Les bâtons, les guêtres, les gants Odlo et le buff, voilà l’équipement au départ. On se fait une feuille de route à la va vite avec les nouvelles barrières horaires et nous voilà en route pour rallier la ligne de départ. On avait prévu de faire l’UTMB ensemble avec Steph même si je ne pensais pas que notre couple tiendrait jusqu’au bout compte tenu de la durée et des aléas d’une telle course . Ceci ditdonc on ne change rien, au contraire être ensemble nous motivera pour aller au bout de cet UTMB very light. Steph, se fait un coup de flip avec la fixation d’un brin de ses bâtons qui lâche, heureusement on trouve un mécano qui lui remet tout ça en ordre .On croise Fred (notre coach) qui nous donne les dernières consignes et encouragements et nous voilà  au milieu des 2400 participants (moins ceux qui n’ont pas pris le départ….). On retrouve Guizmo qui a l’air un peu stressé. De mon côté tout va bien, je suis très zen car je n’ai pas d’appréhension étant donné que je n’ai plus d’objectif hormis celui de me faire plaisir sur cette course. On a la chance d’assister en direct à l’arrivée du vainqueur de la CCC. Moment assez exceptionnel. Après les seconds de la TDS  j’ai droit à l’arrivée du 1er de la CCC ! Je suppose que c’est ce qui explique notre départ retardé de 30 mn. Il faut trouver de quoi mettre du brillant sur cette UTMB du pauvre. Quoi qu’il en soit c’est à nous maintenant. Après un décompte qui nous montre en images les éditions précédentes, c’est la musique de Vangelis et le départ.

IMG_0376.jpg IMG_0379.JPG

Un commentaire sur “Pas vraiment l’UTMB, mais un week end à Chamonix”


Posté par Manchi Le 11 septembre 2012 à 8:21

On attend avec impatience la suite 😀

Répondre


Laisser une réponse