Pendant que vous courez, d’autres … cherchent


 

Le sommeil favorise la récupération

Cela parait évident mais mieux on dort, mieux on récupère d’un effort. A l’inverse, si on peut dire, un mauvais sommeil peut avoir pour cause un surentraînement. (Source : http://running.competitor.com/)

Performance et intelligence émotionnelle

Ressentir des émotions positives avant une compétition est source de performance. A l’inverse, ressentir des émotions négatives, est la garantie d’une contre-performance. Emotions mesurées suivant les critères traditionnels de caractérisation de l’intelligence émotionnelle : vigueur, joie, calme, colère, confusion, dépression, fatigue et tension. La question sous-jacente qui reste sans réponse : peut-on « entraîner » notre intelligence émotionnelle à « penser positif » ?  (Source : http://www.jssm.org/    Andrew Lane, Tracey J.Devonport, Istvan Soos, Istvan Karsai, Eva Leibinger, Pal Hamar)

C’est mieux si on en fait plus ?

D’aucuns pensent que la sensation psychologique de bien-être consécutive à une séance d’entraînement peut-être influencée par la charge d’entraînement qu’on s’est infligée. Pour résumer, on se « sent mieux » après 20 minutes de VMA qu’après 20 minutes d’endurance pépère. Il semble en fait qu’il n’en soit rien. Peu importe l’intensité. (Source : Acute Phychological Benefits of Exercise Performed at self-selected workloads   A.Szabo)

Un bon petit massage

Un massage post-compétition n’a aucun effet ou presque sur les paramètres physiologiques musculaires liés au phénomène de récupération. En gros, massé ou pas, la récupération prend le même temps, d’un point de vue strictement physiologique (mesures de paramètres). En revanche, ce massage donne l’impression psychologique d’une récupération plus rapide. Paradoxal non ? (Source : Evaluating the Influence of Massage on Leg Strength, Swelling and Pain following a half-marathon  Lance G.Dawson, Kimberley A.Dawson, Peter M.Tildus).

Attention aux mélanges de chaussures

Cette étude met en garde contre les changements de chaussures liés aux différentes phases d’un entraînement. D’importantes différences existent en matière de forces à l’impact notamment entre des runnings classiques, des runnings de type racer ou des pointes. Ces modifications de « charge » peuvent être sources de blessures. Il convient donc d’y faire très attention. (Source : Ground Reaction Force Differences Between Running Shoes, Racing Flats and Spikes in Runners)

3 commentaires sur “Pendant que vous courez, d’autres … cherchent”


Posté par fred0 Le 17 novembre 2010 à 15:59

Concernant le dernier paragraphe, il faudrait éviter d’utiliser plusieurs paires trop différentes??

Répondre


Posté par DUCOIN Cathy Le 17 novembre 2010 à 19:58

Il est primordial d’être à l’écoute de sa « machine humaine ». Il est judicieux de lui octroyer une attention très particulière à l’issue d’un effort fourni. Nous mettons notre « machine humaine » à rude épreuve sans se soucier des effets secondaires qui peuvent très souvent fâcheux à voir très contrariants. Un véhicule automobile a besoin de carburant mais également d’entretien régulier afin d’optimiser ses capacités fonctionnelles. Il en est de même pour le corps humain, qui doit avoir impérativement recours à un équilibre nutrionnel approprié et de soins permanents afin de lui apporter les bases essentielles pour assurer efficacement toutes les épreuves qu’il suffit à longue échéance.

Répondre


Posté par Livre « Sports d’Endurance Repoussez vos Limites » par Patrick Toth Le 27 novembre 2010 à 3:02

[…] de la préparation. Se fixer des objectifs. Comment réagir le jour J. Une attitude positive (Rappelez-vous cette découverte scientifique récente dont je vous ai fait part : des émotions posi…). Croire en votre […]

Répondre


Laisser une réponse