Le NOEN – une visite étonnante chez le podologue



 

Voilà quelques temps que je perds mes ongles de pieds. Il paraît que mes chaussures de running sont trop petites et que mes pieds cognent sur l’avant du pied en descente ou qu’avec l’exercice ils gonflent. Pour ces raisons, il faut prendre au moins une pointure au-dessus. Pour ma part je ne prends qu’une demi-pointure au-dessus, du 38,5 au lieu du 38 sinon je ne me sens pas à l’aise, j’ai l’impression de flotter.

Quand mes ongles ont commencé à tomber, je suis allée voir ma généraliste pour m’assurer que ce n’était pas un champignon. Elle m’a rassuré à ce sujet. Ils ont repoussé et sont retombés 😉 Mais le dernier est bien jaune, bien laid. Comme il y a un nouveau podologue, qui se revendique comme étant un podologue du sport à côté de chez moi, je me suis motivée à aller le voir… et c’est là que commence véritablement mon billet !

Il me demande ce que je fais dans la vie… Je lui dis que, entre autres choses, j’écris sur différents supports de course  pied et que je cours quatre fois par semaine. Là, le monsieur, me demande « vous connaissez le Noen » ? Moi « euhhh non c’est pour Noël ? » Et là, le dit-podologue m’agresse (enfin, je me suis sentie agressée) « quoi ? vous dites que vous êtes une runneuse et vous ne connaissez pas le Noen ? »
Il m’explique quand même que le Noen est un matériau révolutionnaire dont il équipe la plupart des semelles qu’il fournit aux sportifs mais que maintenant, il va réaliser des semelles 100% Noen bien moins chères que les semelles sur-mesure. Il m’explique aussi que le Noen c’est génial car ça absorbe 100% de l’onde de choc et que contrairement aux semelles au sorbothane, ça ne se déforme pas ! Il dit que c’est génial pour les personnes qui ont des problèmes de jambes lourdes.

Sur le coup, je me suis demandé si j’avais la tête du parfait pigeon et pourquoi il me faisait la pub de son Noen alors que j’y suis juste allé pour faire soigner mon ongle tout jaune, tout moche ! Soit dit en passant, je lui demande si c’est un champignon et il me répond « peut-être » ! ahahah la bonne blague « peut-être » !
Bref, je me suis démerdé moi même avec mon peut-être champignon et suis allée acheter du Lamisil après m’être renseignée sur Facebook.

Il me dit également que je suis « valgus » et que j’ai absoluement besoin d’être équipée de semelles sur-mesure…. je lui réponds que je vais bien, que ça fait bien longtemps que je ne me suis pas véritablement blessée et là il se met à jouer sur la peur « oooo mais vous êtes encore jeune… dans 20 ans vous verrez vous aurez mal au genou ! » Quel con ! Depuis cet entretien j’ai effectivement mal au genou… ahhhh le psy….

Comme tous les podologues ne se valent pas, je me suis renseignée auprès du podologue de u-run, qui en plus d’être un podologue du sport, court et court même très bien (alors que le podologue cité ci-dessus fume clope sur clope et… roule en scooter, c’est le sport qu’il pratique sans doute). Bref, voici son avis sur le NOEN :

Pour ce qui est du noene 100 % c est comme tout ce qui universalisé je pense
que c est une erreur
tout d abord les contraintes mécaniques du pied ne sont pas les memes
suivant que l on est à arriere pied et à l avant pied cf article sur le
minimalisme et sur la tendinopathie
quant on fait une semelle on place une inclusion au niveau du talon pour
réduire l onde de choc post mais cela est inclus dans une résine qui
stabilise l arriere pied pour la suite du mouvement à l avant bien au
contraire on met des matériaux dynamisants qui restituent de l energie si
on inhibe par un matériau trop amortissant on perd cette relance
donc le noene je l utilise mais a l arriere seulement et pas dans une
« talonnette » mais dans une stucture cohérente »

8 commentaires sur “Le NOEN – une visite étonnante chez le podologue”


Posté par Christine Le 29 octobre 2011 à 8:52

Comme toi j’ai eu des ongles tout jaune, tout moches, avec une belle tâche dans l’autre sens sur les deux orteils. Comme toi j’ai pensé à un champignon et puis non, c’était bien un décollement de l’ongle suite à des courses comportant des descentes dans les cailloux. L’avant des pieds a trop souvent tapé au bout, le simple fait de revenir à des courses plus plates ou en côte a stoppé la progression du décollement, j’ai gardé mes ongles et la partie décollée est partie avec la pousse de l’ongle….mais voilà, je ne sais pas comment éviter que cela se reproduise, il va sûrement falloir que je me crispe moins dans les descentes difficiles!

Répondre


Posté par Philomène Le 29 octobre 2011 à 9:27

Cela dit dès que les distances se rallongent les pieds trinquent et à chacun ses points sensibles. J’ai aussi des soucis avec les ongles. En un an 5 sont tombés après le trail de bourbon, 2 après le raid 28, un seul à l’écotrail (mais ce n’était que 54km 😉 ) et je reviens des templiers je pense que 4 tomberont au moins.. et pourtant j’ai une pointure de plus.. Ce n’est pas le nombre de sortie par semaine qui compte c’est la durée de la sortie. On peut aussi penser à resserrer ses chaussures avant chaque descente. Changer de chaussettes si c’est des ampoules au bout des pieds qui passent sous l’ongle ou changer de matériel (difficile à tester en entrainement , on ne fait pas des ultras toutes les semaines!) Mais perdre ses ongles pour un coureur d’ultra-trail c’est quand même assez banal 😉

Répondre


Posté par arlerond Le 29 octobre 2011 à 9:38

certains extremistes se font carrément enlever les ongles des pieds

Répondre


Posté par rhallux Le 29 octobre 2011 à 9:55

Bonjour, c’est dommage, ce n’est pas la meilleure image de la profession 🙁 Rassurez vous, tous ne sont pas comme ca et certains courent même pour de vrai ! Pour la mycose, la meilleure façon d’avoir un diagnostic certain reste le prélèvement avec mise en culture ( le prélèvement n’est pas forcément des plus agréable car il faut aller à la limite de la zone d’adhérence avec le lit de l’ongle). Dans la pratique de la CAP, on peut assez facilement rencontrer des ongles multitraumatisés qui ressemble beaucoup à une mycose mais sans nécessité de traiter, ou alors un petit meulage de temps en temps si l’ongle devient trop épais en repoussant et fait mal ! A noter l’existence d’un nouveau vernis d’utilisation plus simple : l’Onytec : 1x /j après la douche car il s’enlève à l’eau mais de toute facon, le Ttt reste long (6 à 9 mois mini pour les pieds !). A compléter avec des comprimés (Lamisil) prescrits par votre médecin en fonction de votre tolérance. Pour le Noen : en effet, point trop n’en faut, à trop amortir ca fatigue et on a l’impression de courir sur du sable…à affiner au cas par cas ! Voilà en vous souhaitant une bonne journée et de bonnes courses ! Cordialement JF

Répondre


Posté par julie Le 29 octobre 2011 à 11:17

Bonjour JF ! Oui c’est pour ça que je tenais bien à préciser à la fin de ce billet qu’il y avait de « vrais bons podologues du sport » et que quand ils couraient en plus, le partage de notre passion était un bonheur ! J’en ai rencontré un comme ça à Marseille ainsi que monsieur Prido qui intervient aussi sur u-run et qui est très sérieux ! Comme partout, il y a du bon et du moins bon.

Répondre


Posté par Fred F Le 29 octobre 2011 à 21:42

Salut Julie. Podologue de mon état ( eh oui) et runner assidu ( mais roulant aussi en scooter !!) je viens essayer d’éclairer ta lanterne: Tu es tombé malheureusement sur une caricature de confrere qui se fait abasourdir les oreilles par les publicités de NoenE ( et oui y a un E à la fin). Ce matériaux a une 20 aine d’année d’existence et est THE absorbeur de choc donc pour les simple d’esprit qui dit CAP dit choc, donc amortissement. Heureusement nous sommes une mécanique complexe et donc nous n’avons pas besoin de tous ce tralala de gadget qui ne sert qu’a alourdir la facture finale !!! Le seul fait de nous entrainer correctement c’est a dire avec un echauffement (pour les muscles) et d’augmenter progressivement la distance et la durée (pour notre structure osseuse) nous protège. Quant a ton ongle, si la photo de l’article est bien ton orteil, alors je peux te dire que le lamisil n’y fera rien. Ni meme ta pointure supplémentaire. le truc c’est que ton orteil se relève un peu trop et donc vient buter sur le dessus de la chaussure. Ca s’arretera à la retraite …!

Répondre


Posté par julie Le 30 octobre 2011 à 19:19

merci Fred ! … vous ne voulez pas ouvrir un cabinet près de chez moi ;-))) ?

Répondre


Posté par Marie Le 22 avril 2014 à 8:45

Bonjour, Moi aussi, j’ai mon ongle qui fait la même chose, je ne suis pas coureuse profesionnelle, avant je courrais pas mal, (enfin 1h , deux fois par semaine ce qui n’est surement rien pour certains d’entres vous) mais moins maintenant, je suis assez hyperactive, je marche enormément, je fais beaucoup de vélo, et j’avoue avoir été mal chaussé pendant des années (étant une femme et chaussant du 45, oui oui), maintenant mes chaussures sont plus adaptées mais mon ongle depuis ( je dirai 3-4 ans) ne c’est jamais soigné. Je ne sais vraiment pas quoi faire. Car c’est moche et je n’ose pas me mettre nus pieds ou en sandales d’été. Qu’est ce que je peux faire ? pour le soigner ! Ps: j’avais pris un traitement (lamesyl), pendant deux ans, mon médecin incompétant m’a prescrit ça pour rien, car mon dermato, rencontré après ces deux années de prise, m’a affirmé que ce n’était pas un champignon mais mon ongle qui s’était simplement décollé. Il m’a dit d’attendre et que ca prendrait un an. Mais ça va faire deux ans… Y’a-t-il un traitement? une crème ? un massage ? quelque chose ? Dois-je couper à la limite même de la mauvaise repousse? ou affiner l’ongle ? J’espere avoir quelque réponses…

Répondre


Laisser une réponse