Mizuno Wave Elixir 5 : mes impressions après quelques mois



 

Fidèle à New Balance depuis plusieurs années (ma dernière paire, la 1602, m’a accompagné sur le marathon d’Annecy en 2009), je cours depuis février en Mizuno Wave Elixir 5.
Environ 760 gr pour les New Balance contre 650 gr pour les Mizuno (en pointure 45). J’arrête là la comparaison mais 55 gr de moins sur chaque pied pendant 42 kilomètres, à force, cela doit compter ! C’est peut-être cette différence qui m’a permis de gagner 5 minutes sur marathon à Rotterdam cette année !

Si depuis quelques semaines, et mon expérience sur le trail du Verdon, je ne quitte plus mes Columbia Ravenous, il n’en demeure pas moins que j’ai tout de même parcouru un peu plus de 560 kilomètres avec les Mizuno.

J’ai retrouvé dans cette chaussure dédiée aux coureurs universels et légèrement pronateurs (ce qui est mon cas) le confort de mes New Balance. Je m’y suis senti bien dès les premiers kilomètres.
J’ai essentiellement couru sur route même si la Mizuno est annoncée comme pouvant être utiliser en entraînements rapides et compétitions toutes distances sur routes et chemins.
J’ai couru avec par tous les temps. A noter que la tige composée de tissu Airmesh offre une bonne respirabilité du pied mais n’empêche pas à l’eau de pénétrer. Et de l’eau (et de la neige !), à Nancy, j’en ai eu lors de ma préparation marathon en février et mars 🙂

Côté look, on ne se retourne pas sur elle, c’est certain ! Contrairement à la Wave Elixir 4, par exemple, la 5 laisse plutôt indifférente.

Données techniques « constructeur »

– AIRmesh : tige en Mesh aéré qui assure une meilleure respirabilité
– AP Midsole : Accélération Polymer. Matière rebondissante située dans la semelle intermédiaire pour favoriser le dynamisme de la chaussure
– MIZUNO WAVE : le seul concept tout en un, garantissant l’amorti et la stabilité de votre chaussure. Le concept de base derrière la technologie Wave est que la répartition de l’onde de choc, causée par l’impact du pied avec le sol, est dispersée sur toute la longueur de la plaque grâce à sa forme de vague. Ce système permet d’éviter la compression excessive de la semelle intermédiaire. Grâce à cette évolution technologique les chaussures Mizuno n’ont plus besoin d’utiliser des semelles intermédiaires en BI-DENSITE
– SmoothRide : le Smooth Ride est conçu pour minimiser l’accélération et la décélération du cycle du pied en réduisant la vibration de l’onde du choc et en augmentant la flexibilité. Le Smooth Ride permet un gain au niveau du confort. Les encoches de flexion sont disposées de manière stratégique pour permettre à la chaussure une plus grande flexibilité et d’assurer un déroulement de pied ininterrompu. En accentuant l’amplitude de la plaque Wave, on améliore l’amorti et la stabilité, grâce à la réduction des chocs et des vibrations, la transition du talon au médio-pied s’effectue alors en douceur. L’utilisation du matériau rebondissant (AP Midsole) au dessus de la plaque Wave et à l’intérieur de la semelle intermédiaire de l’avant-pied assure au coureur un déroulé de pied tout en souplesse
– X-10 : nouveau combiné de Caoutchouc solide qui augmente la résistance à l’abrasion de la semelle extérieure. X-10 est positionné dans la région où l’abrasion est la plus importante
– VS-1 : technologie unique d’absorption des chocs : Elastomère thermoplastique positionné à l’intérieur de la région à fort impact du chocs (4mm d’épaisseur).

Source : I-Run.fr

Après toutes ces considérations techniques il faut que je vous précise que je mesure 1m88 et je pèse 80km.

Ces Mizuno Wave Elixir 5 présentent également une cavité sous le talon (voir photo n°3). Tom, un de nos lecteurs qui court sur chemin et sous bois, faisait remarquer à l’occasion du test des Wave Elixir 4, que cette particularité l’avait obligé à abandonner Mizuno car des pierres restaient coincées. Ayant couru essentiellement sur route je n’ai pas été confronté à ce désagrément mais je serais curieux de savoir si plusieurs d’entre vous ont rencontré ce problème. Mais Julien, un autre de nos lecteurs, précisait que la cavité est nécessaire car c’est cette forme “fer à cheval” qui procure en partie l’amorti !

En résumé j’ai couru plusieurs fois par semaine (jusqu’à 5 fois lors de la préparation marathon) avec ce modèle. J’ai également couru le marathon de Rotterdam en avril dernier et à aucun moment je n’ai rencontré de soucis avec cette chaussure.

Profitez des derniers jours des soldes chez notre partenaire I-Run, les Mizuno y sont vendues à 85 euros au lieu de 130,00 euros !

Ci-dessous les Mizuno Wave Elixir 5 (avec plus de 560 kilomètres au compteur)

5 commentaires sur “Mizuno Wave Elixir 5 : mes impressions après quelques mois”


Posté par julie Le 2 août 2010 à 9:02

coucou, je cours avec les mizunon wave nexus 4 http://www.wanarun.net/mizuno-wave-nexus-4-femme-chaussure-running-888 et je les adore parfois y a des cailloux dans la vague, on s’y fait, je les retire

Répondre


Posté par marc Le 2 août 2010 à 9:33

oui c’est le problème des mizuno les cailloux se bloquent et c’est trés désagréables , j’ai courue avec en hiver et c’est pareil la neige se compacte dans ses cavités

Répondre


Posté par Nicolas Le 2 août 2010 à 13:25

Comme Julie, j’ai adopté les Mizuno wave Nexus, je les adore aussi ! @Marc : Je suis d’accord, des fois on tombe sur un cailloux qui va ce coincer dans la cavité. Pour moi, c’est le prix de la légèreté. Les Mizuno sont souvent plus légères sur leurs concurrentes de catégories équivalentes : La où il devrait y avoir de la mousse, chez Mizuno… il y a un trou !

Répondre


Posté par julie Le 2 août 2010 à 13:39

@Nicolas : oui ce que j’aime c’est qu’elles sont légères pour le fractioné mais assez « costaud » pour les sorties longues, ce sont de bonnes chaussures polyvalentes et bien robustes

Répondre


Posté par franck Le 28 septembre 2011 à 22:13

Mizuno: Je possède ma énième paire de Wave Inspire et j’en suis très content; je pense que les Elixir seraient parfaites pour les courses, et les Inspire pour l’entraînement et les distances plus longues. Le trou au talon: oui, parfois, des pierres s’y coincent. Et aussi, ce talon « mizuno » est un peu instable en forêt… Mais je suis tellement content de ces chaussures que je m’accommode parfaitement de ces petits désagréments!

Répondre


Laisser une réponse