Mio Link : le test



 

ambit3-mio-link-2Comment tester concrètement le Mio Link ? Je me posais la question en courant (comme souvent) et finalement la solution est venue assez vite. Je voulais pouvoir comparer les données assez facilement sur un même logiciel. Et surtout faire avec la matériel que j’avais actuellement en ma possession.

C’est simple, d’un coté une Suunto Ambit 2 avec une capteur classique et une Suunto Ambit 3 lié avec le Mio Link, ensuite allez courir avec l’ensemble. Ensuite au retour, importer les données des 2 montres directement dans Movescount et voir ce que ça donne. Je retire également la début de la séance car après la mise en place des capteurs, il y a une période un peu flou.

Je ne reviendrais pas sur les problèmes de certaines personnes sur le capteur optique, personnellement je n’ai jamais constaté de problème. J’ai testé de nombreux modèles : adidas miCoach, Mio Alpha, Mio Link, Tomtom Cardio. J’ai toujours eu un bon résultat. Pour préciser, j’ai la peau claire et un système pileux plutôt limité, je suis donc la cible idéal de l’utilisation de ce type de capteur.

Pour pimenter un peu, j’ai fait des arrêts, j’ai fait des pauses, j’ai faits des accélérations.

Voilà les 2 graphiques de la fréquence cardiaque :

hr-suunto-ambit2-classiquefréquence cardiaque avec le capteur thoracique de Suunto

hr-mio-link-suunto-ambit-3fréquence cardiaque avec le capteur Mio Link au poignet.

Vous pourrez constater que les résultats sont très proches. Logiquement il y a un petit décalage entre une montée en fréquence et l’arrivée de l’information sur le Mio Link mais c’est tout à fait négligeable.

Voilà également le graphique R-R (entre les battements) :

rr-mio-link-suunto-ambit-3intervalle de battements avec le capteur thoracique de Suunto

rr-suunto-ambit2-classiqueintervalle R-R avec le capteur Mio Link au poignet.

Si vous avez du mal à supporter le port d’une ceinture thoracique (je pense particulièrement aux filles), le Mio Link peut être une alternative intéressante. Il suffit d’acheter un modèle de montre sans ceinture thoracique (en général, cela coute 50 ou 60 euros de moins) et vous achetez le Mio Link séparément (au alentour de 90 euros). Vu le petit surcoût, cela va devenir une alternative tout à fait intéressante.

3 commentaires sur “Mio Link : le test”


Posté par fred0 Le 26 mars 2015 à 14:18

Salut Manu, Tu as inversé les images des R-R 😉 A plus!

Répondre


Posté par Manu Le 26 mars 2015 à 19:56

Oups c’est corrigé il faut dire qu’elle se ressemble !

Répondre


Posté par Souquieres J-F Le 13 avril 2015 à 9:19

salut Testé Mio Link et Garmin 920 XT Ça fonctionne et même bien pour moi en Ant+. Remarque, j’ai la peau claire et peu de pilosité , en tout cas au poignet;) Le bonheur de courir sans ceinture. Sinon le suivi des puls est correcte excepté pour le fractionné car il y a un peu de latence de la part du Mio Voilà voilà

Répondre


Laisser une réponse