Lyon Urban Trail 2012 : mes impressions mais également celles des fans de Wanarun


 

L’organisation n ‘a pas menti : 38 km promis, 38 km pile poil à mon Garmin sur la ligne d’arrivée. Par contre pour les 6 000 marches promises, à descendre ou à monter, au choix, je dois vous avouer que je ne les ai pas comptées.

A peine débarqué à l’hôtel samedi soir à 21h30 (après 4 heures d’un interminable trajet en TGV depuis Nancy), je me retrouve le lendemain matin vers 6h40 devant l’hôtel de ville de Lyon où le départ de la 5ème édition du Trail Urbain de Lyon (l’épreuve du 38 km) sera donné.

Nous ne sommes, pour le moment, pas très nombreux et le retrait du dossard, situé dans l’atrium de hôtel de ville, se fait en quelques minutes. Je suis rejoins par Jean-François, mon coéquipier sur le dernier trail des Lumières (un 32 km qui se court en duo et une bonne partie de nuit), où nous avions, il faut le signaler, particulièrement brillé (attention un jeu de mots vient de se glisser) !

Quelques minutes plus tard je retrouve la célèbre Cécile avec qui j’avais terminé le trail du Verbier l’année dernière. Je dis célèbre car Cécile est quasiment à la une du supplément sport du Progrès de Lyon daté du 1er avril 2012 dans un article titré : « Cette Barbie-là n’arrête plus de courir ».

Jean-François, qui avait reconnu les 5 premiers kilomètres la veille, me propose d’aller voir la première réjouissance du parcours.

Son SMS n’avait pratiquement pas menti : “je viens de reconnaître les 3 premiers kilomètres : 50m de plat au départ et après c’est fini…l’enfer…”.

Encore de longues minutes à attendre et le départ est donné peu après 7h30. Nous sommes 900 concurrents. Nous quittons la place des Terreaux, direction donc la première réjouissance : le fameux tunnel de la rue Terme.

Le parcours est très agréable. Je n’ai pas vraiment le sentiment de courir dans un milieu urbain.

Le premier ravitaillement se fait au 12ème kilomètre.

Je reconnais certains passages déjà empruntés lorsque j’ai l’occasion de pouvoir passer quelques jours dans cette magnifique ville. Mais pas vraiment le temps de s’arrêter pour profiter du paysage (théâtre antique romain notamment).

Les relances sont nombreuses. Seules les jonctions parcourues sur les quais permettent de reposer un peu les cuisses. Les quais que j’avais temps maudits à la fin de la SaintéLyon l’année passée.
La montée vers la basilique de Fourvière se fait sous un ciel bleu et avec les pèlerins !

Vers le 30ème kilomètre se joignent à nous les coureurs des autres épreuves. Si cela est plutôt “boostant” de doubler plusieurs participants cela devient vite encombré sur certains passages.

Un peu plus loin un touriste me demande : “vous venez de Saint-Etienne ?”.

Au 33ème kilomètre l’organisation nous a réservé une jolie surprise : une montée tout en herbe (la piste de ski) d’un peu moins de 400 mètres mais qui pique bien les cuisses.

Au 34ème kilomètre nous sommes stoppés par deux policiers municipaux qui régulent le passage des coureurs sur la passerelle de l’Homme de Roche qui semble tanguer dangereusement.

Je termine avec de bonnes sensations. A quelques mètres de l’arrivée je suis encouragé par Jean-François qui a terminé en 3h56. Pour ma part je passe la ligne en 4h18. Objectif rempli.

Le parcours sur Garmin Connect.

Les plus :
– le parcours
– le retrait des dossards est rapide et bien organisé (mais j’y étais à 6h45)
– les ravitaillements sont très bien garnis (4 sur le 38 km)
– le balisage est parfait (impossible de se tromper)
– les bénévoles sont nombreux et beaucoup ont eu un petit mot d’encouragement

Les moins :
– le cadeau est un peu cheap ; à la casquette rouge j’aurais préféré un t-shirt pour mettre dans ma collection
– le t-shirt collector vendu 18 euros !!! Certes du Salomon mais tout de même !
– une seule traboule empruntée si j’ai bonne mémoire
– les bouchons ; le LUT, est victime de son succès mais cela doit être un véritable casse tête pour tracer 3 parcours et éviter ces désagréments !

 

Les fans sur la page Facebook de Wanarun ont également souhaité témoigner sur cette édition 2012 du Lyon Urbain Trail.

Frédéric :
1h38 sur le 12km en chaussures minimalistes, bonne ambiance. J’avais oublié à quel point les escaliers faisaient mal aux jambes à la longue.  Super organisation, le seul hic c’est les bouchons dans les passages étroits. On se retrouvait les 12, les 23 et des 38 au même endroit à attendre que ça passe. Sans ça j’aurais bien gagné 20 minutes mais bon super course quand même.

Guy :
1h19 sur le 12km en chaussures minimalistes mais c’est le plus minimaliste du groupe, Emmanuel qui était pieds nus et qui a fait le meilleur temps en 1h01 alors qu’il avait le handicap d’être parti dernier. Les marches ont des dimensions très variées ce qui ne permet pas de trouver un rythme 2 par 2. Des montées tellement raides que la marche s’impose. Pas beaucoup de route sans difficulté pour faire monter la moyenne. Lundi au boulot je vais prendre l’ascenseur ;)

Alan :
Premier Trail urbain pour moi (4h32 sur le 38 ) ! Un superbe Trail atypique qui pique… Les jambes ! De magnifiques points de vus, des escaliers à n’en plus finir et une très bonne organisation hormis les bouchons !! Bravo à tous les bénévoles ! Seul bémol la mesquinerie d’une vulgaire casquette mal taillée en guise de cadeau d’inscription… Plutôt léger pour une telle épreuve !!!!

Pascaline :
J’ai fait le 23km en 2h46;  pas mon premier trail mais mon premier urban trail. Je m’étais beaucoup entrainée dans les escaliers, du coup pas trop les jambes qui ont piqué… J’me suis fait super plaisir dans les descentes où contrairement aux terrains plus techniques on peut se permettre de dérouler à fond ! Seul bémol, les slaloms entre les randonneurs et surtout, les bouchons!!! Je me suis retrouvée bloquée 4 fois quand même et assez longuement. Malgré ça, une jolie course, je me suis beaucoup amusée !

Cédric :
J ai fais le 23km en 2h27, mais en partant vraiment de très loin vu le monde au départ. Sinon parcours sympa sous le soleil. Mais gros soucis avec les bouchons devant les escaliers et surtout lorsque l’on a retrouvé le « gros » du 12km et les randonneurs = slalom dangereux dans les descentes. Manque un peu d ambiance sur le parcours. Je préfère vraiment les trails « nature »

Franck :
J’ai fait le 23 km en 2h12. Coup de gueule à l’organisation qui nous a fait croiser le 12 kms à 4 kms de l’arrivée. Résultat un merdier immense, des bouchons aux endroits serrés. Les meilleurs n’étaient pas inquiétés par les bouchons puisqu’ils sont passés avant. Organisation à revoir pour l’année prochaine, sinon j’irai faire le semi de la ronde vaudaise. …….Honte à l’organisation…..

5 commentaires sur “Lyon Urban Trail 2012 : mes impressions mais également celles des fans de Wanarun”


Posté par Niko Le 9 avril 2012 à 19:38

J’ai participé une fois à cette course lorsque j’habitais sur Lyon. Ma conclusion : associer trail et urbain me laisse perplexe… mais bon chacun son truc. 38km de Lyon serait plus approprié que Urban Trail

PS : il n’y a pas une erreur ds le titre de cet article ou c’est voulu ?


Posté par Véronique Settier Le 9 avril 2012 à 21:12

Sur le 38km en 5h18 une belle ville et une façon originale de la visiter  » non je ne suis pas lente j’ai besoin de plus de temps que les autres pour apprécier le paysage !  » Rien a redire côté organisation malgré les bouchons et les marcheurs qui ne partagent pas aisément le chemin (coup de bâton accroche au sac d’un marcheur qui s’est retourné pour échanger avec son pote ;-( ) ravitos parfaits et bénévoles encourageants et souriants ! La seule ombre : celle que ne m’a pas faite la casquette que je ne porterais jamais et le teeshirt que je ne me suis pas payé car 18 euros en plus du prix dd la course et du voyage cd n’etait pas possible ! En plus I’m était beau, un Salomon ! La haine de le voir porté par des individus non coureurs qui n’ont pas gravit ls moindre petite marche ! Un teeshirt finisher ça se porte avec fierté ! Voila !
Une saintelyon en relais de 2 et un 68 km, un LUT 23 km et un 38km je ne pense pas revenir mais je suis fière de les avoir fait !


Posté par arlerond Le 12 avril 2012 à 20:07

moi aussi j’ai pris mon temps avec mes vibrams five finger pour boucler les 38km (5h) il fallait cela pour ne pas trop m’entamer avant le marathon de paris.
Sinon musculairement plus dure que la saintelyon enfin c’est mon avis ( surtout si on se fait avoir par les descentes )
c’était ma première fois et comme pour la saintelyon je recommencerais sans probleme car mine de rien passer par la plupart des points de vues haut de lyon un seul mot « ouha »
Sinon la casquette c’est cool mais je suis plus attiré par un tshirt finisher ^^ dommage ce seras pour la prochaine fois ( je penses que la vente d’un tshirt pour tout le monde et le tshirt finisher pour les participants peuvent très bien cohabiter dans un même modèle économique)
Pour finir je conseille l’urban trail à tous ceux qui n’ont pas encore testé mais bon niveau calendrier le LUT ( pour les intimes) est pas super bien placé entre l’ecotrail et le marathon de paris
à bon entendeur sa LUT


Posté par 6ème édition du Lyon Urban Trail Le 26 mars 2013 à 17:00

[...] finisher Salomon pour tous les finishers du grand parcours ; il est vrai que la casquette de l’année dernière n’avait pas marqué les esprits… – nouveaux horaires de départ pour assurer la fluidité [...]


Posté par Lyon Urban Trail 2013 : une superbe édition ! Le 15 avril 2013 à 10:29

[...] n’a pas menti : plus de bouchons comme sur l’édition 2012. Force est de constater que les bouchons ont bel est bien sauté sur cette 6ème édition du Lyon [...]


Laisser une réponse